Démission de Rafael Ramirez, l’ambassadeur vénézuélien à l’ONU | www.igfm.sn
mercredi, 6 décembre 2017
               
Accueil / International / Démission de Rafael Ramirez, l’ambassadeur vénézuélien à l’ONU

Démission de Rafael Ramirez, l’ambassadeur vénézuélien à l’ONU

Démission de Rafael Ramirez, l’ambassadeur vénézuélien à l’ONU
Rafael Ramirez en 2013. Il était alors président de PDVSA depuis 2004. Reuters

L’ambassadeur vénézuélien à l’ONU, Rafael Ramirez, a annoncé, mardi 5 décembre, sa démission « à la demande du président Nicolas Maduro », une décision qu’il a fait connaître à travers une lettre de démission publiée sur son compte twitter. Avant d’occuper ce siège aux Nations unies depuis décembre 2014, Rafael Ramirez a surtout occupé des postes de première importance au sein de l’industrie pétrolière vénézuélienne, en particulier, la présidence pendant une dizaine d’années de la compagnie nationale pétrolière PDVSA. Cette annonce de départ intervient alors qu’une vague d’arrestations de fonctionnaires et de dirigeants de l’industrie pétrolière a lieu au Venezuela depuis plusieurs semaines.

Avec notre correspondant au Venezuela,Julien Gonzalez

Pour Rafael Ramirez, son départ est clair, il a été révoqué pour ses opinions. Motif selon lui, ses critiques publiques des décisions économiques du gouvernement de Nicolas Maduro. Dans un article publié il y a deux semaines, Rafael Ramirez assure avoir proposé un programme pour « stabiliser l’économie » quand il était vice-président chargé de l’Economie et des Finances en 2014. En vain, « faute de soutien » selon lui.

Cette annonce de démission, à la demande du président Maduro, intervient une semaine après l’arrestation pour corruption présumée de l’ancien ministre du Pétrole ainsi que de l’ex-président de la compagnie nationale pétrolière, PDVSA.

Deux postes clés que Rafael Ramirez avait occupé juste avant eux, en particulier la présidence de PDVSA entre 2004 et 2014. Une décennie au cours de laquelle il aurait été impliqué, selon l’opposition, dans un détournement de fonds de 11 milliards de dollars; des accusations que le principal intéressé n’avait pas tardé à réfuter.

Ce mardi, alors que son successeur aux Nations unies a d’ores et déjà été nommé, Rafael Ramirez assure via twitter « qu’il restera, quoi qu’il arrive, loyal au commandant Chavez ».

CHRONOLOGIE ET CHIFFRES CLÉS

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.