Enquête du Lundi – Autosuffisance en riz # Les producteurs de la Vallée entre optimisme et méfiance | www.igfm.sn
]
mercredi, 22 février 2017
Accueil / ARTICLES / Actualité / Enquête du Lundi – Autosuffisance en riz # Les producteurs de la Vallée entre optimisme et méfiance

Enquête du Lundi – Autosuffisance en riz # Les producteurs de la Vallée entre optimisme et méfiance

Enquête du Lundi – Autosuffisance en riz # Les producteurs de la Vallée entre optimisme et méfiance

 

 

iGFM – (Dakar) Le Sénégal s’arc-boute sur son rêve d’atteindre une autosuffisance en riz avant 2017. L’Etat s’est lancé dans une véritable politique du riz, dans sa ligne de mire une production de plus d’un (1) millions de tonnes. Objectif à portée de main ? En tout cas les producteurs de la Vallée, notamment à Ross Bethio sont partagés entre grand optimisme et méfiance. Le reporter d’IGFM a rencontré, la semaine les producteurs de riz de cette zone.

 

 

L’appel du chef de l’Etat qui lors d’une tournée économique dans le Sud déclarait qu’il est convaincu que «la physionomie agricole de notre pays pouvait changer, mais également que le riz cultivé au Sénégal pourrait non seulement aider à atteindre l’autosuffisance, mais même faire l’objet d’une exportation, si on y met les moyens» semble être bien compris par les producteurs de riz installés dans le Delta Centre notamment Rosse Bethio. Des chantiers pharaoniques sont engagés dans cette vallée qui étale sur des milliers d’hectares, des champs de riz. Les producteurs de riz sont ambitieux par rapport à l’atteinte de l’objectif visé par le président Macky Sall et son régime mais ne manque pas de soulever des inquiétudes qui pourrait compromettre l’atteinte de ces objectifs dans le délai espéré. C’est-à-dire avant 2017.

« Avec les moyens donnés par l’Etat l’autosuffisance est à notre portée mais… »

La trentaine dépassée, ce producteur de riz expérimenté en la matière avec 15 ans d’expérience, qui préfère garder  l’anonymat, déclare : «nous sommes en plein dans la campagne et les choses avancent bien malgré les quelques difficultés que nous rencontrons de temps en temps. Mais on peut également dire que c’est de petits problèmes mais qui méritent tout de même d’être pris en compte. Je dis petits problèmes parce que  le problème majeur des producteurs était le matériel agricole. Mais il faut reconnaitre que l’Etat a apporté des solutions efficaces à cette question. Le gouvernement a mis des tracteurs, des batteuses et tout le matériel nécessaire  à la disposition des producteurs. Nous nous demandons même si on pourra utiliser toutes ces machines. C’est la première fois qu’un gouvernement nous assiste de la sorte sur cette question qui nous préoccupait. A Ross Bethio on ne pouvait pas décompter plus de 10 machines. Mais aujourd’hui, il y’a plus de 40 tracteurs, plus de 200 pompes etc… », a témoigné notre interlocuteur.

riz

Mais selon lui, le gouvernement qui veut une autosuffisance en riz doit diagnostiquer davantage les problèmes des producteurs  et essayer d’y apporter des solutions. Parce qu’il y’a des problèmes qui sont plus ou moins négligés et qui pourrait avoir des conséquences sur la production et les objectifs attendus. «On a besoin de l’Etat dans l’aménagement de nouvelles terres dans le Delta centre mais également pour le drainage des pistes permettant un accès plus facile aux périmètres champêtres. Les producteurs ont également besoin de l’expérience des ingénieurs de la SAED pour l’élaboration de technique efficace pour la gestion de l’eau dans les champs. A mon avis pour mieux faciliter l’accès au crédit et encourager les producteurs,  je pense que l’Etat peux mieux améliorer les modalités de remboursement  » a-t-il expliqué.

Modou lo, président de GIE par ailleurs producteurs de riz à Ross Bethio est lui préoccupé par la question de la commercialisation qui, quelques fois, constitue un problème pour les producteurs. «Je ne suis pas en mesure de dire que l’objectif sera atteint ou pas, mais nous sommes en tout cas très optimistes. Mais il faut savoir que produire c’est important mais pouvoir vendre ce qu’on produit l’est autant. Le problème de la commercialisation, malgré les solutions que tentent d’apporter la SAED et le gouvernement il faut dire qu’elle continue de préoccuper les producteurs. Et ce n’est pas une question à prendre à la légère du moment où elle peut compromettre les objectifs visés.»

 

« La balle est dans le camp des producteurs » (DG SAED)

samba kanté

Pour sa part, le directeur général de la Société Nationale d’Aménagement et d’Exploitation des Terres du Delta du fleuve Sénégal et des vallées du fleuve Sénégal et de la Falémé (SAED) qui pilote PNAR Programme national d’autosuffisance en riz,  Samba Kanté affiche un grand optimisme  par rapport au PNAR. «Nous sommes en train de dérouler depuis trois ans, ce volet avec l’arrivée de l’actuel ministre de l’agriculture et de l’équipement rural pape Abdoulaye Seck qui a amené des ruptures pour changer de paradigme et espérer avoir des résultats plus satisfaisants que ceux qu’on a eu jusqu’ici. Nous sommes dans la dernière campagne  de la deuxième année de notre mission. Il nous reste évidemment l’année 2017 que nous sommes en train de dérouler. Mais ce qu’on peut retenir, c’est des résultats qu’on peut résumer en un certain nombre de points à savoir l’appropriation de la politique de l’Etat par les producteurs. Dans cette zone tout le PRACAS est sur toutes les lèvres. Tout le monde en parle et les producteurs sont conscients de son importance et de sa pertinence» a-t-il confié à igfm.sn.

