La facture de 57 milliards qui gêne Macky Sall

Société

IGFM – La facture d’électricité coûte les yeux de la tête à l’Etat. D’après les investigations menées par «L’Observateur», la dépense d’électricité des bâtiments et édifices publics tourne autour de 56 à 57 milliards de FCfa par an. Soit 4 à 5 milliards de FCfa par mois.

Le chef de l’Etat a décidé de passer à l’acte dans le cadre de sa politique de rationalisation des dépenses publiques. Et depuis un certains temps, il a commencé à mettre en pratique la décision. Il a démarré par la délocalisation de certains services (ministères) de l’Etat qui sont désormais logés dans les sphères ministérielles de Diamniadio. Ensuite, s’en est suivie la rationalisation des dépenses de communications téléphonique et d’Internet. Là, le Président Sall a décidé de s’attaquer aux charges lourdes de l’Etat causées par la facture d’électricité. L’objectif étant de gonfler les caisses de l’Etat afin de répondre à certaines urgences sociales.

Facture d’électricité annuelle de 12 à 15 milliards pour la Présidence, la Primature et les ministères…  

L’on comprend maintenant pourquoi le chef de l’Etat a élevé la voix en exigeant que soit réduite drastiquement la facture de l’électricité. D’après les investigations menées par «L’Obs», le Président Macky Sall ne compte pas reculer sur sa volonté de compresser les charges lourdes de l’Etat. Car, le coût de l’électricité grève dangereusement le budget de l’Etat. Les chiffres sont effarants. La facture de l’électricité coûte à l’Etat entre 56 et 57 milliards de FCfa par an, soit environ 4 à 5 milliards par mois. La facture de l’Etat central (bâtiments de la Présidence, Primature, ministères…) tourne autour de 12 à 15 milliards de FCfa par an. C’est le ministère des Finances qui prend en charge le règlement de cette facture de l’Etat central à travers la rubrique budgétaire appelée «Dépenses communes». Pour ce qui est des démembrements de l’Etat (établissements publics : universités, écoles, agences de l’Etat, hôpitaux…), ils consomment 20 milliards de FCfa par an, en termes d’électricité. Le plus cocasse dans cette affaire, indique une source, c’est le fait que l’Etat s’engage à régler la facture d’électricité des hôpitaux. «Ce sont les hôpitaux qui doivent payer leurs factures d’électricité, puisqu’ils ont une autonomie de gestion», signale-t-on. Mais, vu la sensibilité du secteur de la santé, les structures sanitaires ne paient pas. Elles organisent une sorte de «chantage sensationnel» sur l’Etat pour ne pas décaisser de fonds pour le règlement de leurs factures d’électricité. C’est ce qui avait poussé Mouhamadou Makhtar Cissé, Directeur général de la Senelec d’alors, de menacer de couper l’électricité aux hôpitaux qui n’étaient pas en règle. Une façon de faire réagir l’Etat pour qu’il éponge la dette des hôpitaux vis-à-vis de Senelec. «Si la Senelec ne réclame pas l’argent qu’on lui doit, il faudra bien se demander comment elle va faire pour fonctionner», justifiait l’ancien Dg de Senelec. Cette lourde facture d’électricité des hôpitaux pèse, de façon inexplicable, sur les charges de l’Etat. C’est une niche de gaspillage des ressources et pourtant les charges ne sont pas obligatoires pour l’Etat. Il en est de même pour les collectivités locales qui doivent se prendre en charge.

32 milliards Cfa de dettes dues à la Selenec

Mais pour des questions politiques, l’Etat se substitue à elles pour régler leurs factures d’électricité. Le président de la République d’alors, Me Abdoulaye Wade, avait décidé, vers 2004, que l’Etat prendrait en charge l’éclairage public des collectivités locales. Mais, en novembre 2011, pour défendre le budget 2012 de son département, Karim Wade, ministre d’Etat  d’alors chargé de la Coopération internationale, de l’énergie, des transports aériens et des infrastructures, avait tapé du poing sur la table, en disant devant les députés que les collectivités locales qui ne règleront pas leur facture d’électricité seront délestées à compter du 30 novembre prochain. Puisque de nombreuses collectivités étaient débitrices de la Senelec. «Il est clair que toutes les collectivités locales défaillantes seront privées de courant. Elles seront tout simplement délestées. Nous avons pris la décision de leur couper le courant dès ce 30 novembre (2011). A l’heure actuelle, les collectivités locales doivent à la Senelec trente-deux (32) milliards, alors que cette dernière ne leur doit que trois milliards», avait menacé Karim Wade. Cela démontre nettement les sacrifices que fait l’Etat pour prendre en charge cette lourde ardoise des collectivités locales qui varient entre 22 et 23 milliards de FCfa par an. En fait, 4 à 5 milliards de FCfa sont décaissés par an pour assurer le paiement de la facture d’électricité des bâtiments des collectivités locales, notamment les hôtels de ville et les services annexes. L’éclairage public coûte à l’Etat 17 milliards de FCfa par an.

