Qatar: après Tillerson, Le Drian face à l’intransigeance de l’Arabie saoudite | www.igfm.sn
jeudi, 16 novembre 2017
               
Accueil / International / Qatar: après Tillerson, Le Drian face à l’intransigeance de l’Arabie saoudite

Qatar: après Tillerson, Le Drian face à l’intransigeance de l’Arabie saoudite

Qatar: après Tillerson, Le Drian face à l’intransigeance de l’Arabie saoudite
Conférence de presse conjointe de Jean-Yves Le Drian et de son homologue saoudien Adel al-Jubeir, ce dimanche 16 juillet 2017 à Riyad. AFP

Après le Qatar et l’Arabie saoudite, Jean-Yves Le Drian est au Koweït et aux Emirats arabes unis ce dimanche 16 juillet. Le ministre français des Affaires étrangères est en tournée dans le Golfe pour tenter une médiation française. Depuis un mois, Riyad et ses alliés ont rompu toute relation avec Doha. Ils accusent l’émirat gazier du Qatar de soutenir le terrorisme et d’être trop proche de l’Iran.

Samedi soir à Riyad, capitale du royaume saoudien, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a plaidé pour une désescalade dans la crise diplomatique entre le Qatar et ses voisins égyptiens, saoudiens, des Emirats arabes unis et de Bahreïn.

« Nous sommes préoccupés par la crise qui touche le Golfe. Nous sommes préoccupés par les conséquences politiques, économiques et sociales de cette crise », a expliqué le ministre français.

Cette crise « intervient à un moment où la région doit construire sa cohésion face à des menaces qui pèsent sur sa sécurité, a expliqué M. Le Drian. Nous sommes mobilisés pour appeler au dialogue, et nous souhaitons adresser un message de concertation et d’apaisement. »

Riyad ferme sur ses positions

Pour autant, l’Arabie saoudite campe sur ses positions. En témoigne la réponse d’Adel al-Jubeir, ministre des Affaires étrangères du royaume, qui n’a pas vraiment témoigné d’une quelconque envie de tendre la main au Qatar :

« Nous espérons résoudre cette crise entre pays du Golfe et nous souhaitons que les responsables qatariens reviennent à la raison », a lancé le chef de la diplomatie du royaume saoudien.

Et de préciser sa pensée, se référant aux 13 exigences que ses voisins ont adressées à l’émirat du Qatar, exigences auxquelles ce dernier refuse de se plier. Riyad souhaite en effet que le Qatar « réponde positivement aux demandes de la communauté internationale et non uniquement celles des quatre pays du Golfe ».

Comme le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, qui avait fait le voyage dans le Golfe peu avant lui, Jean-Yves Le Drian se retrouve donc dans une impasse compte tenu de la position des Saoudiens dans cette affaire.

rfi.fr

CHRONOLOGIE ET CHIFFRES CLÉS

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.