INDEX – L’OBS | www.igfm.sn
mardi, 1 août 2017
               
Accueil / xL'OBSERVATEUR / Index / INDEX – L’OBS

INDEX – L’OBS

INDEX – L’OBS
INDEX

 

Sa Thiès – Ness

Le combat a été régularisé au Cng hier par Gfm Entertainment. Les deux lutteurs qui en découdront le 9 avril prochain, feront leur premier face-à-face le 14 janvier, à Linguère. Le choix du lieu n’est pas fortuit, le combat est doté du drapeau du Jolof. Une belle affiche en perspective qui mettra aux prises deux lutteurs, techniquement très talentueux et physiquement au top.

 

Élections

Il n’y aura pas d’élections législatives, le 2 juillet. C’est Me Ousmane Sèye qui en fait l’annonce. «La date du 2 juillet 2017 sera reculée ou avancée», a soutenu le président du pôle de la majorité au pouvoir, après l’accord intervenu entre le Président Sall et l’opposition autour de la date du 2 juillet. D’après Seneweb, la raison serait la coïncidence entre le ramadan et la campagne pour les Législatives, évoque la majorité. Ousmane Sèye a toutefois réfuté toute idée de couplage des Législatives avec la Présidentielle. L’avocat annonce une rencontre entre le chef de l’Etat et l’opposition, pour arrêter une nouvelle date.

 

Aj/Pads

«Les Législatives de 2017 seront la première étape pour configurer la véritable rupture que le pays attend. Il faut construire une liste de victoire autour de cette Idée, mais à travers une plateforme qui fasse le bilan à la fois des manquements de la gestion précédente et des faiblesses des Assises nationales, qui ont permis d’ouvrir les brèches de la trahison en cours. Ce travail est indispensable et urgent.» C’est l’avis du Parti Africain pour la démocratie et le socialisme. And Jëf/Pads est plus que jamais optimiste. Car «l’Opposition sénégalaise s’est beaucoup renforcée au cours de cette année 2016. Une jonction difficilement imaginable il y a à peine un an, s’est réalisée à un rythme surprenant, dopée par les mauvais choix du régime en place : reniement par rapport à la réduction du mandat en cours du Président de la République, scandales à répétition dans la gestion des ressources du pays et volonté de réduire l’Opposition au silence par la confiscation de ses droits et une répression systématique.» Pour changer la donne, Aj/Pads «lance un appel pour un vaste front de tous ceux qui refusent le maintien du pays sous domination et sous humiliation, capable de vaincre les tenants du pouvoir et leurs alliés extérieurs.»

 

Culture

Dans le souci d’améliorer les performances économiques du Sénégal, le Président de la République demande au Gouvernement de veiller à la relance du tourisme, à la valorisation optimale de l’artisanat national et du secteur informel, à l’intensification de l’exécution des projets de promotion de l’emploi des jeunes, ainsi qu’à l’application de la mesure de baisse de 10 % sur les factures d’électricité. Ainsi donc, rappelant la place fondamentale de la culture dans le Plan Sénégal Emergent, le Président de la République, qui s’est félicité du travail du Ministre de la Culture et de la Communication à l’occasion de la 9ème édition du Festival National des Arts et de la Culture (FESNAC), invite le gouvernement à poursuivre, en accord avec la communauté artistique nationale, la politique de décentralisation de l’action culturelle, en veillant, au plan national, à la répartition optimale des infrastructures culturelles, à la promotion des cultures urbaines, à la mise en place d’industries culturelles innovantes, piliers d’une économie de la culture créatrice d’emplois et valorisant les talents de nos artistes.

