Guerre magistrature contre barreau : Les magistrats calment le jeu, Me Mame Adama Guèye auditionné le 25 janvier | Igfm.sn : infos Senegalaises Dans le Web!
vendredi, 1 juillet 2016
Accueil / L'OBSERVATEUR / Justice / Guerre magistrature contre barreau : Les magistrats calment le jeu, Me Mame Adama Guèye auditionné le 25 janvier

Guerre magistrature contre barreau : Les magistrats calment le jeu, Me Mame Adama Guèye auditionné le 25 janvier

Guerre magistrature contre barreau : Les magistrats calment le jeu, Me Mame Adama Guèye auditionné le 25 janvier

 

L’OBS – La guerre entre magistrats et avocats s’estompe. Les juges ont décidé de mettre de l’eau dans leur vin. Ainsi, le Parquet général qui avait instruit la Section de recherches de Colobane, a abandonné cette piste, pour s’ouvrir au bâtonnier du Conseil de l’ordre des avocats. Et Me Mame Adama Guèye sera auditionné par deux avocats, Mes Félix Sow et Ibrahima Ndiéguène. La possibilité d’une traduction devant la commission de discipline reste possible.

L’opinion qui s’attendait à une rude bataille entre deux des corporations essentielles qui composent la Justice, va sûrement déchanter. En fait, les choses ont pris une tout autre orientation. La magistrature ayant décidé de mettre beaucoup d’eau dans son vin. Et une volte-face de 360° a été opérée pour mettre complètement fin à cette guerre fratricide. Ainsi, l’option de traduction de Me Mame Adama Guèye devant les éléments de la Section de recherches de Colobane pour enquête, suite à la plainte de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), est abandonnée. Les magistrats reprochaient à l’avocat les infractions d’actes de nature à jeter le discrédit sur les institutions ou à porter atteinte à l’indépendance de la Justice, diffamation, violence et voie de fait. En fait, le Parquet général qui a été saisie de cette plainte et qui avait actionné la Section de recherches, a opté pour une autre procédure. Plus souple, plus apaisante et beaucoup moins bruyante. De sources proches de cette guerre entre la magistrature et le barreau, le Procureur général a saisi le bâtonnier du Conseil de l’ordre des avocats, Me Ameth Bâ, d’une plainte, pour déplorer les déclarations de Me Mame Adama Guèye.

Une occasion que le bâtonnier du Conseil de l’ordre a prise au rebond. Me Ameth Bâ a ainsi saisi l’opportunité qui lui est offerte pour jouer sa partition à fond. Le chef des avocats a décidé de donner une suite à cette plainte. Et a ainsi nommé deux rapporteurs que sont : Mes Félix Sow et Ibrahima Ndiéguène. Les deux avocats devront auditionner Me Mame Adama Guèye, le 25 janvier 2015, à la Maison de l’avocat. Les avocats-enquêteurs entendront leur confrère sur les faits objets de cette plainte. Après cette audition, les deux avocats feront un rapport au bâtonnier. Et là, deux possibilités s’offriront à Me Ameth Bâ. Pour la première, il peut classer cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, sans suite. Pour la seconde, le boss du barreau pourra décider de traduire le candidat à l’élection présidentielle de 2007 devant la commission de discipline du barreau. Là, il peut être suspendu temporellement ou radié définitivement du barreau. Cependant, la position affichée, depuis le départ de cette affaire, laisse croire que Me Guèye peut s’inquiéter un tout petit peu.

Cette affaire s’est ébruitée l’été 2014. Lorsque le journal «L’Observateur» titrait à sa «Une» : «Corruption dans la Magistrature : trois juges de la Cour d’Appel de Saint-Louis poursuivis devant l’Ofnac par le cabinet Me Mame Adama Guèye et Associés.» Cela faisait suite au dossier opposant Wartsila aux Résidences les Jardins. Au cours de cet été 2015, Me Mame Adama Guèye qui venait de perdre devant la Cour Suprême, avait fait une sortie dont les échos résonnent encore. «La corruption dans la Justice au Sénégal a atteint des proportions inquiétantes. La Justice est ainsi gangrénée par la corruption jusque dans ses plus hautes instances», avait-il dénoncé.

Une sortie qui n’était pas du goût des magistrats. Ces derniers avaient même sorti un communiqué pour condamner ces propos de Me Mame Adama Guèye. Par le biais de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums). Ils promettaient également d’user, dans les plus brefs délais, toutes les voies de droit prévues à cet effet. Ce qui n’était pas un coup de bluff, puisque quelques jours après, l’Ums a servi une sommation interpellative à l’ancien bâtonnier, lui demandant de confirmer ou d’infirmer ses propos cités supra. Les magistrats estimant que ces paroles sont une injure contre l’institution que représente la Justice, mais aussi une offense contre les hommes qui l’animent. Ainsi, les menaces de poursuites persistent toujours. La plainte devant le Procureur général s’en est suivie et un soit-transmis à la Section de recherches de Colobane. Les choses semblent s’arranger.

MAKHALY NDIACK NDOYE

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.