Casamance-île de Karabane : La mère des églises catholiques fait peau neuve | www.igfm.sn
lundi, 19 février 2018
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Religion / Casamance-île de Karabane : La mère des églises catholiques fait peau neuve

Casamance-île de Karabane : La mère des églises catholiques fait peau neuve

Casamance-île de Karabane : La mère des églises catholiques fait peau neuve
île de Karabane : La mère des églises catholiques fait peau neuve

iGFM – (Ziguinchor) – La communauté chrétienne de la Casamance naturelle s’était donnée rendez-vous hier dans l’île historique de Karabane pour assister à la messe de bénédiction de l’église Saint Pierre et Saint Paul construite entre 1892 et 1897. Abandonnée à elle-même depuis plusieurs années, l’église catholique a fait peau neuve grâce au Chef de l’Etat Macky Sall et à son gouvernement. La maison de Dieu qui a mobilisé près de 200 millions de FCFA a été ainsi inaugurée.  C’était sous les yeux des autorités administratives de la région, du chef de l’église catholique Monseigneur Paul Abel Mamba Diatta, des cadres casamançais, des autorités du ministère de la culture et de celles de l’entreprise de construction Eiffage Sénégal qui ont joué important dans le cadre de la responsabilité sociétale de leur «fabrique» et des populations.

L’église Saint Pierre et Saint Paul : De style breton, l’église catholique de Karabane, construite entre 1887 et 1897, par les missionnaires français, est la première église de la Casamance. Tombée en ruine, depuis plus d’une décennie et laissée à l’abandon, son clocher n’a pas résisté au poids de l’âge et de la cloche et les chauves-souris ont fini par y élire domicile. Les célébrations de messe se font dès lors et depuis des années, dans une maison située tout à côté, que leur avait prêtée le regretté Dominique Joseph Pascal Ndiaye, ancien Directeur des Douanes Sénégalaises (1978-1979), rappelé à Dieu, le mardi 14 octobre 2014 à Ziguinchor, à l’âge de 93 ans. Après les travaux de restauration entrepris par l’Etat du Sénégal, sous la houlette de la Société Eiffage Sénégal, cette église du 19è siècle (classée site historique) qui arbore désormais, fièrement depuis hier ses habits neufs. Son inauguration a été surtout marquée par la présence de Son Excellence Monseigneur Paul-Abel Mamba Diatta, chef de l’église catholique dans la région.

Jour de réjouissance pour l’Homme de Dieu, «une église ou un lieu de culte est un espace réservé à Dieu et où nous venons le rencontrer dans l’intimité de notre cœur, soit en communauté. Nous avons voulu, comme de tradition dans l’église, dédié cette église à Dieu pour le culte public», dira dans homélie Paul Abel Mamba Diatta. Les équipes d’Eiffage Sénégal, dans le cadre de la responsabilité sociétale de leur entreprise, ont réhabilité en 6 mois cette église qui date de 1885. Les travaux ont été réalisés pour le compte de l’État sénégalais dans le cadre du programme de réhabilitation des lieux de culte et des lieux de mémoire historiques auxquels les populations locales sont fortement attachées. Le chantier avait même reçu le 24 août dernier la visite du ministre de la Culture et de la Communication de l’époque, Mbagnick Ndiaye qui avait remercié les équipes de ladite entreprise pour la qualité de leur travail.  Pour Claude Moise Dembélé ingénieur et ancien directeur des études d’Eiffage Sénégal, «cet ouvrage fait partie intégrante du microsome  social. Cette bâtisse religieuse avait été abandonnée. Aujourd’hui qu’elle a été rénovée puis inaugurée, c’est le tourisme qui va en bénéficier. Sur l’érosion côtière qui envahit de plus en plus l’île, une décision forte des politiques doit être prise pour endiguer l’avancée de la mer. Nous avons les gens, les ressources pour le faire mais, c’est seulement la ressource financière qui manque», a laissé entendre M. Dembélé. 

Le ministère de la Culture, à travers le représentant du Directeur du Patrimoine bâtie, Omar Badiane s’est félicité du fait que le chantier ait été magnifiquement réalisé par Eiffage qu’il a remercié d’avoir retapé à neuf cette église en six mois de travaux. Il a estimé que l’édifice peut encore durer une cinquantaine d’années. Quant aux populations locales, elles ont tenu à saluer la bonne qualité des travaux et à féliciter les techniciens de l’entreprise Eiffage, ainsi que les ouvriers qui ont été recrutés sur place pour l’exécution correcte du chantier. Pour rappel, le directeur du Patrimoine culturel, Abdoul Aziz Guissé, avait même fait remarquer que le choix de Karabane, dans le cadre du programme de réhabilitation des lieux de culte et des lieux de mémoire historiques, se justifiait par l’importance historique de cette île qui a accueilli le premier comptoir colonial français.

                                                                                                                        

MOUSSA DIAW

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.