 

Droits d’auteurs

Le Président de la République recevra prochainement les artistes et hommes de culture, dans le cadre du lancement officiel de l’année culturelle 2017. L’annonce a été faite lors du Conseil des ministres d’hier. Le Chef de l’Etat, qui présidait le Conseil des ministres, en a profité pour demander à son gouvernement de prendre les diligences requises pour assurer l’application intégrale de la loi sur les droits d’auteurs et les droits voisins, de diligenter l’ouverture d’une Ecole nationale des Arts et Métiers de la Culture dans des locaux adaptés et modernes. De même, il convient de soutenir la promotion du livre et de l’Art en général, à travers l’accompagnement des maisons d’édition, l’acquisition d’ouvrages et d’œuvres par les structures publiques, de hâter la finalisation du classement et de la mise en cohérence des statuts des différents édifices et sites culturels du Sénégal, de veiller à la sauvegarde des bâtiments et sites classés, éléments précieux de notre patrimoine national.

Macky

 

Le chef de l’Etat, leader de Benno Book Yakaar, est en passe de gagner des galons dans la capitale sud du pays où, dernièrement, son parti n’a pas connu de succès. En effet, l’Union Citoyenne Bunt Bi (Agir pour servir le Sénégal) du président El Hadji Ibrahima Mbow a décidé de travailler pour la réélection de Macky Sall en 2019, avec le soutien de Alimou Bâ, concepteur et initiateur du mouvement «Ensemble pour Ziguinchor». «Le Président Sall est le candidat idéal pour mettre le Sénégal sur les rails», dira Alimou Bâ, face à la presse. Candidat aux Législatives de juillet 2017, Alimou Bâ demande à ses camarades de parti de massifier leur formation politique, pour une éclatante victoire de Macky Sall en 2019.

 

Apr…

L’Alliance pour la République (Apr) de France se mêle au débat sur l’augmentation des députés. Dans un communiqué, Moïse Sarr, Secrétaire à la communication, veille et riposte de la section Apr/France, estime que la classe politique, la société civile et principalement, l’opposition, doivent aborder le sujet avec lucidité et responsabilité et éviter toute appréciation politicienne de nature à opposer les Sénégalais de l’intérieur à ceux de l’extérieur. «Le président de la République a été très cohérent dans sa démarche et tous les observateurs avertis peuvent en témoigner. Il a toujours considéré la diaspora comme la 15e région du Sénégal. De ce fait, faire représenter les Sénégalais de l’extérieur par 15 députés à eux dédiés pour mieux prendre en charge leurs préoccupations légitimes, n’est qu’une question de justice et de reconnaissance, au regard de leur apport économique», note le communiqué.

…France

Les partisans de Macky Sall renvoient ceux qui s’opposent à cette mesure aux seize (16) députés de la région de Dakar composée de quatre départements que sont Dakar (7), Pikine (5), Guédiawaye (2) et Rufisque (2). «Pourtant, la population de cette région est du même ordre, du point de vue démographique, que celle de la Diaspora. Au lieu de s’agiter, Oumar Sarr et Cie doivent faire profil bas, le Pds étant le seul parti du Sénégal dont le Sg, Me Abdoulaye Wade et le candidat désigné à la Présidentielle, M. Karim Wade, ont élu domicile à l’étranger. Sachons raison garder», lance Moïse Sarr, non sans appeler les Sénégalais de la diaspora à s’inscrire massivement sur les listes électorales.

Gambie

Pas un jour sans une info sur la Gambie et parfois par des canaux non officiels. Mais, celle d’aujourd’hui n’a rien d’une rumeur. Selon un article de l’Agence France-Presse (Afp), repris par le site Leral, le président de la Commission électorale indépendante (IEC) gambienne, Alieu Momar Njie, s’est réfugié au Sénégal voisin, par crainte pour sa sécurité, a affirmé, mardi soir, à l’Afp un membre de sa famille. Il aurait fui son pays suite à des menaces de mort visant sa personne. L’Agence France-Presse précise qu’aucun commentaire n’a pu être obtenu de sources sénégalaises. Considéré comme un homme de principe et de foi, l’octogénaire qui, jusque-là, avait juré de demeurer en Gambie, quoi qu’il arrive, aurait plié sous la pression de sa famille qui craignait pour sa vie.

