Le film de l’arrestation de Guy Marius Sagna devant le palais

Société/Vidéo

IGFM –L’activiste Guy Marius Sagna et d’autres membres de la plateforme «Aar li ñu bokk» ont passé un cap dans leur combat contre la cherté de l’électricité : porter leur combat jusqu’aux grilles du Palais de la République. Où devait être normalement le chef de l’Etat à qui ils veulent faire entendre raison.

Le corps à corps est aussi rude qu’une prise entre deux adversaires dans une arène de lutte. Le garde rouge – membre du corps de la Gendarmerie en tenue Spahi, en fonction exclusivement au Palais de la République – s’agrippe de toutes ses forces à l’activiste Guy Marius Sagna. Il ne veut point commettre l’erreur que l’intru lui échappe. Parce que l’unique objectif de son antagoniste, qui co-coordonne la «Aar li ñu bokk», est de rapporter au président de la République la ligne de combat de sa plateforme qui a prévu de marcher ce vendredi à Dakar contre la cherté de l’electricité. L’agent de sécurité le ceinture et le tire loin des grilles. Il se met à l’œuvre avec force détermination, jusqu’à y laisser son béret. Deux gendarmes encadrent la scène, empêchant les collègues de Guy Marius Sagna de lui apporter soutien. Le co-coordonnateur de la plateforme citoyenne «Aar li ñu bokk» se débat avec hargne, pensant qu’il peut lui filer entre les bras comme ce fut le cas il y a juste quelques minutes avec les agents de la Police. A quelques mètres de là. Mais il ne réussit pas le coup avec le garde rouge. Ce dernier le prend, le malmène, puis le jette dans la guérite, à l’entrée du Palais, réservée au Groupe d’escadrons de la garde présidentielle (Gegep). Après lui, un autre manifestant subit pareil sort des mains de cette même force de sécurité. Puis un troisième…

Nombre limité

Si le garde rouge a réussi à freiner l’ardeur du coordonnateur du mouvement citoyen «Frapp France dégage», c’est bien après qu’il ait atteint son objectif. Guy Marius Sagna a été jusqu’à s’agripper aux grilles du Palais présidentiel. Bien qu’il ne soit pas parvenu à «déloger Macky du Palais» comme envisagé par les membres de la plateforme lors de leur rassemblement mercredi dernier à la Place de la Nation (ex-Obélisque) pour dénoncer la hausse du prix de l’électricité. Pourtant, sur leur chemin (de la Place de l’Indépendance au Palais présidentielle), les marcheurs ont rencontré les forces de l’ordre. Ils n’étaient qu’une dizaine, mais les policiers ne sont pas parvenus à les arrêter. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. «C’est parce qu’ils étaient en nombre très limité. L’essentiel du dispositif sécuritaire est déployé à la Place de la Nation (Obélisque) qui devait être le point de départ, comme annoncé par les responsables du mouvement», explique une source policière. C’est là-bas qu’ils attendaient les manifestants pour exécuter l’arrêté du préfet de Dakar interdisant la marche. Sagna et Cie ont bravé l’interdit. Ils ont battu le pavé jusqu’au Palais.

9 manifestants arrêtés

Leur vigilance trompée par Guy Marius Sagna et Cie, les quelques policiers présents à la Place de l’Indépendance sont débordés par la foule. La fougue et la détermination des marcheurs sont telles qu’ils réussissent à percer la barrière de la Police, laissant derrière eux trois agents qui courent derrière la foule. Rattrapé et pris au collet, Guy Marius Sagna se libère par la suite des mains du gendarme et se lance dans une course effrénée en direction du Palais. Dans son pantalon noir surmonté d’une capuche de couleur identique, les deux mains glissées dans les poches, Guy Marius Sagna avance à pas de charge vers le Palais. A la bouche, des phrases à charge contre le chef de l’Etat : «Macky Sall dictateur» ou encore «Courant bi dafa cher (le courant coûte cher)». C’est d’ailleurs contre la hausse du prix de l’électricité qu’ils ont entrepris leur manifestation d’hier, vendredi. Une marche au cours de laquelle neuf (9) membres de la société civile : Papis Djim (Frapp France Dégage), Leuz (Nittu deug des valeurs), Pape Touré (Sénégal, notre priorité), Pape Abdoulaye, (Frapp France Dégage), Babacar Diop (Fds), Sidy Diop (Gilets rouges), entre autres membres de Frapp France Dégage, ont été tous conduits au commissariat central de Dakar, après leur interpellation. A l’exception de Guy Marius Sagna qui a été retenu durant une dizaine de minutes au Palais avant d’être évacué à bord d’une fourgonnette dans les locaux du Commissariat du Plateau. L’exploit des marcheurs a laissé un gout amer aux agents de Police qui s’en sont pris aux journalistes venus immortaliser le moment.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.