Les deux leviers de rationalisation de Macky Sall

Conscient du fait que cette manne financière faramineuse injectée dans l’électricité coûte les yeux de la tête à l’Etat, le Président Macky Sall a pris des mesures draconiennes pour décharger le Trésor public de certaines dépenses «inappropriées». Au ministère de l’Energie, on travaille déjà à mettre en place une stratégie pour réduire sensiblement la consommation d’électricité afin de diminuer la lourde facture d’électricité. Le schéma en cours de finalisation s’appuie sur deux leviers : l’organisation et la technologie. Pour ce qui est de l’organisation, le ministère de l’Energie, l’Agence pour l’économie et la maîtrise de l’énergie (Aeme) et la Senelec travaillent à mettre en place une plateforme pour contrôler les consommations d’énergie de l’Etat. Cela devrait permettre de surveiller les niveaux de consommations des différentes structures étatiques et de les rationaliser. Il est même annoncé l’installation de compteurs Woyofal gérés à partir de la plateforme pour les créditer, afin de faire des économies. Quant à l’aspect technologique, l’Etat compte poursuivre sa politique de construction des bâtiments intelligents, comme le Building administratif et les Sphères ministérielles de Diamniadio où il y a des installations d’énergie solaire. Ce programme est géré par l’Agence nationale pour les énergies renouvelables du Sénégal (Aner).  Il sera recommandé que les futurs bâtiments administratifs soient équipés de cette technologie d’installation solaire qui devrait alterner avec l’énergie électrique. Le concept de bâtiments intelligents intègre aussi les ampoules électriques qui s’éteignent elles-mêmes quand il n’y a plus de présence humaine sur les lieux.

MATHIEU BACALY

1 Comment

  1. PRODUITS BIO NATUREL Biotechnologique
    Thé Intestinale
    La constipation détruit la vie de plusieurs personnes aujourd’hui, voire douloureuse, la plupart vive avec depuis des années On parle alors de constipation chronique ou sévère,
    chez les HOMMES elle détruit la fonction sexuelle,agit sur les nerfs et les fatigue et s’accompagne de douleurs dans le corps, chez les FEMMES elle est l’une des premiers causes de troubles génitaux.
    Certains traitent la constipation chronique avec les laxatifs courants qui sont inefficaces. aujourd’hui HAOQI vous offrent le meilleur traitement pour guérir définitivement la constipation et il est puissant et merveilleux le voici:
    THÉ INTESTINALE de la Société Hao Qi Biotechnologie finit la constipation
    Ingrédients: L’amande amére,catsia tora linn, fructus momordicae,sterculia lynchnophora ,fructus Cannabis,noix de muscade, thé de Pu’er etc…
    Avec la technologie d’extraction à basse température, ils conservent entièrement l’activité biologique de ces ingrédients actifs ainsi le thé intestinale:
    -Aide pour la défection, humidifie la paroi intestinale, ramolli les selles difficiles, purge les plis intestinaux de sortes que les selles difficiles ne soient plus adhérentes à la paroi intestinale, et de ce fait excrétées hors de l’intestin humain, de manière à dégager les selles et éliminer les substances nocives
    – Désinfecte l’intestin et favorise la bonne digestion et une bonne haleine
    Quand les intestins ne sont pas bien nettoyés, ceci conduit à l’haleine non fraîche, l’odeur corporelle est aussi désagréable donc le thé intestinale nettoye le côlon, purifie votre environnement interne de sorte que les intestins sont propres et sains comme si c’était rincé. Vous sentirez que la mauvaise haleine aura disparu, inconsciemment une odeur naturelle émane du corps
    -Humecte l’intestin pour faciliter l’évacuation des selles et régule la flore Intestinal
    -Régule la sécrétion de fluide corporel et restaure progressivement le péristaltisme intestinal régulier ainsi les selles difficiles, la constipation, les ballonnements, et les douleurs abdominales disparaitront
    -Évite la violation d’entérotoxine qui aide pour une peau lisse, terne et délicate sans taches ni acnés,
    -Élimine les corps secs et favorise la poussée des cheveux et une bonne santé de la peau.
    -Traite l’hémorroïde aussi.
    -Nettoye le sang des toxines
    -Atténue les douleurs d’estomac
    -Peut réduire les graisses du ventre
    -Améliorer les menstrues chez les femmes
    PRIX 7500
    Contacts: possibilité de livraison +22177 745 22 36

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.