 

Timbuktu

Lors d’un panel organisé hier dans le cadre du lancement de la chaîne YouTube sur l’éducation à la paix en Afrique « Educating for peace », Dr Bakary Sambe, directeur de Timbuktu Institute, a rappelé la pertinence d’un tel projet pour la promotion d’un «Islam de paix et de convivialité». Sous le thème «Contre l’extrémisme violent et pour la paix : quelles mobilisations, quels défis ?», cette journée de réflexion pour la lutte contre la radicalisation de l’Islam a réuni de nombreux penseurs et religieux au Warc. Conçu et piloté par Timbuktu Institute, ce programme soutenu par l’ambassade des États-Unis à Dakar, cherche à promouvoir la paix et le respect des différences, l’éducation au dialogue et la culture de la paix. «L’accent a été mis sur l’implication de la jeunesse et des femmes dont l’apport peut être significatif dans le travail de prévention», a indiqué Bakary Sambe.

Timbuktu (Bis)

Pour les spécialistes, la création de cette plateforme au niveau des réseaux sociaux répond à un besoin de valorisation des ressources culturelles africaines pour la prévention des conflits et des dérives extrémistes. «Chaque minute, 400 heures de vidéos sont téléchargées à partir de la plateforme YouTube. Au Sénégal, plus de 50% de la population est connectée à Internet. Donc utiliser les réseaux sociaux pour prévenir l’extrémisme violent est une solution à préconiser», a renseigné Aboubacar Sadikh Ndiaye. Cette initiative qui vise à favoriser les discours positifs des acteurs de la paix, n’est, selon Bakary Sambe, que le début d’un processus de lutte contre la radicalisation. Il a invité les jeunes à prendre Cheikh Ahmadou Bamba, El Hadj Malick, Oumar Foutiyou et Baye Niass comme modèles et à s’enquérir de leurs écrits. «Le lancement de la chaîne YouTube est un premier jalon dans la proposition de solutions préventives contre l’extrémisme et la promotion de la paix», confie le directeur de Timbuktu Institute.

Cambriolage

Le banditisme réapparaît à Maka Kolibantang, à 70 Kilomètres de Tamba où une bande armée a dévalisé la seule pharmacie de la localité, à l’absence du préposé à la sécurité. Défonçant la porte pour accéder dans les locaux, les cambrioleurs ont emporté 250 000 FCfa trouvés dans l’un des coffres-forts. A ce moment, le gardien serait parti à la sous-préfecture. Informée, la propriétaire ne fera que constater les dégâts. Fait surprenant, les médicaments, l’ordinateur portable et d’autres sommes d’argent n’ont été touchés. La brigade de gendarmerie de Maka Kolibantang a dépêché des éléments procéder aux constations d’usage et ouvert une enquête.

Trafic de…

Après quelques semaines d’intenses investigations, les éléments du commandant Diakité de la brigade de gendarmerie de Bakel ont arrêté un Malien, tôt ce mercredi 4 janvier, alors qu’il revenait de Touba pour aller au Fouta. Son nom : Lassana Coulibaly. Il est le cerveau d’un vaste réseau de trafic de stupéfiants entre le Mali et le Sénégal. Il est désormais placé en garde à vue dans les locaux de la brigade, en attendant de mettre la main sur ses principaux complices. En effet, c’est sur la base de renseignements que les pandores en poste au carrefour entre Bakel et le Fouta ont interpellé un véhicule en provenance de Touba. Le chauffeur ne fait aucune résistance face aux hommes en bleu.

…Stupéfiants

Une fouille du véhicule a permis la découverte de 20 kg de cannabis dans des emballages de friperie. Sur le propriétaire de la drogue, les occupants indexent le Malien qui à son tour, reconnait la paternité de la drogue. Les investigations révélèrent qu’il était le fournisseur de tous les camés du Fouta. Au cours de l’interrogatoire, il a reconnu avoir participé à un trafic international de produits stupéfiants. Il a aussi confirmé avoir effectué plusieurs voyages à Touba pour ensuite rallier le Fouta dans le but d’acheminer des produits stupéfiants. Il a révélé qu’à chaque voyage, du Mali vers la capitale du Mouridisme et le Fouta, il a transporté ces produits. Il sera déféré devant le Procureur Demba Traoré au terme de sa durée légale de garde à vue.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.