igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Thies- Une couse-poursuite entre policiers et conducteurs de Jakarta fait un mort

Actualité

iGFM-(Dakar) Après l’altercation filmée du Commissaire Sangharé avec le Docteur Cheikhouna Gaye à la pharmacie Fadhilou Mbacké, qui a tenu en haleine le pays durant ces dernières 48 heures, la police nationale est encore citée dans un malheureux incident, survenu, hier, à la cité Ousmane Ngom de Thiès. Un boulanger et père de famille âgé de 37 ans a été tué dans une course-poursuite enclenchée par la police. Amar  Mbaye, puisque c’est de lui qu’il s’agit, aurait reçu d’un policier un violent coup de pierre qui l’a atteint au cou.

« Il est 22 heures, lorsque les policiers, à bord de leurs véhicules, débarquent sur l’avenue Ousmane Ngom. Visiblement, les patrouilles avaient pour cible les conducteurs de motos Jakarta dont la circulation, au-delà de 21 heures, a été interdite par un arrêté du préfet de Thiès. Amar Mbaye, un jeune boulanger, qui ignorait que les limiers traquaient les conducteurs de ces engins, quitte la boulangerie Adoa 2/3 à bord de sa moto pour convoyer un sac de sel dans une autre boulangerie de Mbour située non loin de là », raconte L’Observateur dans son édition de ce samedi 17 août 2019.

Nos confrères ajoutent que c’est en chemin que  Mbaye croise une voiture de police qui patrouille le long de l’avenue de la Cité Ousmane Ngom. Sommé de s’arrêter, le jeune homme, certainement pris de panique, poursuit son chemin. C’est alors que l’un des policiers lui aurait jeté une pierre qui l’aurait atteint au cou. Amar chute lourdement sur le goudron et sa tête percute violemment le sol. Il reste inerte, avant de rendre l’âme.

Après ce drame, les populations sont sorties en masse dans les rues de la capitale du rail pour manifester leur colère. Elles ont brûlé des pneus.

1 Comment

  1. Journalistes Yi féne rek lagnouy def, ca semble illogique qu’un policier jette une pierre en pleine nuit.
    Le sac de sel sur une moto non immatriculée en pleine nuit + la panique peuvent être la cause de la chute.
    Le sénégalais doit apprendre à se mettre en règle et à respecter les codes civiques et de bonne conduite.
    Ce qui s’est passé au Congo, en Côte d’Ivoire risque de se passer ici, si nous ne revoyons pas notre conduite.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT