Centrafrique : Catherine Samba Panza dépassée par la violence à Bambari, décrète 3 jours de deuil national | www.igfm.sn
mercredi, 29 novembre 2017
               
Accueil / International / Afrique / Centrafrique : Catherine Samba Panza dépassée par la violence à Bambari, décrète 3 jours de deuil national

Centrafrique : Catherine Samba Panza dépassée par la violence à Bambari, décrète 3 jours de deuil national

Capture d’écran 2014-07-10 à 12.40.04

iGFM – (Dakar) 3 jours de deuil national ont été décrétés mercredi par la présidente centrafricaine Catherine Samba Panza qui, dépassée par la violence dans le pays, a condamné la poursuite des actes barbares et criminels après la mort lundi de 26 déplacés dans une attaque à Bambari au centre.

Un deuil national de trois jours en mémoire des Centrafricains tués le 7 juillet 2014 à (…) Bambari est décrété sur toute l’étendue du territoire de la République Centrafricaine à compter du jeudi 10 juillet 2014.

Le drapeau centrafricain sera mis en berne durant cette période, indique le communiqué de la présidence diffusée par la radio nationale.

Le bilan de l’attaque du camp de déplacés installé dans la cathédrale Catholique Saint-Joseph de Bambari  faisait état lundi soir de 26 morts, dont 11 femmes et 35 blessées

L’attaque qui a été menée par hommes armés portant des boubous et des uniformes militaires présumés membres des ex-rebelles de la Séléka, qui ont récemment installé leur état-major à Bambari.

La Séléka qui soupçonnait les membres de la milice anti-balaka, hostiles aux Séléka d’être infiltrés parmi les réfugiés du camp de la cathédrale Catholique Saint-Joseph.

Depuis plus de semaines, Bambari est le théâtre d’affrontements et de représailles entre les Séléka et les anti-balaka. Mardi, le ministre de la défense Français, Jean Yves Le Drian en visite en Centrafrique, a dû annuler sa visite dans la localité.

La Centrafrique plongée dans la violence depuis le renversement du régime Bozizé en mars 2013. Du 21 au 23 juillet à Brazzaville, les différents groupes armés, Sélékas et anti-balaka, sont attendus pour un éventuel cessez-le-feu lors du forum de réconciliation nationale.

Source : Koaci.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.