igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Annulation de la condamnation de Karim Wade – Les avocats de l’Etat disent niet

Actualité

iGFM – (Dakar) L’annulation de la condamnation de Karim Wade par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) demandée par le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies n’est pas possible. C’est la réponse donnée ce mercredi, par les avocats de l’Eta qui ont fait face à la presse

« Le Sénégal n’annulera pas la condamnation de Karim Wade par la Crei ». Telle est la réplique servie par les avocats de l’Etat au Comité des droits de l’Homme des Nations Unies. Selon Me Moussa Felix Sow et Cie, la décision de la Cour Suprême est au dessus de tout. Personne ne peut la changer, même pas le président de la République, Macky Sall.
« Dans aucun pays au monde, on ne peut changer une décision rendue par la Cour Suprême », ont défendu les avocats de l’Etat.
Sur les autres points soulevés par le Comité des droits, les avocats de l’Etat semblent plus ouverts. Ils apporteront à temps les réponses appropriées, puisque disent-ils, la loi leur donne 190 jours pour répondre.
Selon les avocats de l’Etat, la condamnation d’une personne à une peine d’emprisonnement supérieur à plus de cinq ans tient compte de la nature et de la gravité de l’infraction en l’espèce d’enrichissement illicite pour une personne qui était considérée comme le Ministre de la terre, du ciel et disons même de la mer et qui de par sa position dans l’Etat a siphonné les secteurs économiques de notre pays les plus rentables.
La conséquence de la commission très grave de cette infraction et le montant des sommes jugées comme le montant de l’enrichissement illicite peuvent- elles être considérés comme une privation automatique, générale, disproportionnée et déraisonnable lorsqu’ils ont pour conséquence d’interdire la personne reconnue coupable d’être électeur et à fortiori candidat ?
Le Constat : la réalité est que, chaque fois qu’un col blanc est poursuivi pour détournement, blanchiment, corruption ou enrichissement illicite, il fait tout pour discréditer le système judiciaire, voir l’Etat, mène une campagne de décrédibilisation  des institutions sur le plan international et pendant ce temps les milliards mal acquis demeurent difficiles à recouvrer et le Peuple demeure le seul perdant.
Ces flux criminels constituent une perte sèche pour les systèmes sociaux et les programmes de développement économique, contribuant ainsi à appauvrir davantage notre pays.
Les victimes sont les enfants, qui ont besoin de recevoir une éducation ; des patients, à qui il manque des soins médicaux  ainsi que l’ensemble des membres de la société qui contribuent, par leurs efforts, au bien commun et méritent d’avoir l’assurance que les fonds publics seront utilisés à l’amélioration de leurs vies.
 L’Etat du Sénégal qui a sa souveraineté judiciaire notamment  en matière pénale a opté pour la lutte contre la corruption et les infractions connexes et rien ne le détournera de cette option de promouvoir la bonne gouvernance et la transparence indiquent les avocats.
Pour rappel, le comité des droits de l’homme des Nations Unies avait soutenu qu’ « …. une procédure permettant une révision effective et substantielle de la déclaration de culpabilité (de Karim Wade) est exigée et doit permettre d’évaluer les éléments de preuve et de faits et non se borner à une révision limitée aux aspects de droit ».

Harouna FALL

 

 

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT