INDEX – L’OBS | www.igfm.sn
]
mardi, 21 février 2017
Accueil / L'OBSERVATEUR / Index / INDEX – L’OBS

INDEX – L’OBS

INDEX – L’OBS
INDEX

 

Mimi…

 

Il s’en est fallu de peu pour que la fête se gâche. Le grand rendez-vous organisé, samedi dernier, par la Coalition des femmes Mackystes pour l’émergence (Cofeme) a failli se terminer sur une note triste, à cause d’un sale ratage d’une marche d’escaliers par l’Envoyée spéciale de «Kor Marième». Après la chorégraphie du lutteur Baye Mandione et la brillante prestation des enfants de Doudou Ndiaye Rose qui ont enflammé les milliers de militants de la Cofeme, l’heure est venue pour le représentant du président  de la République à la cérémonie de prendre la parole. La présidente de la Cofeme affiche un large sourire. Sa cérémonie est une réussite. Pour le moment. Mais la poisse se pointe vers 18H30. La suite…

 

…Touré

Les griots se rangent. Les tam-tams se taisent. C’est le moment de passer aux choses sérieuses. Annoncé en grande pompe par l’inamovible griot du 3e millénaire, Mamadou Mbaye «Garmi», l’ancien Premier ministre se lève et amorce sa démarche majestueuse. Elle engage les marches et les avale une à une. Jusqu’à la dernière. Et hop ! Un vilain faux pas et Mimi est envoyée à terre. Une vilaine chute. Elle est à 4 appuis. Si c’était un combat de lutte, on l’aurait déclarée vaincue. Mais, en bon athlète, Aminata Touré se relève vite, avec l’aide de son body-garde, «faxasu» et continue son chemin. Elle boitille un peu. Mais, plus de peur que de mal. «Maassa waay !»

 

Cissé…

«El Pistoléro» ! Comme un soldat qui va en guerre, Moustapha Cissé enfile sa tenue de combat politique pour aller à l’assaut des adversaires de son mentor. Attention, l’homme à la dégaine facile a rechargé ses batteries et s’apprête à livrer le combat de sa vie : la réélection de «Maacky Sall» ! Profitant de la cérémonie officielle de la 18e édition de son thiant, Moustapha Cissé Lô a appris à ses camarades apéristes que la réélection de Macky Sall à la Présidentielle 2019 passe par la synergie des forces, surtout de ceux que le Président Sall a porté au pinacle, en les nommant à des postes de responsabilités. «Nous devons tous nous mobiliser pour baliser au chef de l’Etat, la voie de sa réélection en 2019 et auparavant, une majorité à l’Assemblée nationale, dans quelques mois. Macky Sall nous a tous mis dans de meilleures conditions pour pouvoir affronter et vaincre l’opposition. Pourquoi alors hésiter ou s’abstenir de mobiliser les fonds nécessaires pour réussir ce pari ? Ca doit être le combat de tout le monde.» Ça ce n’est pas du Pistoléro, ce qui suit oui…

 

…Lô

Ne ratant jamais une occasion de se distinguer par des phrases dont lui seul a le secret, Moustapha Cissé Lô a encore honoré son rang. Le chapitre de la réélection de Macky fermé,  le deuxième vice-président à l’Assemblée nationale ouvre celui des Législatives. Et c’est pour mettre en garde Abdoulaye Diouf Sarr et Khalifa Sall. Cissé Lô compte, au besoin, utiliser sa force de frappe financière pour bousculer les mairies de Yoff et Dakar. «J’ai beaucoup d’argent qui me permet de gagner toutes les batailles que j’engage. Celui qui n’est pas friqué comme moi ne peut me tenir tête. Moi, je sais mettre la main à la poche, quand il le faut.» C’est dit !

Bathily

Ce n’est plus un secret pour personne : Macky Sall s’est mué en directeur de campagne pour vendre la candidature de Abdoulaye Bathliy à l’élection de la présidence de la commission de l’Union africaine en juillet. Pour remplacer Nkosazana Dlamini-Zuma, le Président, en plus de prêcher lui-même la bonne parole, a dépêché ses ministres sur le terrain pour convaincre ses homologues. C’est ainsi que «le ministre Secrétaire général du Gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, est l’Envoyé spécial du chef de l’Etat auprès de ses homologues de Seychelles, Maurice, Madagascar et Comores, pour les sensibiliser et les amener à soutenir la candidature de notre compatriote, Abdoulaye Bathily à la commission de l’Union africaine». Le communiqué rappelle également que «lors du sommet pour la sécurité maritime, tenu récemment à Lomé, au Togo, Macky Sall a eu de nombreux entretiens avec ses homologues sur la candidature sénégalaise pour la succession de Nkosazana Dlamini-Zuma.» Le Sénégal a comme farouches adversaires, les ministres des Affaires étrangères du Kenya, Amina Mohamed Jibril et du Tchad, Moussa Faki Mahamt. Les deux autres, la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi et l’Équato-guinéen Agapito Mba Mokuv, avaient déjà échoué en juillet dernier.

