« L’heure est venue d’arrêter cette violence à l’endroit des femmes… »

Actualité

 

iGFM – (Dakar) La violence subie par les femmes adopte ces derniers jours de multiples visages viols, meurtres. Elles sont confrontées au plafond de verre dans la société, marginalisé dans leur ménage, à l’exploitation sexuelle ou encore au viol et au harcèlement.

Comme partout dans le monde, la femme a des droits. Les connaitre ou les reconnaître ne dépendent que du réel. Il s’agit aussi de mettre en place une protection juridique et un soutien psychologique pour les femmes victimes d’abus, qui ne doivent plus jamais être traitées comme une marchandise ou un moyen de plaisir ou de profit économique. Ainsi, il faut faire cesser toutes les pratiques inhumaines et les coutumes courantes qui humilient la dignité de la femme.

Selon la chargée du plaidoyer du réseau « Siggil Jiggen » et l’association des femmes juristes du Sénégal “AJS“, « l’heure est venue d’arrêter cette violence à l’endroit des femmes ». 16 jours d’activismes, une campagne lancée pour sensibiliser sur la question du viol en tant que forme spécifique de violence perpétuée contre les femmes et les filles, aussi bien en période de conflit qu’en temps de paix. Des panels sont organisés, ainsi que des formations de sensibilisations, mais aussi, des rappelles sur la nécessité d’un avenir sans violence. 

Travaillant dans le domaine de la promotion et la protection des droits des femmes au Sénégal, le réseau Siggil Jigéen est une ONG qui regroupe aujourd’hui 16 organisations membres dont les activités intéressent directement plus de 12 000 femmes sénégalaises. Selon la coordinatrice Madame Thiam, il est temps que « le Président Macky Sall agit sur ce fléau. … »

Pendant ce temps, l’association des femmes juristes du Sénégal “AJS“ plaide pour le durcissement des peines. Au micro de Igfm.sn, Madame Awa Tounkara souhaite que « La lutte continue et nous voulons des sanctions beaucoup plus sévères contre les acteurs des certaines violences faites aux femmes. L’État doit criminaliser le viol… ».

Mariem SALL

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.