Burkina Faso : 4 morts, dont un député-maire, dans une attaque armée

International/Société

IGFM – Oumarou Dicko, député-maire de la ville de Djibo, au nord du Burkina Faso, a été tué dimanche 3 novembre avec trois autres personnes dans l’attaque de son véhicule par des hommes armés, au surlendemain d’une commémoration nationale en l’hommage des 204 soldats morts depuis 2016 en combattant les groupes terroristes.

Oumarou Dicko, le député-maire de Djibo, ville de la province du Soum, proche de la frontière avec le Mali, est mort dimanche avec les trois autres occupants de son véhicule alors que le celui-ci est tombé dans une embuscade tendue par des hommes armés, ont rapporté plusieurs sources sécuritaires et locales à Jeune Afrique.

Dans un communiqué, Salfo Kaboré, le gouverneur de la région du Sahel, déplore la mort du député-maire.

« L’attaque a été perpétrée par des individus armés non identifiés, non loin de Gaskindé sur l’axe Djibo-Namissiguia », indique quant à lui le colonel-major de l’armée burkinabè. Celle-ci privilégie la piste d’une embuscade tendue par des terroristes, a expliqué à Jeune Afrique un officier sous couvert d’anonymat.

Une attaque la veille de la visite de Florence Parly, ministre française des Armées
Djibo, capitale du Soum (nord), est au cœur d’une région en proie aux attaques récurrentes et de plus en plus meurtrières des groupes terroristes. C’est dans cette même zone que le groupe Ansarul Islam du prédicateur radical Malam Dicko, donné pour mort par Ouagadougou, s’était révélé en décembre 2016 en orchestrant l’attaque contre le détachement militaire de Nassoumbou qui avait fait douze morts dans les rangs de l’armée en décembre 2016.

Vendredi, à l’occasion du 59e anniversaire de l’armée, le ministre burkinabè de la Défense a rendu hommage aux 204 soldats tués dans les opérations contre des groupes terroristes sévissant principalement au nord du pays depuis 2016. 630 civils ont également trouvé la mort depuis cette date en lien avec ces violences.

À Djibo, l’annonce du décès du maire a fait l’effet d’une onde de choc. « C’est une triste nouvelle pour la population de la ville », déplore un résident joint au téléphone par Jeune Afrique. « La ville est sous le choc. L’insécurité fait régner ici un climat de panique. Les gens ont peur et se terrent chez eux a partir de 18 heures », déclare un autre résident de la ville.

La mort du maire de Djibo intervient la veille de la rencontre prévue à Ouagadougou entre Florence Parly, ministre française des Armées, impliquée sur le terrain du fait de de l’opération Barkhane, et le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.

Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.