Corée du Sud: Boram, youtubeuse multimillionnaire à seulement six ans

International

iGFM- Boram est une petite youtubeuse sud-coréenne qui n’a que 6 ans… et qui est déjà multimillionnaire. Ses vidéos en ligne ont récemment permis à sa famille d’acheter un immeuble dans un riche quartier de Séoul. Cet achat a fait beaucoup de bruits en Corée du Sud cet été.

C’est une petite fille qui est la star de deux chaînes YouTube à succès. Elle est mise en scène dans sa vie quotidienne, ou en train d’essayer de nouveaux jouets. Sa vidéo la plus populaire, avec près de 400 millions de vues, montre Boram faire semblant de cuire des nouilles sur sa cuisinière en plastique.

Les vidéos sont en coréen, mais pas besoin de parler la langue pour les comprendre : elles sont très visuelles, il y a beaucoup de bruitages et d’effets visuels. Ces deux chaînes affichent au total plus de 32 millions d’abonnés !

Grâce à des partenariats passés avec les fabricants de jouets présentés, les chaînes de Boram sont les plus lucratives des youtubeurs de Corée. Selon la presse coréenne, la petite fille gagnerait plus de 3 millions de dollars par mois. C’est ainsi que sa famille a pu s’acheter une propriété évaluée à 8 millions de dollars, dans le très chic quartier de Gangnam à Séoul.

Appât du gain et maltraitance

Aussi amusantes et populaires soient-elles, les vidéos de Boram ont suscité quelques controverses. Il y a deux ans, une vidéo de Boram montrait la petite fille en train de conduire une voiture en plastique au beau milieu du trafic de Séoul. Elle a conduit l’ONG Save the Children à porter plainte contre ses parents, pour maltraitance !

Un représentant de l’ONG a aussi expliqué à la chaîne CNN qu’une autre vidéo avait été jugée problématique et nuisible au développement émotionnel des jeunes téléspectateurs : on y voyait Boram en train de voler de l’argent dans le portefeuille de son père. Suite à cette plainte, les parents de Boram ont été condamnés à suivre une formation sur la maltraitance infantile. Et YouTube a retiré les vidéos incriminées.

Ces problèmes ne sont pas les seuls soulevés par la question des enfants devenus des célébrités sur les réseaux sociaux. En fait, ce sont souvent les parents qui écrivent les scénarios, tournent les films et montent ces vidéos. Et l’appât du gain encourage les abus : certains parents ont été accusés d’aller trop loin afin de «faire du clic».

Un père youtubeur coréen a ainsi été accusé d’avoir traumatisé sa petite fille : il s’était déguisé en cambrioleur et avait fait semblant de vouloir la kidnapper. Un autre problème est le harcèlement en ligne : certains youtubeurs, parfois très jeunes, ont été bombardés de commentaires injurieux et d’insultes. Et ils ne sont bien sûr pas du tout préparés à y faire face.

C’est d’ailleurs pour mieux les protéger que, depuis février, YouTube a décidé d’interdire les commentaires sous la plupart des vidéos d’enfants, y compris sous celles de la petite Boram.

Avec RFI

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.