igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

9 octobre 1906 : naissance de Léopold Sédar Senghor

Actualité

iGFM – (Dakar) – Homme politique et éminent poète, Léopold Sédar Senghor a consacré toute sa vie à la cause de la race noire et des Sénégalais. A travers ses écrits et ses actes, à l’instar de ses pairs de la Négritude, il aura relevé le défi de rétablir l’Homme noir dans sa dignité et surtout réussi à préserver la cohésion sociale d’un pays nouvellement indépendant. Né le 9 octobre 1906, le président-poète a un vécu encyclopédique même si des chapitres malheureux ont entaché la beauté des pages.

Né à Joal, localité si chère à son être de poète, Senghor gravit sans difficultés les échelons du vedettariat. Prénommé après Léopold Angrand, riche commerçant et grand ami de son père décédé deux jours avant sa naissance, le jeune Senghor fera ses débuts dans l’apprentissage du christianisme. Ainsi entrera-t-il à la mission catholique de Joal, puis au collège-séminaire de Dakar et plus tard à l’actuel Lycée Lamine Guèye où il obtiendra son baccalauréat grâce surtout à sa maîtrise du français et du latin.

Cette maîtrise du français l’introduira dans le cercle restreint des plus grands poètes au monde. De la négritude à la colonisation, en passant par le métissage culturel, le poète ne laissera aucun thème inexploré. Fier de ses origines, il chantera dans son recueil de poèmes, son royaume d’enfance qu’est Joal avec une éloquence rarement égalée. C’est ainsi qu’il sera reçu au concours d’agrégation de grammaire en 1935, désigné Prince des poètes en 1978 et élu à l’académie française en 1983.

Sur le plan politique, Senghor s’activera à défendre les siens avec des mandats de député du Sénégal en 1951 et plus tard de président de la République dès le 5 septembre 1960. Ses vingt ans de règne laisseront cependant un bilan mitigé. Si Senghor a pu préserver la cohésion sociale dans l’Etat-nation en réalisant son projet de « commun vouloir de vie commune », il n’a pas manqué de s’attirer les foudres de certains citoyens avec la liquidation du président Mamadou Dia, en décembre 1962.

Auteur : Senenews

2 Comments

  1. Vive Senghor!!! Il demeurre l’eternelle icone de l’Afrique berceau culturel et surtout la rehabilitation de la race noire dans le monde avec son ami Cesaire et Damas. Faut rendre a Cesar ce qui appartient a Cesar. Meme si il a commit de petites erreurs dans la prise de certaines decisions, c’est pas pour autant qu’il eut a fauter. Ses oeuvres ont ete les fondements de notre systeme administratif tres performant au temps avec toute la rigueur et l’efficacite qu’il fallait. L’economie agricole et la qualite de l’education et j’en passe. Senghor demeurre une legende qui a beaucoup aider l’Homme noir et le Senegal. Ses successeurs aussi ont ameliore’ beaucoup en innovant sur le plan economique, technologique et socioculturel. Bref, c’est un leader incontestable qui a fait rayonner le nom du Senegal dans tous les coina du monde.
    L’article etait bien mais a la fin le journaliste a laisser une mauvaise en parlant l’histoire de Mamadou Dia, une reference politique, et affirmant des propos impropres tout oubliant de parler du contexte politique dans lequel ils se trouvaient.

  2. Le plus grand vendu de l’histoire du Sénégal contemporain. Si c’était seulement sur le plan économique on aurait pu hésiter à te pardonner ou pas mais y a aucun domaine où ce Senghor ne nous a pas trahi.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT