Kolda : plus de 4 000 électeurs sollicitent une commission d’inscription sur le fichier électoral à Médina Chérif | www.igfm.sn
mercredi, 19 juillet 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Kolda : plus de 4 000 électeurs sollicitent une commission d’inscription sur le fichier électoral à Médina Chérif

Kolda : plus de 4 000 électeurs sollicitent une commission d’inscription sur le fichier électoral à Médina Chérif

Kolda : plus de 4 000 électeurs sollicitent une commission d’inscription sur le fichier électoral à Médina Chérif
iGFM – (Kolda) – L’insuffisance des commissions chargées de la confection de la carte d’identité biométrique CEDEAO et de la carte d’électeur, continue d’être décrier partout au Fouladou. A Médina Chérif, commune située dans l’arrondissement de Mampatim, ils sont plus de 4 000 électeurs qui revendiquent désespérément la mise en place d’une commission au niveau de leur collectivité locale.
Bousculades, insuffisances, lenteurs des commissions chargées de la confection de la carte d’identité biométrique CEDEAO et de la carte d’électeur,  sont partout constatées à Kolda. Dans la commune de Médina Chérif, c’est l’absence de commission, qui irrité l’ire  des populations. En effet, dans cette collectivité locale, forte de 65 villages et hameaux, depuis le démarrage (le lundi 4 novembre dernier) des opérations de confection de la carte d’identité biométrique CEDEAO et de la carte d’électeur, aucune commission fixe  ou itinérante n’a été implanté ni envoyée. «C’est l’impasse totale», s’insurgent, les populations. Ainsi, on estime à plus de 4 000 potentiels électeurs qui ne sont toujours pas inscrits faut de commission ou ils sont confrontés à des problèmes d’accès à la seule commission implantée à Mampatim chef lieu d’arrondissement. «Jusqu’à présent, on ne parvient pas à s’inscrire faute de commission.
Pour tout l’arrondissement de Mampatim, il y a qu’une seule commission, il faut parcours 30km à 40km à vélo pour accéder à cette commission», a expliqué Boubacar Baldé enseignant en service dans la commune. Notre interlocuteur qui déplore cet état de fait, suggère, «à défaut d’implanter une commission à Médina Chérif chef lieu de notre commune, que les autorités s’efforcent de nous envoyer une commission itinérante  dans les plus brefs délais». Responsable de l’Alliance pour la république (Apr) également maire de la commune, Mamadou Gano d’étaler ses craintes face à une telle situation. «Nous avons fait des tournées de sensibilisations pour inciter les populations à aller s’inscrire massivement, mais partout où nous sommes passés, elles nous demandent à quand l’arrivée de la commission à Médina Chérif». L’édile de la commune de souligner le travail politique, qu’il est entrain de mener à la base «j’ai fait le tour de plus de la moitié des villages de ma commune pour tâter le pool. Le constat reste le même, Médina Chérif est et reste un bastion de l’Apr. Mieux, partout, nous avons enregistré des ralliements à la pelle mêle aussi bien au niveau de conseillés qu’au niveau des responsables de l’opposition».
Toutefois, il craint que ces ralliements ne soient pas bénéfique à l’Apr et ses alliés lors des législatives de juillet prochain. Car, alerte le maire Mamadou Gano «mais, aujourd’hui, notre seul souci se trouve au niveau des inscriptions sur les listes électorales. Car, tenez-vous bien, il n’y a qu’une seule commission dans tout l’arrondissement de Mampatim qui compte six communes et nous ne pouvons pas accepté que cela perdure. Sinon, la commune de médina chérif est un bastion avéré de l’Apr et si, nous ne parvenons pas s’inscrire, cela pose  problème. Donc nous interpelons les autorités notamment le ministre de l’intérieur de nous permettre d’avoir une commission ici à Médina Chérif pour permettre à tous ces électeurs de s’inscrire massivement. Je dis bien, il y a plus de 4 000 électeurs qui sont là et qui ne sont toujours pas inscrits. Il nous  faut une commission avant le 30 mars date qui marque la fin de la gratuité des opérations», a-t-il interpelé le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Abdoulaye Daouda Diallo. Et le maire Mamadou Gano de terminer en insistant «jusque là, nous n’avons pas reçu la commission au niveau de la commune de Médina Chérif. Pas l’ombre d’une seule commission, il n’y a même pas de commission ici».
Jules  Sall (correspondance) 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.