Mahamat Saleh Annadif, chef de la MINUSMA#«Avec le rapport de force, le terrorisme restera entier» | www.igfm.sn
jeudi, 16 novembre 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Mahamat Saleh Annadif, chef de la MINUSMA#«Avec le rapport de force, le terrorisme restera entier»

Mahamat Saleh Annadif, chef de la MINUSMA#«Avec le rapport de force, le terrorisme restera entier»

Mahamat Saleh Annadif, chef de la MINUSMA#«Avec le rapport de force, le terrorisme restera entier»

iGFM – (Dakar) Son intervention, ce mardi, a attiré toutes les attentions, après celle du Président Malien, hier à l’ouverture du Forim.

Mahamat Saleh Annadif, répresentant du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali et chef de la MINUSMA, dit vivre quotidiennement les méfaits du terrorisme. C’est dans cette lancée qu’il a confié à l’assistance, en marge de la deuxième journée et dernière journée du Forum de Dakar sur la Paix et la Sécurité qu’il est en droit de chercher «qu’est ce que le terrorisme» ? Ce, «au delà de la définition que tout un chacun peut donner à ce phénomène des temps modernes».

C’est dans cet ordre d’idée que Mahamat Saleh Annadif, représentant du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali et chef de la MINUSMA, s’est aligné à dire que «je suis de ceux qui disent qu’on ne peut pas régler cette question sans diagnostiquer les vraies causes».

Toujours dans son plaidoyer, le chef de la MINUSMA dit craindre que «tous les remèdes apportés risques d’être des calmants, parce qu’avec le rapport de force, le problème restera entier».

Se posant la question à savoir est ce que la pauvreté et la justice sont des réponses au terrorisme, Mahamat Saleh Annadif, est d’avis que «la prévention reste un élément essentiel congre ce danger permanent».

Parce que la question du radicalisme au Mali est inquiétante, en ce sens dit-il «dans ce pays, des jeunes se lèvent un bon jour pour se radicaliser». Ce qui lui a fait dire que «cela est bel et bien un mal réel et pour le combattre, il faut dépasser les débats des années 2 000 et 2001 et éviter le rapport de force».

Sekou Dianko DIATTA (Depuis le CICAD)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.