Le Cemga, Cheikh Guèye – «Il faut des drones et des radars pour lutter contre le terrorisme» | www.igfm.sn
mercredi, 15 novembre 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Le Cemga, Cheikh Guèye – «Il faut des drones et des radars pour lutter contre le terrorisme»

Le Cemga, Cheikh Guèye – «Il faut des drones et des radars pour lutter contre le terrorisme»

Le Cemga, Cheikh Guèye – «Il faut des drones et des radars pour lutter contre le terrorisme»
le directeur de l’Onfp Sanoussi Diakité

iGFM – (Dakar) Le général Cheikh Guèye, Chef d’état major des armées du Sénégal a également pri part au 4e Forum International de Dakar sur la paix et la Sécurité.

Dans son discours, il n’a pas manqué d’évoquer les contraintes auxquelles les armées africaines sont confrontées pour faire face aux menaces djihadistes.

Il s’agit entre autres des «difficultés souvent rejetées de l’utilisation de méthodes et d’outils de travail spécifique à chaque acteur. Au plan opérationnel, le défaut de culture, de doctrine et de procédure commune peut constituer une limitation importante même si le cadre juridique de l’intervention des forces est souvent bien défini».

Pour le Cemga, «un deuxième aspect qu’il ne convient pas de négliger, c’est l’impact des engagements intérieurs sur les capacités des forces. Un rythme d’engagement soutenu et durable sur le territoire peut déséquilibrer le cycle d’activité et affecter négativement la préparation opérationnelle des unités. La troisième contrainte est inhérente à la conduite d’opération sur le territoire national, au cœur de la population. Enfin, le déficit en matière de renseignement»

C’est au regard de ces contraintes qu’il préconise de développer des doctrines et des procédures communes visant à favoriser une meilleure connaissance des limites connues, nécessaire à l’adoption des règles d’engagement.

Cela, dit-il passera par l’équipement de différents acteurs pour leur permettre d’intervenir en amont contre les menaces. C’est en sens qu’il trouve nécessaire pour les pays de s’orienter aujourd’hui, vers les moyens modernes de collecte de renseignements tels que les drones, les radars. Des moyens qui demandent beaucoup d’investissements.

Sekou Dianko DIATTA (Depuis le CICAD)

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.