Fiscale obstétricale – 20 femmes prises en charge par le Ministère de la femme, bénéficient d’une formation | www.igfm.sn
mercredi, 2 août 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Société / Fiscale obstétricale – 20 femmes prises en charge par le Ministère de la femme, bénéficient d’une formation

Fiscale obstétricale – 20 femmes prises en charge par le Ministère de la femme, bénéficient d’une formation

Fiscale obstétricale – 20 femmes prises en charge par le Ministère de la femme, bénéficient  d’une formation

  iGFM – (Dakar) Dans le cadre de leur réinsertion sociale, le Ministère de la Femme et de l’Enfance a bouclé, samedi 15 juillet au centre Guindi de Castors, une formation de 10 jours à 20 femmes soufrant de la fiscale obstétricale guéries ou en convalescence, venues même de l’intérieur du pays.

Selon madame Oumy Khairy Niang, Dc du ministre de la Femme, «l’objectif de la formation de ces femmes prises médicalement en charge par leur ministre de tutelle, appuyé par le centre CEDEAO pour le Développement du Genre, est de faciliter la migration des actrices du secteur informel (AGR) vers des micros et/ou petites entreprises structurées et durables en vue de les positionner comme les nouvelles actrices incontournables du développement durable».

A sa suite, madame Ndéye Astou Sylla, coordonnatrice de la plateforme «Diwane Tawfekh» du centre Guindi, il arrive que des financements allant jusqu’à 500 mille F Cfa soient disponibles pour accompagner ces femmes. A l’en croire toujours, «le renforcement de capacités en gestion, des réflexions sur l’idée d’entreprise, des pistes pour développer son activité et l’accompagnement de l’activité constituent les différentes parties de la formation».

La fistule est une complication qui survient au moment de l’accouchement. Cette complication crée un trou au niveau du vagin de la femme, entrainant la perforation de la vessie. Conséquence : la femme se trouve dans une situation d’incapacité de retenir ses urines. La fistule ne cible pas une catégorie spécifique de femmes. Toutes les femmes en âge de procréer en sont exposées.

Les agents de la santé ont montré que la femme atteinte d’une fistule en sort avec une psychologie perturbée, elle souffre en silence. Elle est socialement rejetée, parce qu’elle dégage une odeur nauséabonde, qui provient de ses urines qui suintent en permanence.

Abandonnées par leurs maris, stigmatisées par la société, ces femmes peuvent même aller jusqu’à avoir une sexualité à jamais déréglée. En sus, ces femmes atteintes de fistules souffrent en silence. Elles n’ont aucune activité économique. Tout leur temps, elles le consacrent à laver leurs vêtements souillés en permanence.

Sekou Dianko DIATTA

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.