Reportage du jour-Forte production de Manioc # Pire réclame une unité industrielle | www.igfm.sn
mardi, 1 août 2017
               
Accueil / ARTICLES / Actualité / Reportage du jour-Forte production de Manioc # Pire réclame une unité industrielle

Reportage du jour-Forte production de Manioc # Pire réclame une unité industrielle

Reportage du jour-Forte production de Manioc # Pire réclame une unité industrielle
Reportage du jour-Forte production de Manioc : Pire réclame une unité industrielle

iGFM – (Pire) – C’est des centaines de tonnes de manioc qui sont produites chaque année à Pire. Une forte production qui ne profite pas aux producteurs de Pire. Le produit est vendu à des prix dérisoires faute de marché. Ces producteurs réclament une unité industrielle pour la transformation du manioc.

Selon le responsable du « Pakkou Niambi » (lieu de débarquement et de commercialisation du manioc) à pire, le manioc est la principale production agricole dans la zone. « Depuis toujours, nous produisons du manioc. Nous avons commencé par la variété dite « manioc rouge ou blanche ». Au fil des temps, nous en sommes à la variété dite « manioc du canada » renseigne le vieux Ndaraw Ndoye du quartier wadéne à Pire.

Il ne s’agit pas seulement de produire en abondance, mais il faut que le produit puisse servir aux acteurs d’où ce cri du cœur des producteurs de Pire : « nous ne sommes pas accompagné par l’Etat. Nous vendons le sac de 70 kg entre 13 000 et 16 000 f cfa. Nous voulons disposer d’une unité industrielle qui va acheter le manioc à un bon prix et le transformer comme c’est le cas avec les autres spéculations » clame le vieux Ndaraw Ndoye.

A force de le produire, le manioc fait désormais partie des habitudes culinaires de Pire. Le « Roti Pire » est connu de tous ceux qui habitent ou ont eu l’occasion de séjourner dans la cité de Tafsir Khaly Amar Fall.  Un plat, préparé à base de manioc. « Vous faites bouillir le manioc avant de le mélanger avec de la sauce à la viande déjà préparée. C’est un bon plat, très riche en vitamine et qui est consommé dans toute la zone » a fait savoir la dame Astou Cissé rencontrée au « Pakkou Niambi ». Ce qui donne envie de gouter au « Roti Pire ».

Khalil Ibrahima SENE

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.