Affaire du riz de Thilogne, «ingérence» politique,… : Matam attaque et évite Farba Ngom | www.igfm.sn
jeudi, 16 novembre 2017
               
Accueil / xL'OBSERVATEUR / Actualité / Affaire du riz de Thilogne, «ingérence» politique,… : Matam attaque et évite Farba Ngom

Affaire du riz de Thilogne, «ingérence» politique,… : Matam attaque et évite Farba Ngom

Affaire du riz de Thilogne, «ingérence» politique,… : Matam attaque et évite Farba Ngom

L’OBS – Le malaise est réel au sein de l’Alliance pour la République (Apr) à Matam. Les cadres du parti présidentiel ont voulu attaquer leur camarade, Farba Ngom, mais ont évité de le citer.

 

Il était le principal objet de la rencontre. Mais, il était aussi un sujet à éviter. Le député-maire des Agnam, Farba Ngom, est à l’origine de l’Assemblée générale convoquée par les cadres de l’Alliance pour la République (Apr) de Matam, hier, mais personne d’entre eux n’a voulu le citer. A la place d’une déclaration claire, c’est par des allusions que les cadres ont voulu «recadrer» leur camarade de parti. D’ailleurs, cette «méfiance» des cadres a semé la division, car des responsables ont demandé que Farba Ngom soit cité nommément.

En conférence de presse, après la rencontre, les cadres, par des détours, ont crié leur ras-le-bol, face aux agissements de leur camarade, le député-maire des Agnam, sur qui, ils ont tiré à boulets rouges. Sans jamais le nommer. Selon eux, «le député outrepasse ses prérogatives, ce qui risque de mettre le parti du Président Macky Sall dans une situation inconfortable aux prochaines joutes électorales». Après près de deux tours d’horloge, dans un méli-mélo total, ces cadres de Matam ont posé l’ensemble des problèmes qui y gangrènent le fonctionnement de leur formation politique. «Après un partage du riz aux religieux de Thilogne mal accueilli par les destinataires et suite aux événements politiques, nous, cadres politiques de l’Apr de la région de Matam, toutes tendances confondues, nous engageons à faire naître de nouveaux rapports entre les acteurs, basés sur le respect mutuel, l’acceptation et la reconnaissance du rôle de chaque acteur dans sa localité», déclare le porte-parole du jour, Pr Ousmane Dia, responsable politique à Sinthiou Bamambé. Il est entouré de ses camarades, comme le premier Questeur de l’Assemblée nationale, Daouda Dia, l’ancien ministre, Abou Lô, entre autres.

Le porte-parole poursuit : «Considérant que l’ingérence de leaders politiques dans des zones qui ne relèvent pas de leur champ d’action est une source de discorde au sein du parti, que les querelles non productives des acteurs et le malaise politique affectent profondément les populations, que les religieux et la société civile locale sont sources de discordes, le climat de suspicion qui sévit entre responsables politiques n’est pas favorable à la massification et la mobilisation du parti autour des enjeux majeurs et le mécontentement général exprimé par l’ensemble des cadres et acteurs politiques constitue une menace réelle pour les échéances électorales à venir, nous engageons à faire nôtres, les valeurs de respect, de dignité, de pudeur, de courtoisie, de tolérance et surtout de retenue, dans notre engagement politique, conformément à notre culture et nos traditions». Ces cadres politiques de Matam annoncent qu’ils vont faire de la concertation et du dialogue leur credo. Toutefois, ils demandent au Président de l’Apr d’user de son influence, afin de mettre fin à cette situation délétère.

EL HADJI FALLOU FAYE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.