Commémoration du Vél d’Hiv : Netanyahou à Paris pour sonder Macron sur Israël et l’Iran | www.igfm.sn
mercredi, 19 juillet 2017
               
Accueil / International / Commémoration du Vél d’Hiv : Netanyahou à Paris pour sonder Macron sur Israël et l’Iran

Commémoration du Vél d’Hiv : Netanyahou à Paris pour sonder Macron sur Israël et l’Iran

Commémoration du Vél d’Hiv : Netanyahou à Paris pour sonder Macron sur Israël et l’Iran
© Dan Balilty, POOL, AFP | Benjamin Netanyahou à Jérusalem en juillet 2017.

Invité dimanche, à Paris, pour commémorer la rafle du Vél d’Hiv, symbole de la déportation des juifs sous l’Occupation en France, le Premier ministre israélien devrait saisir l’occasion de sonder Emmanuel Macron sur le conflit israélo-palestinien.

Benjamin Netanyahou sera à Paris, dimanche 16 juillet, pour commémorer le 75e anniversaire de la rafle du Vélodrome d’Hiver (Vél d’Hiv), arrestation massive de juifs par la police française en 1942.

À l’issue d’une cérémonie dans la matinée, le Premier ministre israélien, qui n’est pas venu en France depuis la grande marche contre le terrorisme après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casheren janvier 2015, aura un entretien bilatéral avec Emmanuel Macron. C’est la première fois que les deux dirigeants se rencontrent.

L’occasion pour Benjamin Netanyahou de tester son interlocuteur sur les intentions de la France concernant le rôle qu’elle entend jouer sur le dossier israélo-palestinien, ou sur son attitude vis-à-vis de l’Iran, bête noire d’Israël.

>> À lire : « Cette puanteur atroce », 75 ans plus tard, une rescapée de la rafle du Vél d’Hiv se souvient

Emmanuel Macron, qui a reçu récemment à l’Élysée le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a bien réitéré le soutien de la France à la solution à deux États et sa condamnation de la colonisation israélienne, deux axes traditionnels de la diplomatie française sur ce sujet. Cependant, il n’a pas dit s’il entendait relancer l’initiative française de son prédécesseur François Hollande, qui prônait une approche internationale du conflit et avait organisé en janvier 2017 une conférence internationale sur le Proche-Orient, provoquant l’ire d’Israël.

« Netanyahou est un redoutable animal politique et veut s’assurer que la France n’interviendra pas davantage », analyse Jean-Paul Chagnollaud, spécialiste de la question palestinienne, qui rappelle également que Nicolas Sarkozy puis François Hollande, « ont espéré avoir de bons rapports avec M. Netanyahou et ont déchanté assez vite ».

Jeudi, l’historien israélien Zeev Sternhell a publié dans le quotidien Le Monde une tribune intitulée: « M. Macron, soyez ferme face à M. Netanyahou », dans laquelle il exhortait Paris à « prendre ses responsabilités ». Selon ce spécialiste, cette visite vise « à demander à la France de renoncer à l’indépendance de la Palestine ». Paris ne doit pas céder estime Zeev Sternhell.

>> À lire : L’ancien homme d’affaires Avi Gabbay prend la tête du Parti travailliste

Autres dossiers qui devraient être abordés, celui de l’Iran et de la Syrie, qui inquiète de plus en plus Israël compte tenu de l’implication iranienne dans le conflit.

Benjamin Netanyahou quitte Jérusalem dans un contexte tendu, après une attaque anti-israélienne, vendredi, dans la Vieille Ville qui a entraîné la fermeture de l’Esplanade des Mosquées. Le dirigeant israélien, déjà sous le coup de deux enquêtes, laisse également derrière lui des ennuis qui s’amoncellent, notamment une affaire de corruption présumée liée à l’achat de sous-marins allemands qui impliquerait ses proches.

Avec AFP

France 24

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.