Noël Le Graët crée la polémique avec sa décision de ne plus arrêter les matchs

International

iGFM-(Dakar) En se prononçant « totalement contre » les interruptions de matchs liées à l’homophobie, Noël Le Graët s’est mis à dos les associations LGBT et a choqué certaines personnalités du monde du football.

Invité de la matinale de France Info ce mardi, Noël Le Graët s’est exprimé sur plusieurs sujets mais une de ses réponses a déjà fait couler beaucoup d’encre. Questionné sur la problématique de l’homophobie dans le football, le président de la FFF s’est prononcé contre l’arrêt des matchs pour des chants ou banderoles jugés hostiles. « Je n’arrêterais pas les matchs, je suis contre totalement, a-t-il déclaré. Je vais être tout à fait clair. Le football reçoit tout le monde, toutes les classes sociales. Je suis totalement contre. » Des propos qui ont fait bondir les associations de lutte contre l’homophobie, à l’instar de « Rouge Direct », qui se présente comme un lanceur d’alerte contre l’homophobie dans le sport, et qui juge que Noël Le Graët « s’essuie les crampons sur les décisions d’Emmanuel Macron et de Roxana Maracineanu ». Le collectif appelle même à la démission du président de la FFF.

Olivier Rouyer : « je suis scandalisé ! »

Très énervé, l’ancien joueur Olivier Rouyer a jugé « insupportable » et « scandaleux » les propos de Noël Le Graët. « Je suis scandalisé de pouvoir entendre un président de la FFF dire que quand il y a des chants homophobes, on n’arrête pas un match, mais quand il y a des chants racistes, on arrête un match », a pesté le Lorrain sur France Info. Président de l’association « Foot Ensemble » et figure de la lutte contre l’homophobie dans le football, Yoann Lemaire, a réagi chez nos confrères de Yahoo Sport : « J’ai honte d’avoir cotisé une licence pendant 30 ans dans le football pour voir le président de la FFF totalement irresponsable mépriser la cause de l’homophobie », souffle celui qui se dit « atterré » et qui réclame lui aussi le départ de Noël Le Graët. « Quand il dit que le problème va s’enlever tout seul, il est fou », ajoute Yoann Lemaire.

Aulas veut une utilisation modérée des interruptions

C’est dans ce contexte particulièrement tendu que Jean-Michel Aulas a accordé une interview à l’AFP sur le sujet. Le président de l’Olympique Lyonnais joue les équilibristes et prône une utilisation modérée des interruptions des matchs, « parce qu’autrement ce sera un jouet utilisé par des groupes de supporteurs qui indépendamment de l’identité de leurs clubs veulent faire respecter un certain nombre de règles ou de droits qui passent au-dessus de l’identité de leur propre club », estime Aulas. Ce dernier a tenté de prendre la défense du président de la FFF : « Noël (Le Graët) a voulu montrer que nos supporters sont aussi des citoyens comme tout le monde et quand on prend un certain nombre de décisions qui concernent exclusivement les stades, c’est probablement un peu trop contraignant pour l’organisation du football ». Le débat n’a pas fini de s’étendre…

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.