L’ouragan Dorian attendu en Floride, après un passage meurtrier aux Bahamas

International

iGFM-(Dakar) Les secours s’activaient, mercredi, pour évacuer les blessés et chercher les disparus dans les îles des Bahamas dévastées par l’ouragan Dorian, dont les effets commencent à se faire sentir sur la côte sud-est des États-Unis, Floride en tête.

Rétrogradé en catégorie 2, l’ouragan Dorian reste porteur de vents toujours très puissants. Le cyclone poursuivait lentement sa route vers les États-Unis, mercredi 4 septembre, après avoir ravagé les Bahamas et provoqué la mort de sept personnes, selon un dernier bilan qui devrait s’alourdir. Les secours continuent de s’activer pour évacuer les blessés et chercher les disparus.

La destruction était catastrophique dans l’archipel des Caraïbes, où des maisons ont été pulvérisées par la violence des vents. Dorian a été rétrogradé en catégorie 2 mais continue de charrier des vents à 165 km/h. Il se déplace actuellement parallèlement à la côte nord-est de la Floride, selon les météorologues.

Il doit se rapprocher « dangereusement près » de la Floride d’ici mercredi soir puis longer de jeudi jusqu’à vendredi matin la côte sud-est américaine et les États de Géorgie, de Caroline du Sud et de Caroline du Nord. Même si, selon les projections, l’œil de l’ouragan ne devrait pas toucher terre.

Le Centre national des ouragans américain (NHC), basé à Miami, a mis en garde contre la montée des eaux dans ces régions, parlant d’une situation potentiellement extrêmement dangereuse. Plusieurs parties de la côte sud-est des États-Unis, où vivent des millions de personnes, ont été placées en état d’urgence. Des ordres d’évacuation obligatoires ont été émis dans plusieurs zones.

Les Bahamas dévastés

Aux Bahamas, selon des images aériennes de l’île de Grand Abaco, des centaines de maisons ont vu leur toit s’envoler, des voitures étaient submergées par les inondations, des bateaux étaient en miettes.

Les gardes-côtes américains ont envoyé des hélicoptères sur l’archipel pour évacuer les malades. La marine britannique participait aussi aux efforts.

Les pistes de l’aéroport international de Freeport restaient sous l’eau, compliquant les secours. Grand Bahama et les îles Abacos, sur lesquelles Dorian s’est acharné avant de reprendre sa route destructrice, restaient largement coupées du monde.

Donald Trump surveille la situation

Le président américain, Donald Trump, a annoncé, mardi soir, avoir décrété l’état d’urgence en Caroline du Nord pour débloquer des fonds de manière préventive, « en espérant ne pas en avoir besoin ».

Donald Trump a également averti la population de rester prudente. « Les États-Unis pourraient avoir un peu de chance en ce qui concerne l’ouragan Dorian mais s’il vous plaît, ne baissez pas la garde. Alors qu’il se dirige vers la côte, beaucoup de choses mauvaises et imprévisibles peuvent arriver ! », a-t-il tweeté, soulignant que « les Bahamas ont été dévastées ».

Selon le Pentagone, 5 000 membres de la Garde nationale et 2 700 militaires se tiennent prêts.

Les deux États de Caroline présentent le plus haut risque d’inondations, selon le NHC, avec des vagues de 1,2 à plus de 2 mètres de haut attendues par endroit.

En attendant Dorian, les habitants de Floride, habitués des ouragans, se montraient solidaires avec les Bahamas voisines. Les appels aux dons se multipliaient et plusieurs églises organisaient des collectes dans le quartier de Coconut Grove, berceau de la communauté bahaméenne à Miami.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.