igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Retraite annuelle de la composante police de la Minusca : Mankeur Ndiaye galvanise «ses» troupes

Actualité

IGFM – La salle de conférence de la base des Nations unies à Bangui en République centrafricaine a abrité les 06 et 07 juillet 2019 la retraite de la Composante Police des Nations unies de la MINUSCA (UNPOL). Cet évènement inédit organisé par le leadership de UNPOL a vu la participation de Mankeur Ndiaye, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la RCA (RSSG) et Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine.

L’objectif général était de servir de cadre de réflexion à la Composante Police des Nations unies, pour une meilleure appropriation de son mandat, de la vision du RSSG et de ses Directives, ainsi que pour une meilleure planification et la mise en œuvre des stratégies pour sortir la RCA de la crise.

Le Général de Division, Pascal Champion, chef de la Composante UNPOL s’est dit très honoré de la présence de la plus haute autorité de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, qui a sacrifié un dimanche après-midi pour rehausser de sa présence cette retraite.  Elle démontre toute l’importance de cette retraite au plus haut niveau de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine.

« Je suis heureux de prendre part à cette retraite de la Police des Nations Unies, au cours de laquelle vous avez passé en revue durant ces deux jours écoulés des questions importantes non seulement pour la Police des Nations Unies en tant qu’entité, mais également pour le mandat de la MINUSCA dans son ensemble. Je voudrais saisir cette occasion pour saluer le leadership de UNPOL, mais également chacun et chacune des composantes et des individus, hommes et femmes, qui, chaque jour, ici à Bangui et à l’intérieur du pays, travaillent sans relâche au service de la protection des civils centrafricains ainsi qu’à la protection des institutions tant onusiennes que nationales. Sachez que votre contribution est grandement appréciée » a soutenu l’ancien ministre des Affaires étrangères du Sénégal

Mankeur Ndiaye a aussi abordé l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine qui été signé le 6 février dernier à Bangui par le Gouvernement et les 14 groupes armés. Il dit que la MINUSCA doit appuyer le Gouvernement centrafricain et continuer à redoubler d’efforts pour maintenir en vie les nombreux espoirs suscités par l’Accord de paix. « Le chemin vers une stabilité quasi-totale du pays sera long, tortueux et difficile, mais nous devons tout faire pour privilégier le dialogue, user des pressions quand il y a violations de l’Accord car il n’y a pas d’alternative militaire à la crise centrafricaine. Depuis cette date, il y a eu, en effet, des progrès indéniables mais également des défis dans la mise en œuvre de l’Accord » dit-il.

Il a cependant rappelé quelques avancées significatives, notamment la mise en place d’un Gouvernement inclusif avec une dizaine de groupes armés qui ont obtenu 13 postes ;  les structures composant le mécanisme de suivi et de mise en œuvre de l’accord ont été établis ; les comités préfectoraux de mise en œuvre (CMOP) sont actifs dans 12 préfectures ; les Comités techniques de sécurité (CTS) sont actifs dans 13 préfectures et une stratégie nationale de communication pour faire connaître l’Accord a été lancée et traduite dans la langue locale ‘’le Sango’’.

Rappelons que peu après son arrivée à la tête de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye avait fait circuler une Directive sur la mise en œuvre du mandat, exhortant toutes les trois composantes de la MINUSCA (Militaire, UNPOL et CIVIL) de travailler la main dans la main et en étroite collaboration avec tous les partenaires pour soutenir le gouvernement centrafricain à la restauration de l’autorité de l’Etat et à la mise en œuvre de l’Accord de paix. Continuer à fournir un appui technique aux Préfets, aux Forces de Sécurité Intérieures, aux Forces Armées Centrafricaines et aux mécanismes techniques de sécurité ainsi qu’aux Comités préfectoraux de mise en œuvre.

« Le rôle de UNPOL, tout comme celui de la Force de la MINUSCA est crucial, non seulement dans le cadre de notre mandat de protection de civils, mais aussi d’appui à la restauration de l’autorité de l’Etat et à la mise en œuvre de l’Accord de paix. Il faudra que nous revoyions ensembles les modalités d’appui aux forces de l’ordre en tenant compte du contexte politique fragile actuel alors qu’on s’approche des élections et que les risques de violence pendant les manifestations publiques peuvent se multiplier. UNPOL aura un rôle fondamental dans la sécurisation du processus électoral et je me réjouis qu’il s’agisse là d’un thème qui est déjà au centre de vos discussions». a-t-il déclaré. 

 « J’ai tout à fait conscience des efforts toujours plus importants qu’on nous demande de fournir avec des ressources toujours plus limitées, mais nous devons continuer à faire preuve de créativité dans les limites de nos moyens et de nos capacités pour remplir à bien notre tâche au service de la paix dans ce pays » a indiqué Mankeur Ndiaye

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT