igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Comité des Droits de l’Homme : Ce que cache la sortie du ministre Amadou Ba    

Actualité

iGFM – (Dakar) Le 17 octobre 2019, le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a produit un communiqué, apportant un démenti aux propos selon lesquels l’Etat du Sénégal s’engagerait à dédommager Karim Wade, si le besoin se présentait. La sortie des services du ministre Amadou Ba se voulait un démenti catégorique, mais il a vite été balayé par les preuves sonores et visuelles de la Prestation du Directeur de Cabinet du Secrétaire d’Etat Chargé des Droits de l’Homme, ainsi que de nombreux fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères. Le Sénégal venait donc d’être mis dans une situation des plus inconfortables.

Or, si à la Place de l’Indépendance,  les fonctionnaires ont agi ainsi, c’est que jamais, les personnes qui sont intervenues pour prendre de tels engagements n’ont eu un mandat express de la République du Sénégal sur la question. Bien au contraire, la position du Sénégal a toujours été que le procès de Karim Wade n’est pas modifiable, puisque toutes les procédures ont été épuisées et un jugement définitif prononcé contre le fils de l’ancien Président Abdoulaye Wade.

C’est donc le 16 octobre, au soir, que la décision a été prise d’apporter un démenti catégorique à des propos qui ont vite été propagés, leur crédibilité découlant du fait que les jours précédents, un ballet de rencontres s’est produit entre l’ancien Président Wade et son successeur Macky Sall. Or, c’est bien ce dernier qui a été le premier à marquer son étonnement face à de telles rumeurs, qui ont pris des allures d’une position officielle de l’Etat du Sénégal. Alors que Macky Sall, patron régalien de la Diplomatie sénégalaise, n’a jamais donné des instructions dans ce sens. Les fonctionnaires auraient pensé agir ainsi dans le sens de la décrispation, du dégel dans les relations entre les deux Présidents, remarqué dans les jours qui ont précédé. Ils ont manifestement eu tort.

De l’avis des fonctionnaires que nous avons interrogés, le ministère des Affaires étrangères est seul habilité à porter la voix du Sénégal dans les instances internationales. « Or, depuis plusieurs années, la coordination entre le ministère de la Justice et celui des Affaires étrangères a fait défaut. Souvenez-vous que la Réponse du Sénégal au Comité, lors de la première interpellation du Sénégal, avait tardé à être produite, raison pour laquelle le Sénégal avait été condamné. Et si vous vous souvenez bien, Mankeur Ndiaye et Sidiki Kaba s’étaient accusés mutuellement de négligence ». Depuis cette première bourde de Mankeur Ndiaye, qui avait oublié la réponse dans son bureau, le Sénégal s’est lancé dans une perpétuelle séance de rattrapage.

Selon nos interlocuteurs, le Président de la République devrait encore rappeler, avec force, que seuls les ambassadeurs, les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères sont seuls habilités à agir et parler au nom de l’Etat du Sénégal. « Le Président de la République a toujours rappelé que les fonctionnaires du ministère, les diplomates, sont les représentants du pays à l’étranger et qu’il faudrait toujours s’en référer à eux », indiquent-ils.
Le Directeur de cabinet du Secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme, les fonctionnaires présents ont donc outrepassé leur rôle et pourraient le payer au prix fort dans les tout prochains jours, a-t-on précisé du côté de la Place de l’Indépendance, Siège du ministère des Affaires  Etrangères.

IGFM

2 Comments

  1. L’article est d’une piètre qualité. On dirait les propos d’un politicien amateur. J’espère qu’il n’est pas produit par un journaliste professionnel. Au moins prenez le temps de faire des recherches pour savoir comment fonctionne les organismes internationaux. Maintenant, des conflits internes ou des ambitions d’un ministre ne nous font pas perdre notre temps. Le Sénégal est plus important que ça. Tout le monde sait que le Sénégal avait tout faux depuis le début. Une signature a du poids, si on veut se faire respecter. Macky et son régime ont fait de la politique pour avoir un 2e mandat. Maintenant que c’est fait, il faut au moins essayer de se rattraper un tout petit peu, en corrigeant cette injustice que l’histoire du pays retiendra. Honte à ceux qui seront du mauvais côté de l’histoire. Ils vont aussi faire face à la réalité de la mort. Oui on sait que l’ouverture d’un nouveau est une patate chaude pour ce régime, mais pour sauver la face, il peut tout simplement voter une loi d’amnistie qui lui permettra de couper la poire en deux. C’est domaine du rationnel et non des émotions. La haine envers Me Wade et son fils ne doit pas nous engloutir au point d’oublier l’essentiel. Certains propos irresponsables sont toujours stockés et la VAR nous les rappellera. On peut commettre une erreur par ignorance, mais de grâce, ayons l’humilité de ne pas persister si notre lanterne devient éclairée.

  2. Salaam
    Un peu de respect s’il vous plait!
    Si ces gens-lá n’étaient pas habiliter á parler au nom du Sénégal; que faisaient-ils á cette réunion?
    Ils n’ont point outrepasser leurs prérogatives. L’Etat du Sénégal a lancé un ballon de sonde. La population a crié son indignation, l’Etat a fait un volte-face de 360 .
    Ces pauvres fonctionnaires seront sacrifiés. Oui ils seront les dindons de la FARCE.
    VOUS PUEZ L,INDÉCENCE.
    Wasalaam

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT