« Je suis comme le pêcheur qui quitte les côtes sénégalaises mais revient toujours »

People

IGFM – Le chanteur et désormais homme politique sénégalais raconte ses dimanches au JDD. À Dakar, le griot retrouve les siens autour d’un plat traditionnel tout en suivant foot et lutte sénégalaise.

« Je me lève tard, vers midi, voire plus tard si j’ai chanté la veille. Mon premier réflexe est d’allumer la télé pour prendre connaissance des résultats de sport. » Étonnamment ordinaires, les dimanches de ­Youssou Ndour? À ceci près que le chanteur dakarois n’est pas près de céder son trône de roi du mbalax, le rythme emblématique du Sénégal. Cette année, il a encore ­surpris son monde avec History, co­produit avec l’Américain Matt Howe, connu pour avoir accouché de beaux disques avec ­Lauryn Hill, Madness ou Primal Scream. Ndour s’y essaie à l’Auto-Tune, le correcteur vocal chéri des rappeurs. Serti de rythmes saccadés dernier cri, l’album n’abonde pas moins de références à la musique africaine. Quoi qu’il en soit, c’est à Dakar et nulle part ailleurs qu’il se représente ses dimanches… « Je suis comme le pêcheur qui quitte les côtes sénégalaises mais revient toujours, dit-il. Je n’ai jamais habité autre part. »

Le dimanche dans son bureau

En aurait-il le temps? ­Ancien ministre de la Culture et du Tourisme, désormais ministre-­conseiller du président Macky Sall dont il est proche, ­Youssou Ndour combine sa vie de lumière avec de multiples engagements citoyens (paludisme, dette, microcrédit, éducation). Lui-même un temps candidat à l’élection présidentielle sénégalaise en 2012, il est un homme d’affaires soucieux de faire avancer l’Afrique de l’Ouest.

Le suite à lire ici : https://www.lejdd.fr/Culture/youssou-ndour-jaime-etre-un-homme-public-et-aime-mais-il-y-a-un-moment-pour-tout-3937211

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.