igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Série de cambriolages à Ziguinchor : Le combattant du MFDC Cheikh T. Bodian et ses acolytes envoyés enprison

Actualité
iGFM – (Dakar)  La police a bouclé hier son enquête sur l’affaire des cambrioleurs qui écumaient la ville de Ziguinchor. Si au départ ils étaient au nombre de sept (7), l’enquête ouverte depuis plus d’une semaine par les hommes du Commissaire de Police Mamadou Lamarana Diallo a permis d’en savoir un plus. Finalement ce sont les les nommés Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou», combattant du mouvement des forces démocratiques de la Casamance, Ousmane Diédhiou ancien pensionnaire de l’armée sénégalaise et leurs complices Malick Diatta, Aliou Bodian et Landing Diédhiou qui ont été détenus dans les liens de la prévention. Ils ont été envoyés hier, en début de fin de soirée à la Maison d’arrêt et de correction où ils méditent sur leur sort. A l’encontre des présumés cambrioleurs, existent des indices graves et concordants pouvant motiver leur inculpation pour les faits visés en objet. Ils devront tous répondre des délits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion avec violence commis la nuit avec usage d’armes, complicité par fourniture de moyens détention d’arme à feu sans autorisation administrative et usurpation de titre et de fonc

 

Sur les faits : Depuis le mois de septembre plusieurs déclarations de cas de vols, de cambriolages et d’attaques à main armée ont été enregistrées au registre de main courante du service du Commissariat urbain de Ziguinchor. Le premier cas remonte au début de mois de septembre, où un vigile avait été violenté et ligoté à l’école élémentaire de Kadior, quartier situé dans la périphérie de Ziguinchor. La boutique d’alimentation qui était visée est située au quartier Belfort à proximité de l’arrêt des bus de «Dakar Dem Dik» mais aucun objet n’avait été emporté. Ensuite, la bande est revenue à nouveau au dit quartier cette fois  pour s’attaquer à un magasin grossiste.

 

Le vigile qui était en faction répondant au nom d’Ibrahima Diédhiou avait été battu, tenu en respect et enfermé par la suite dans un magasin de stockage. Les malfrats au nombre de trois (03) armés d’un de fusil de chasse, avaient réussi à briser les cadenas des portes du magasin et ont emporté la somme d’un million (1.000.000) de FCFA, des paquets de cigarettes, un téléphone portable de marque Itel appartenant au vigile. D’abord, c’est une boutique situé au quartier Kenya appartenant au nommé Abdoul Ghadiry Diallo qui a été visité par les malfrats. Ces derniers ont défoncé les verrous de la porte en fer avec l’aide des rases clous et ont tiré des coups de feu sur le toit du bâtiment dont les impacts de balles demeurent toujours visibles. Dans leur retraite, ils ont emporté le tiroir du comptoir caisse de la boutique qui contenait la somme de cent cinquante mille (150.000) FCFA et un téléphone portable qui servait à la vente de Seddo.

 

A la date du 29 septembre, les malfrats se sont rendus à Kantène, à la périphérie de la ville pour s’attaquer à une boutique appartenant au nommé Kélountang Diédhiou tenancier d’une alimentation générale. Ils l’ont braqué avec une arme avant de lui soutirer la somme de deux cent dix mille (200.000) FCFA avant de tirer en l’air pour s’échapper.

 

Dans la nuit du 25 septembre 19, c’est le boutiquier répondant au nom d’Ousmane Ba établi au quartier Lyndiane près de l’école Landing Tamba qui a été attaqué. Les malfaiteurs ont tiré une rafale sur la porte et le toit et un projectile avait atteint le boutiquier au pied gauche. La victime Ousmane Ba avait même réussi à s’échapper par la porte de l’arrière et les malfaiteurs ont emporté un sac contenant une somme de trois cent mille (300.000) FCFA, divers effets, des cartes de crédits téléphoniques (Orange Expresso et Tigo) ainsi que sa pièce d’identité.

 

A la date du 05 octobre précisément, c’est un boucher répondant au nom de Sana Dabo qui avait surpris la bande qui tentait de dévaliser un atelier de couture situé au marché Boucotte. Surpris sur les lieux les trois (03) malfaiteurs ont aussitôt pris la fuite pour abandonner sur les lieux une moto «Jakarta» et des cisailles qui ont été par la suite déposés au poste de police. A la date du 13/10/2019, aux environs de 03 heures du matin, trois (03) individus armés se sont introduits au lycée Charles Lwanga en passant par la cour arrière. Ils avaient auparavant réussi à sectionner la clôture en grillage et ont pris de court le gardien qu’ils ont tenu en respect avec leurs armes et l’ont enfermé dans une pièce. Au moment où l’un surveillait le gardien les deux autres défonçaient les portes du proviseur et se sont emparés d’un coffre-fort de couleur gris métal. Ils se sont introduits nuitamment, le même jour, au crédit mutuel de Lyndiane mais, ils n’ont rien pu emporter.