S’agissant des inquiétudes des producteurs, l’autorité a apporté des explications «rassurantes» «Grâce au démarrage du PRACAS et la révision et la relance du PNAR, nous avons diagnostiqué toutes les contraintes liées à la riziculture d’une maniérée générale, identifié de manière inclusive et participative les solutions à ces contraintes et l’Etat a mis les moyens pour y parvenir.

Cela veut dire que l’Etat a mis les moyens financiers et les ressources humaines nécessaires pour accompagner les producteurs. Il y’a deux ans c’est-à-dire au démarrage on ne pouvait pas imager qu’on pourrait aménager presque 15 ha de périmètres irrigués villageois. Mais également dire en moins de 2 ans qu’on serait autosuffisant en matériel agricole notamment des tracteurs, des batteuses et bientôt des moissonneuses batteuses. Mais également aller très loin dans l’atteinte des besoins des producteurs en matière de groupes motopompes. Toujours pour mieux accompagner les producteurs, l’Etat a annulé pour le démarrage du programme, la totalité des dettes contractées par les producteurs, estimées à hauteur de 14 milliards. Et cela se justifie par le fait que beaucoup de producteur ne pouvaient plus accéder aux crédits agricoles  et cela avait des conséquences sur leurs productions»

Selon lui, ces gros investissements effectués dans le cadre de ce programme ont commencé à porter leurs fruits.  «Le résultat obtenu après tous ces efforts et que nous avons réalisé des bons importants, 30 000 ha, 36 000 ha et 44 000 ha.  Et l’année prochaine qui est la dernière par rapport à la date fixée par l’Etat du Sénégal pour l’autosuffisance en riz, nous continuons de réaliser pour chaque campagne 60 000 au 70 000 ha, ce qui nous fera 120 000 ha ou 140 000 ha pour l’année 2017. Je ne peux pas dire que tous les conditions sont réunies, mais l‘essentiel des conditions sont réunies. Des solutions ont été apportées à l’essentiel des  problèmes que rencontraient les producteurs. En résumé on aura suffisamment de surfaces aménagées pour faire 70 000 ha par campagne, suffisamment de tracteurs, de batteuses et de motopompes pour les cultiver. C’est vrai qu’il reste un point. Il s’agit du crédit et je crois que l’Etat du Sénégal va nous aider d’ici là à améliorer la situation à ce niveau-là. Il y’a également le volet transformation qui est extrêmement important. Il y’a deux ans derrière, le riz local n’était pas très prisé par les sénégalais, mais aujourd’hui tout le monde aimerait en disposer. Et nous avons livré une bataille colossale pour arriver à ce résultat» soutient M. Kanté.

 

Le problème de la  Commercialisation ne se pose plus

«Quand on produit peu, la commercialisation ne pose pas de problème. Mais si on produit une quantité qui dépasse largement l’autoconsommation, on rencontre des problèmes au niveau de la commercialisation. Nous avons buté sur cette question durant notre première campagne. Les producteurs ne parvenaient pas à vendre ce qu’ils produisaient. Ce qui avait d’ailleurs poussé le président à organiser un conseil présidentiel sur le riz.  Et depuis ce conseil présidentiel, je peux vous dire que le problème de la commercialisation du riz ne se pose plus ou très rarement. Nous avons réussi à faire aimer le riz par les sénégalais mais il restait à mettre place un mécanisme de distribution depuis l’écoulement du Paddy jusqu’à la vente du riz blanc. On est en train de mettre en œuvre un système de contractualisation qui nous permet de vendre correctement le riz sénégalais. Maintenant pour accompagner ces acteurs, l’Etat a mis à la disposition de ces derniers, 55 milliards comme fonds de commercialisation. Ce qui est extrêmement important.

 

riz capture-decran-2016-10-03-00-12-37 capture-decran-2016-10-03-00-11-26

Birame NDOUR (Envoyé spécial à Ross Bethio)

 

4 commentaires

  1. DÉESSE MASSAGE nouveau salon 77 181 19 99 JJJJJJJJJJJJJJJJJ
    Pour la fin d année Je propose des massages paradisiaques pour une halte détente délicieuse frissons intense dans un endroit discret et propre ou nous fusionneront dans l’intimité délicatesse l’ambiance et la discrétion
    MASSAGE RELAXANT , DOUX ,TONIFIANT t, SPORTIF ,4 MAINS ,SAVONNAGE , CAJOLIN
    SOINS DU CORPS ( épilation, pédicure , manucure )JJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJ
    Appelez au 78 438 52 78 / 77 561 71 83✆771811999_784741173..

  2. PROMO….8000FCFA. avec nos massages lomi_lomi,doux,relaxant,intégral,
    ,sénégalaise,californien,sportif et aux sensations intenses dans un cadre chic et raffiné.
    Et pour amplifier cette parenthèse de sensualité, de détente et bien être.
    Avec ou sans rendez-vous !!!
    NB: le salon de massage est climatisée,

    77 665 66 52 / 77 385 38 10

  3. Salut chéri, je suis la masseuse exceptionnelle qui est prête à te satisfaire de tous tes désirs de relaxation vient vite me voir appelle 784388846 784500039

  4. LA MAIN DU BONHEUR / 77 561 71 83 SEULE DANS NOTRE INSTITUT VOUS POUVER PASSER TAMP D,AVOIR UN BONNE MASSAGE SENSUEL ET RELAXAN AVEC DE TRE BELLE FILLES SEXY AVEC NOUS 100% NEKH TEL / 77 673 66 85 / 78 474 11 73

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

}