Tambacounda – chambre criminelle : Le Malien, Mamadou Diarra, transporte 14 Kg de cannabis et prend 10 ans de travaux forcés | www.igfm.sn
]
mercredi, 28 septembre 2016
Accueil / L'OBSERVATEUR / Tambacounda – chambre criminelle : Le Malien, Mamadou Diarra, transporte 14 Kg de cannabis et prend 10 ans de travaux forcés

Tambacounda – chambre criminelle : Le Malien, Mamadou Diarra, transporte 14 Kg de cannabis et prend 10 ans de travaux forcés

Tambacounda – chambre criminelle : Le Malien, Mamadou Diarra, transporte 14 Kg de cannabis et prend 10 ans de travaux forcés

L’OB – Accusé de trafic international de drogue et de contrebande, Mamadou Diarra, 41 ans, artisan demeurant à Yeumbeul (Dakar), a comparu, hier lundi 18 janvier 2016, devant la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Tambacounda. Reconnu coupable des faits à lui reprochés, il a été condamné à 10 ans de travaux forcés. En plus de cette peine, il doit payer une amende ferme de 5 millions de francs. Il a été arrêté avec 14 Kg de cannabis, au cours d’un contrôle routier des soldats de l’économie, en poste à Koumpentoum, le 8 janvier 2013.

Les faits. Selon l’accusation, ce jour-là, les éléments de la subdivision des Douanes de Tambacounda, à l’occasion d’un contrôle routier, procèdent à la fouille d’un véhicule de transport en commun conduit par le nommé Mamadou Diarra, artisan demeurant à Yeumbeul (Dakar) et qui se rendait à Dakar, en provenance du Mali. Lors de la fouille, les douaniers suspectent une malle à double fond dont, sur interpellation, Mamadou Diarra dit être le propriétaire. Mais, lorsque les gabelous ont entrepris de déballer la malle en question, le susnommé prit la fuite avant d’être rattrapé. Confortés dans leurs soupçons, les douaniers découvrent dans la malle, 7 plaquettes de cannabis d’un poids total de 14 Kg. Interrogé, Mamadou Diarra déclare que c’est un certain Bourama Ndiaye, établi à la Médina (Dakar), qui en est le destinataire et que l’expéditrice, établie à Diboli au Mali, serait la sœur de ce dernier. Après audition sur procès-verbal, il est déféré au parquet de Tambacounda, puis inculpé de trafic international de drogue et contrebande.

L’insurection. Devant le magistrat instructeur, il réitère ses déclarations antérieures, précisant toutefois qu’en recevant la malle incriminée, il n’a remarqué aucun contenu prohibé. Poursuivant ses déclarations, il ajoute que ladite malle a même été présentée au bureau des Douanes, avant de faire l’objet de dispense de dédouanement. Il précise, durant l’instruction, avoir échangé des coups de téléphone, aussi bien avec le supposé destinataire qu’avec la prétendue expéditrice, en compagnie de qui, il s’est rendu au poste des Douanes de Diboli.

Le procès. Devant la barre de la Chambre criminelle, l’accusé déclare ignorer qu’il s’agissait de drogue. Un certain Bourama Ndiaye, établi à la Médina (Dakar), soutient-il, l’aurait chargé de convoyer à Dakar la malle destinée à sa sœur et dont il ignorait le contenu. Une défense qui n’a pas convaincu le Procureur Demba Traoré qui a requis 10 ans de travaux forcés à son encontre.

La défense, assurée par Me Faye, a balayé le contenu du procès-verbal d’un revers de la main, avant de solliciter l’acquittement de son client. Au final, le Malien a été condamné à 10 ans de travaux forcés par la Chambre criminelle de Tambacounda. Mamadou Diarra devra aussi payer une amende de 5 millions de FCfa.

PAPE OUSSEYNOU DIALLO

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

}