 

Pour finir le 17/10/2019, aux environs de 03 heures 20 minutes, deux (02) individus armés ont fait irruption à la station MKS au quartier Colobane. Ils réussiront à maitriser le vigile, le chauffeur d’un camion-citerne et son apprenti à l’aide de leurs armes braquées sur ces derniers. Ils les ont fait descendre au niveau de la soute de vidange. Au moment où le détenteur du fusil de chasse les surveillait, l’autre détenteur de la kalachnikov défonçait les bureaux pour ensuite s’emparer du sac à dos de couleur noire qui contenait la recette journalière évaluée à un million trois cent quarante-sept mille sept cent (1.347.700) FCFA, la pièce d’identité du gérant répondant au nom de Bocar Aziz Niassy et les deux portables  tous de marques Itel appartenant l’un au vigile et l’autre au chauffeur du camion-citerne. Ils ont par la suite pris la fuite. Un dispositif de recherche et d’interpellation avait été mis en place depuis le début des attaques. C’est suite aux résultats des réquisitions de l’un des téléphones de marque itel qui avait été emporté  par ces malfrats lors de l’attaque de Belfort que ces individus ont été interpellés.

 

Le téléphone se trouvait entre les mains d’une jeune fille répondant au nom de Fatou Manga élève, résidant à Etomé précisément dans village de Médina Boudialap  que les éléments d’intervention en mission, ont réussi à interpeller en premier la fille avant que cette dernière ne leur avoue que ce téléphone lui avait été offert par le nommé Malick Diatta tout en leur indiquant son domicile. Ce dernier, à son tour, a été interpellé avant d’être ramené à Ziguinchor. Après l’avoir interrogé sur l’origine du téléphone, il déclare à la police l’avoir ramassé avant de revenir sur sa déclaration. Cuisiné par les policiers enquêteurs, Malick Diatta s’est résolu finalement à montrer par la suite les domiciles de ses acolytes. Sans désemparer, les éléments de la Brigade de recherche, en compagnie du nommé Malick Diatta, vont faire une descente à Lyndiane au domicile du premier nommé Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou» (combattant du MFDC) et ensuite à Djiringho au domicile du nommé Ousmane Diedhiou (ancien militaire 2014/02). Conduits au poste et interrogés sommairement, les nommés Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou», Ousmane Diedhiou et Malick Diatta ont tous reconnus sans ambages les faits qui leur sont reprochés.

 

Au passage lors de la descente au domicile de Cheikh Tidiane Bodian, un individu répondant au nom d’Aliou Bodian, son frère utérin, a également été interpellé pour s’être présenté comme un militaire en activité à la Cofuair au Cap-Skirring. Après vérification à la zone militaire n°05, il s’est avéré que ce dernier ne figurait pas  dans les états signalétiques de l’armée et de surcroît, cette unité ne dispose pas de base au Cap. Il a été interpellé pour usurpation de fonction et de titre. La palpation de sécurité exercée de suite sur leur personne, n’a révélé aucun autre indice pouvant intéresser l’enquête ouverte par les limiers. Pour  ces faits, ils ont tous été placés en position de garde à vue.

Sur l’enquête : Interpellé en premier, le nommé Malick Diatta a reconnu avoir participé à tous ces braquages avec ses acolytes en l’occurrence avec Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou» et Ousmane Diedhiou. « Malick Diédhiou est revenu en détail sur tous les braquages le modus-opérandi et la manière dont la bande s’est constituée. Il a même avoué au passage, avoir opéré pour la première fois avec Ousmane Diédhiou durant le mois de ramadan à Brin sur la route d’Oussouye au près d’un ressortissant Maure, gérant d’une boutique d’alimentation répondant au nom d’Assane Aidara. C’est par la suite qu’il a été recruté par Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou» avant qu’il n’intègre à son tour le nommé Ousmane Diedhiou l’ancien militaire dans le groupe », explique nos sources proches de l’enquête.  Qui poursuit, «quant au nommé Cheikh Tidiane Bodian alias «Sékou» ancien combattant du mouvement séparatiste, il est décrit comme étant le chef de la bande. Il est revenu également en détail sur l’ensemble des braquages et à même précisé cependant avoir agi tout seul à la boutique du nommé Ousmane Ba au quartier Lyndiane et au quartier Kenya à la boutique du nommé Abdoul Gadhiry Diallo.

