Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN | www.igfm.sn
vendredi, 17 novembre 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN

Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN

Le prix Nobel de la paix 2017 décerné à la campagne antinucléaire ICAN
(From L) World Council of Churches (WCC) spokeswoman Marianne Ejdersten, Nuclear disarmament group International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN) executive director Beatrice Fihn, ICAN coordinator Daniel Hogstan and ICAN member of the steering committee Grethe Ostern attend a press conference after ICAN won the Nobel Peace Prize for its decade-long campaign to rid the world of the atomic bomb as nuclear-fuelled crises swirl over North Korea and Iran, on October 6, 2017 in Geneva. With the nuclear threat at its most acute in decades, the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, which on October 6 won the Nobel Peace Prize, is urgently pressing to consign the bomb to history. / AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI

Le comité Nobel norvégien a tenu à souligner la grande menace que représentent ces armes pour la paix mondiale, en visant notamment les ambitions militaires de la Corée du Nord.

Alors que Donald Trump remet en cause l’accord nucléaire iranien et que la Corée du Nord multiplie les essais nucléaires, le symbole est fort. Le prix Nobel de la paix 2017 a été attribué ce vendredi à l’ICAN, la campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires.

» Lire aussi – Un siècle de prix Nobel de la paix passé au crible

«Nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps. Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord», a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, qui a appelé les puissances nucléaires à entamer des «négociations sérieuses» en vue d’éliminer leur arsenal.

» Lire aussi – Corée du Nord, Iran: doit-on craindre une prolifération nucléaire dans le monde?

À Berlin, le 13 septembre dernier, des militants de la campagne ICAN (BRITTA PEDERSEN / AFP)

Depuis 2007, la campagne rassemble 460 ONG, dont l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), afin de lutter contre les armes nucléaires dans le monde. Ils travaillent pour la reconnaissance «de leurs conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques».

La campagne appelle les États, les organisations internationales mais aussi la société civile à reconnaître la nécessité d’une interdiction totale des armes nucléaires.

Souhaitant les «éliminer complètement», l’ICAN a poussé à l’adoption d’un traité historique d’interdiction de l’arme atomique en juillet dernier. Signé par 122 pays, il a une portée essentiellement symbolique en l’absence des neuf puissances nucléaires.

» Lire aussi – ONU: un traité interdit symboliquement l’arme nucléaire

D’après Berit Reiss-Andersen, l’ICAN a eu le mérite d’«attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques induites par tout recours aux armes nucléaires et pour ses efforts déterminants en vue d’obtenir un traité d’interdiction de ces armes».

«Le Comité (Nobel) tient à souligner que les prochaines étapes vers la réalisation d’un monde sans armes nucléaires doivent impliquer les États dotés de l’arme nucléaire. Cette année, le prix de la Paix est donc également un appel lancé à ces États pour qu’ils engagent des négociations sérieuses en vue de la disparition progressive, équilibrée et soigneusement contrôlée de près de 16.000 armes nucléaires dans le monde», a-t-elle expliqué.

«Le désarmement n’est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente»

L’ICAN a annoncé qu’elle acceptait «avec une immense joie» le prix Nobel. «C’est un moment de grande tension dans le monde, alors que les déclarations enflammées pourraient tous nous conduire très facilement, inexorablement, vers une horreur sans nom», a déclaré l’ICAN dans un communiqué.

«Le désarmement n’est pas un rêve, mais une nécessité humanitaire urgente». Avant d’ajouter: «Le spectre d’un conflit nucléaire plane à nouveau largement. S’il y avait un moment pour que les nations déclarent leur opposition sans équivoque aux armes nucléaires, ce moment serait maintenant», a lancé l’organisation. La directrice Béatrice Fihn a ensuite directement attaqué Donald Trump: «L’élection du président Donald Trump a mis beaucoup de gens très mal à l’aise, à l’idée qu’il peut, à lui seul, autoriser l’utilisation des armes nucléaires».

» Lire aussi – Armes nucléaires: une vingtaine de pays contre un traité d’interdiction

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a salué cette attribution. «C’est bien de voir le prix Nobel 2017 à l’ICAN. Nous partageons un solide engagement pour parvenir à l’objectif d’un monde débarrassé des armes nucléaires», a réagi la Haute Représentante de l’UE sur son compte Twitter.

À Moscou, le Kremlin a déclaré «respecter» cette attribution, en réaffirmant que la Russie restait fidèle à sa politique de non-prolifération. «C’est la décision du Comité Nobel, et il faut la respecter», a indiqué à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

«La Russie est un membre responsable du club des puissances nucléaires, et on connaît bien notre position selon laquelle la parité nucléaire est très importante et sans alternative (…) pour la stabilité et la sécurité régionales», a-t-il souligné. Moscou défend «de manière active et conséquente sa position visant à aboutir à la non-prolifération des armes nucléaires», a assuré le porte-parole.

Le prix Nobel de la paix, doté d’une médaille d’or et de neuf millions de couronnes suédoises (près d’un million d’euros), sera remis à Oslo le 10 décembre.

Figaro

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.