L’Impact du changement climatique sur l’agriculture – L’Ipar partage son savoir-faire | www.igfm.sn
mercredi, 7 juin 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Agriculture / L’Impact du changement climatique sur l’agriculture – L’Ipar partage son savoir-faire

L’Impact du changement climatique sur l’agriculture – L’Ipar partage son savoir-faire

L’Impact du changement climatique sur l’agriculture – L’Ipar partage son savoir-faire

iGFM – (Dakar)  En Afrique, le changement climatique et les problèmes environnementaux constituent de sérieuses menaces qui pèsent sur les secteurs clés de l’économie, notamment l’agriculture, principale pourvoyeuse d’emploi, avec près de 65%de la population active. Le directeur exécutif de l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) Dr Cheikh Omar Ba a soutenu, ce mardi, lors de l’atelier de partage des résultats du projet Agmip avec les médias que : « ces dernières années d’importants progrès ont été accomplis dans la quête de connaissance sur du changement climatique et les mesures d’adaptation et d’atténuation et mettre œuvre ». Néanmoins avoue-t-il « il reste de nombreuses incertitudes et des gaps de connaissances ».

C’est dans ce cadre poursuit directeur exécutif de l’Ipar qu’ « un projet de recherche interdisciplinaire d’envergure internationale dénommé AgMip1 a eu l’ambition d’évaluer l’impact du changement climatique sut l’agriculture sur les systèmes actuels et futurs horizons (2050) ».

Au Sénégal, le projet a été expérimenté dans le département de Nioro du Rip dans la région de Kaolack. Les résultats du projet dans cette partie du pays a permis de savoir que d’ici 2050 les récoltes de mil et de mais seront affectés par le changement climatique, tandis que l’arachide aura une croissance positif.

D’après le présentateur du projet le Dr Ibrahima Hathie, l’Etat du Sénégal doit mettre à la disposition des paysans des matériels agricoles adéquats pour résister aux effets du changement climatique. Il a aussi suggéré la pratique de récolte diversifier à la place de spécialisation dans la récolte d’aliments spécifique (riz, mil, mais…). Car, selon M.Hathie pour atteindre l’autosuffisante alimentaire, les agriculteurs doivent être en mesures de produire les aliments de consommation aussi bien pour l’homme que pour le bétail.

Par ailleurs l’Ipar souhaite que les résultats de ces recherches soient partagés avec les ministères et institutions concernés afin que la résistance agricole face aux changements climatiques soit une réalité.

P.K.T

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.