 

Pour les coups de feu, il a affirmé l’avoir fait à trois reprises, les deux fois aux quartiers Kenya et à Lyndiane pour apeurer les boutiquiers Abdoul Gadhiry Diallo et Ousmane Ba car pour lui, ces deux derniers avaient l’intention de riposter et le dernier cas à Kantenne au magasin du nommé Kéloutang Diedhiou pour s’échapper. Interpellé sur l’origine de la kalachnikov, «il a déclaré l’avoir subtilisé à la base de Madiadia situé à la frontière avec la Gambie. Il a déclaré avoir obtenu à cette base rebelle et qu’il s’y rendait souvent pour se procurer du chanvre indien. C’est dans ces circonstances qu’il a subtilisé cette arme afin de l’utiliser dans ces braquages. Quant au nommé Ousmane Diédhiou, il a déclaré avoir  participé à certains braquages précisément au nombre de quatre (04) en l’occurrence ceux de  Brin, au lycée Charles Lwanga et à Belfort dans un point Wari situé à la même adresse. Son rôle consistait le plus souvent à faire le guet. D’ailleurs pour le cas de Charles Lwanga, il était chargé de transporter à bord d’une brouette le coffre-fort qu’il avait subtilisé et qu’ils ont par la suite réussi à ouvrir à coup de marteau dans la forêt de Mamatoro. Il a reconnu avoir apporté le fusil utilisé dans ces braquages qui appartiendrait à son père. Ce dernier également répondant au nom de Landing Diedhiou interpellé à son tour sur l’origine et l’autorisation de détention de cette arme, n’a produit comme moyen de défense que ce fusil appartenait à son défunt frère Oumar un militaire à la retraite », dixit nos sources.

 

Les  perquisitions effectuées au domicile des nommés Cheikh Tidiane Bodian et Ousmane Diedhiou ont permis de retrouver la kalachnikov, les gourdins, un bélier, les rases clous des machettes utilisés pour ces braquages ainsi que divers effets subtilisés dans les points qu’ils ont eu à visiter notamment la carte d’identité du nommé Ousmane Ba, boutiquier attaqué et blessé à Lyndiane ; des cartes de crédits  Tigo, Orange et Expresso, des téléphones  portables, le sac de couleur noire du gérant de la station MKS sise à Colobane. Un transport a été fait en compagnie du nommé Cheikh Tidiane Bodian à la forêt de Mamatoro pour récupérer le coffre-fort subtilisé au lycée Saint Charles Lwanga. Interpellé sur leur présence dans le domicile du sieur Amadou Moustapha Sow à Lyndiane dans la nuit du 16/10/2019 aux environs de 03 heures ; ils ont tous déclaré au policiers enquêteurs s’y être introduit pour chercher un moyen de cambrioler le Crédit mutuel qui est contigu au domicile de ce dernier. A signaler que le nommé Aliou Bodian frère utérin de Cheikh Tidiane Bodian, interpellé à leur domicile à 06 heures dans la matinée du dimanche s’était présenté comme un militaire en activité à Cap-Skirring, précisément à l’unité de la Cofuair  Après vérification faites au niveau de la zone militaire n°05, il s’est avéré qu’il ne figure pas dans les états signalétiques de l’armée. Interrogé sur ces affirmations mensongères, il a déclaré vouloir duper les enquêteurs pour se tirer d’affaire connaissant les activités de grand banditisme de son frère.

L’ensemble des autres objets en l’occurrence la cisaille, le sac contenant les clés à outils, les gourdins, un bélier, deux machettes ; les étuis de calibre 7.62 mm saisis sur la scène de crime de cambriolage de la boutique de Lyndiane dans la nuit du 24 au 25 /10 2019 dont le nommé Cheikh Tidiane Bodian avoue être l’auteur, lesquels étuis sont issus du fusil automatique AK 47 portant n°9465 trouvé dans le domicile de ce dernier lors de la perquisition, la somme de quatre-vingt-trois mille cinq cent (83.500) FCFA retrouvés par devers eux ont été placés sous scellés et déposés au greffe de votre parquet.

 

La  mesure de garde à vue prise à l’encontre des  mis en cause aura ainsi duré 96 heures, suite à une prolongation autorisée. Les cinq présumés cambrioleurs qui séjournent depuis hier à la citadelle du silence répondront, devant la barre du Tribunal, des délits d’association de malfaiteurs, de vol en réunion avec violence commis la nuit avec usage d’armes, de complicité par fourniture de moyen détention d’arme à feu sans autorisation administrative et d’usurpation de titre et de fonction.

 IGFM

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT