Pour faire de la politique, il faut aimer les gens ! | www.igfm.sn
jeudi, 3 août 2017
               
Accueil / Edito / Pour faire de la politique, il faut aimer les gens !

Pour faire de la politique, il faut aimer les gens !

Pour faire de la politique, il faut aimer les gens !

 iGFM – (Dakar) La cacophonie à laquelle on assiste est terrifiante. Une majorité qui ne croit toujours pas, plus de 5 ans après être arrivée au pouvoir, qu’elle est là surtout pour diriger le pays et en face d’elle, une opposition incapable de proposer une alternative crédible susceptible de rassembler les sénégalais. Plus on avance dans le temps et plus l’issue nous semble encore incertaine.

Les législatives qui arrivent à grand pas pourraient être une heureuse bouffée d’oxygène en ce qu’elles pourraient permettre d’envoyer enfin à l’Assemblée une majorité de députés exclusivement tournés vers les populations.

Jusqu’ici, le peu de députés qui font le job, pour parler trivialement, sont isolés et se retrouvent trop souvent en minorité. Ce qu’il s’est passé lors de la dernière législature est une imposture. Des députés qui, quotidiennement, se crêpent le chignon, en viennent aux bras et aux insultes, ne sont pas dignes de représenter le peuple. De tels comportements font honte à la nation et dans une récente sortie, le marabout Serigne Mbaye Sy Mansour, connu pour son franc-parler, n’a pas dit autre chose en recevant une délégation parlementaire : «Vous avez le droit de vous opposer les uns aux autres, c’est la règle de la démocratie, mais n’avez pas le droit de vous disputer ou de vous bagarrer dans l’assemblée nationale. Votre devoir est de servir le peuple» Sic !

A leur décharge toutefois, ils ne sont là, que parce que certaines personnalités politiques de haut rang, refusent de siéger à hémicycle. Pourquoi refusent-ils cet honneur ? Oui parce que cela devrait être un honneur que de représenter le peuple. Le fait est qu’on aurait pu avoir une assemblée où siège Ousmane Tanor Dieng, Souleymane Ndéné Ndiaye, Idrissa Seck, Aminata Touré ect. Des anciens premiers Ministres ou anciens ministre d’Etat, avec, que l’on soit pour ou contre eux, une certaine tenue et surtout une certaine retenue. Tous les problèmes ne seront pas résolus mais cela un bon début de réponses… La nature ayant horreur du vide, leurs suppléants ne sont que…des suppléants, parfois courageux, mais sans le bagage qui sied.

Dès lors, on ne peut espérer des discussions de fonds et de hauteurs. Et tout ce qui ne devrait pas arriver, arriva… Emprisonnement, brimades, soupçons en tout genre.

Ce débat doit exister. Pourquoi ces gens-là refusent d’être parlementaires ? Au palais comme Président de la République où à l’étranger est le seul destin qu’ils se fixent. Tandis qu’en France, pays qu’ils aiment tant cités, il n’est pas rare de voir des anciens premiers ministres, des ministres et même un ancien Président de la République, Valery Giscard D’Estaing en l’occurrence, siéger au Palais Bourbon.

Seulement pour voir les Politiques relever de tels défis, il faut interroger leur amour de la patrie. Alors chers concitoyens avant de glisser votre enveloppe dans l’urne lors des prochaines législatives interrogez le leur. Comme le dit si bien l’écrivain Almamy Wane : «  Pour faire de la politique, il faut aimer les gens »… D’abord et toujours !

Amadou Dieng

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.