Khalifa

Après l’avoir combattu, Khalifa Sall «commence à regretter Wade». Selon le socialiste, avec Wade, «on savait à quoi s’en tenir. Si on lui donnait des arguments convaincants, il nous laissait travailler». Le maire de Dakar était l’invité de l’émission «Ça me dit mag» de la 2stv, ce samedi, nous apprend Seneweb. «Depuis 2012, aucun de nos projets structurants n’a émergé. Ils (les tenants du pouvoir) ont tout bloqué», déplore-t-il, ajoutant que l’objectif de Macky Sall et de ses partisans est de dire, le moment venu, que Khalifa Sall n’a rien réalisé à Dakar. «Je n’accepterai jamais les conditions qu’ils m’ont posées pour me laisser travailler», jure-t-il, sans entrer dans les détails de la proposition à lui faite.

Manko

Le coordonnateur de Manko Watu Sénégal, Mamadou Lamine Diallo, s’est joint au flot de réprobations qui ont accompagné la dernière réforme du Code électoral. Réforme qui porte le nombre de députés à 165, octroyant ainsi 15 élus aux Sénégalais de l’Extérieur. Pour le député, le chef de l’Etat a poignardé l’opposition dans le dos. «Il y a une rupture d’égalité. Parce que les députés sont les mêmes. Le fait même de dire qu’il y aura des députés dédiés à la Diaspora, il faut être Ismaïla Madior Fall et Macky Sall pour écrire cela dans la Constitution. Nous sommes tous des députés de la nation. Il y en a qui proviennent de la Diaspora, il y en a qui proviennent de Sédhiou, de Podor etc.», a-t-indiqué à l’émission «Opinions» sur Walf Tv, note Seneweb. Le leader de Tekki poursuit : «Nous avons voté contre ce projet de Code électoral qui, sur certains aspects, a accepté un certain nombre de propositions de l’opposition, mais dans le fond, nous ne pouvions pas le voter, parce que Macky Sall nous a poignardés dans le dos.»

Aliou Sall

A Guédiawaye, la liste des responsables de l’Apr qui ont jeté leur dévolu sur Aliou Sall pour diriger la liste de la future coalition présidentielle, ne cesse de s’allonger. Après Lat-Diop, il y a quelques semaines, c’était hier, Baïdy Sèye qui exprimait son souhait de voir le frangin du Président Sall mener la barque. Le maire de Ndiarème Limamoulaye explique son choix : «En dehors de ses vertus et valeurs morales, Aliou Sall a posé des actes majeurs de bonne gouvernance locale qui ont radicalement changé la physionomie de Guédiawaye.» A la question de savoir si un tel choix ne va pas gêner le Président Sall, à l’heure des choix définitifs, Baidy Sèye brandit son droit à l’expression sur la marche de l’Apr dont il est membre : «Mon propos relève d’une intime conviction. En tant que responsable de l’Apr, j’estime qu’on ne va pas me dénier mon droit d’exprimer mon choix. Aliou Sall a une dimension fédératrice et une capacité managériale qui lui ont permis de remporter des victoires. On ne change pas une équipe qui gagne et que le Président Macky Sall ait le dernier ne doit m’empêcher de dire ma pensée.»

 

 

Grogne

Préoccupées par le sort qui leur sera réservé dans la mise en œuvre du projet du Train express régional (Ter) et lasses d’attendre des explications à leurs inquiétudes exposées au directeur général de l’Apix, les populations de Thiaroye-Gare riveraines de la voie ferrée se sont fortement mobilisées hier, pour sonner l’alerte. Me Ahmadou Lamine Lèye a porté leur parole : «Il est constant et incontestable que le silence méprisant et assourdissant du directeur général de l’Apix envers nos préoccupations légitimes et citoyennes d’être informées sur les tenants et aboutissants du projet du Train express régional sur notre existence et celle de nos familles est inacceptable.» A l’en croire, la frustration des populations impactées par le Ter est d’autant plus grande qu’elles ont eu à adresser des correspondances au directeur de l’Apix et discuter avec le Préfet de Pikine. «La courbe de nos inquiétudes est démesurément ascendante du fait de la persistance de son mépris souverain envers l’exposé écrit de notre collectif», se désole l’avocat porte-parole du collectif.

 

 

Mur

Qui veut aller loin ménage sa monture. Les Apéristes de Diourbel ont assimilé cette maxime et mis en place une machine de guerre en direction de la Présidentielle 2019, avec comme objectif : la réélection de Macky Sall. Le Mouvement pour l’unité républicaine (Mur)/«And Falat Macky» (S’unir pour réélire Macky) est sur les fonts baptismaux, avec comme marraine la Première dame, Marième Faye Sall. «Le mouvement a pour vocation de retracer les réalisations du Président Sall, pour œuvrer à sa réélection en 2019. Nous avons invité toute la classe politique, régionale et nationale, pour réfléchir et montrer les réalisations du président de la République aux populations qui les ignorent encore», a déclaré le chargé de la communication du Mur, Alioune Badara Fall, samedi soir, à l’occasion d’un diner-débat auquel ont pris part Aminata Tall, présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et d’autres leaders du parti présidentiel.

 

 

Kanel

Le premier Questeur de l’Assemblée nationale, Daouda Dia, a fait don de motopompe aux femmes de Ganguel Soulé, village de la députée Marième Kane. Cet outil d’une valeur de 10 millions de FCfa bénéficiera aux 400 femmes qui s’activent dans le maraîchage. «La machine était à l’arrêt, c’est pourquoi elles n’ont pu travailler cette année», a souligné Marième Kane. Daouda Dia a, en outre, procédé à l’inauguration de la radio Damgua Fm logée au Centre multimédia communautaire, au chef-lieu de commune. La manifestation s’est déroulée ce week-end.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

}