Louga – Mort atroce : Le camion déchiquète le conducteur de moto Jakarta | www.igfm.sn
]
vendredi, 30 septembre 2016
Accueil / L'OBSERVATEUR / Louga – Mort atroce : Le camion déchiquète le conducteur de moto Jakarta

Louga – Mort atroce : Le camion déchiquète le conducteur de moto Jakarta

Louga – Mort atroce : Le camion déchiquète le conducteur de moto Jakarta

 

L’OBS – Le conducteur de moto Jakarta, Babacar Guèye, est mort d’une manière atroce. Il a été écrasé par un camion. L’accident a eu lieu hier, aux environs de 8H. Le chauffeur du véhicule a été arrêté par la police.

La ville de Louga s’est réveillée hier, dans la douleur et la consternation. La raison : un accident d’une atrocité inouïe s’y est produit vers 8 heures, à hauteur  de l’école élémentaire Grand Louga 1, sur la route menant vers le Tribunal régional. Des motos Jakarta roulant dans le même sens, pour éviter un nid-de-poule, sont entrées en collision. Du coup, les deux conducteurs se sont retrouvés à terre. Plus veinard, le plus jeune qui transportait pourtant une élève, est tombé sur le trottoir, alors que son collègue, Babacar Guèye, âgé de 47 ans, a eu la malchance de chuter sur la route goudronnée. Malheureusement pour lui, il a été surpris dans cette position (ventre et visage contre terre) par un camion de transport de marchandises roulant dans le sens inverse. Son corps a été littéralement écrabouillé et déchiqueté en plusieurs morceaux.

Des témoins tombent en syncope

Avisés, les éléments de la 52e Compagnie de secours et d’incendie de Louga rallient les lieux du drame. Sur place, ils ont ramassé les différentes parties du corps du défunt, éparpillées sur le bitume. Le chauffeur du camion a été arrêté par la police.

Certains, parmi les premiers secouristes à arriver sur les lieux du drame, n’ont pu tenir le coup devant l’atrocité de l’accident. Plus de 4 filles, témoins oculaires du choc, telles des mouches, sont tombées en syncope. Obligeant les sapeurs-pompiers à laisser sur place le corps sans vie, qu’ils ont couvert à l’aide d’un drap, pour procéder à leur évacuation, à bord de leur voiture et celle de la police, vers le centre hospitalier régional Amadou Sakhir Mbaye.

                             ABDOU MBODJ

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

}