AG FSF # Une élection capitale pour relancer le foot sénégalais | www.igfm.sn
vendredi, 11 août 2017
               
Accueil / ARTICLES / LA UNE / AG FSF # Une élection capitale pour relancer le foot sénégalais

AG FSF # Une élection capitale pour relancer le foot sénégalais

AG FSF # Une élection capitale pour relancer le foot sénégalais

iGFM – (Dakar) Un rendez-vous crucial pour l’avenir du football sénégalais. Après plusieurs échecs répétitifs au cours des huit dernières années du bureau sortant, une Assemblée Générale est convoquée, samedi matin (9h), dans un hôtel de la place, à Dakar, afin d’élire le nouveau président de la Fédération (FSF).

Me Senghor, le solide

Quoi qu’il en soit, trois candidats briguent samedi la fonction suprême. Le principal favori et rival, Me Senghor part avec un meilleur avantage même si beaucoup souhaitent son départ. L’homme fort du football sénégalais incarne une sagesse et une maîtrise des dossiers, sans oublier ses excellentes relations avec les deux instances, la FIFA et la CAF. Maire de Gorée, le solide président sortant devrait créer la surprise en remportant l’élection. Ce qui lui permettrait d’avoir un 3e mandat.

Lamotte, la rupture

Revenu après avoir quitté la Fédération et perdu son poste de président de la Ligue sénégalaise de football professionnel, Louis Lamotte, président du club de Richard Toll, Assur, a secoué une campagne pour le moins terne en relayant les doléances du football d’en-bas notamment des clubs.

Néanmoins, il n’a quasiment aucune chance d’être élu face aux poids lourds que sont Mbaye Diouf Dia, vice-président chargé de la petite catégorie et Augustin Senghor, le président sortant. Mais sa candidature prouve que le football va toujours mal même si on note quelques avancées. Son ‘‘come-back’’ est le signe de la rupture.

Mbaye Diouf Dia, la continuité

Ce fauteuil, le président de Mbour Petite Côte souhaite également le prendre. Mbaye Diouf Dia qui défie son patron, veut relancer tout en misant sur la formation. Reste à savoir s’il aura la capacité de prendre la place de son désormais ex-collaborateur. Ce qui serait une simple continuité pour le candidat qui a travaillé sous les ordres de Me Senghor pendant huit ans. A quoi sert donc sa candidature ? Réponse samedi matin.

Mamadou Salif GUEYE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.