Tivaouane : Le sermon de Serigne Mbaye Sy Abdou

Société

IGFM – Serigne Mbaye Sy Abdou est revenu sur le sens véritable du Gamou, rappelant les enseignements d’El Hadji Malick Sy qui s’est consacré exclusivement à perpétuer le modèle prophétique.

Serigne Mbaye Sy Abdou a animé, jeudi dernier, le point de presse de la Khadra d’El hadji Malick Sy dans la salle de conférence de l’esplanade des mosquées en perspective du Gamou qui sera célébré dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 novembre. Le guide religieux s’est montré ferme et intransigeant. Revenant sur le sens du Gamou qui ne comporte que des bienfaits, il a proscrit les antivaleurs. «Le Gamou ne renferme que des actions positives. C’est un événement qui célèbre la naissance du Prophète Mohamed (Psl). El Hadji Malick Sy l’a enseigné ainsi. C’est un événement où on ne parlera que des enseignements du Prophète. On ne vient pas au Gamou pour le festin, la ripaille, avec de jolis boubous et des parures. On vient célébrer la nuit du Prophète (Psl) dans la pure orthodoxie religieuse. Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy disait qu’il y avait même à manger dans les étables. Le manger n’est donc pas le plus important parce qu’on le trouve partout. Le Gamou est un moment d’adoration intense de Dieu», a-t-il dit.

Rappelant l’histoire du Gamou à Tivaouane, il souligne que les anciens ont vécu et ont toujours perpétué le modèle prophétique jusqu’au pied de la tombe. «On doit être sur leurs traces. L’Histoire n’a retenu de nos grands-parents que leurs belles œuvres adossées aux enseignements du Prophète. Le Gamou doit être donc un moment d’introspection pour les fidèles qui auront le temps de faire leur autocritique afin d’être sur le droit chemin. Il ne s’agit pas pour le fidèle de se contenter de dire que je suis un croyant. Notre mission, c’est de vivre et de pratiquer pleinement la religion comme Serigne Babacar Sy. El Hadji Malick Sy a vécu ainsi. On peut en dire autant pour El Hadji Abdoul Aziz Dabakh, Serigne Mansour Sy Borom Daradji, Cheikh Ahmed Tidiani Al Makhtoum, Abdoul Aziz Sy Al Amine», souligne-t-il.

Crise des valeurs dans une société en perte de repères

Serigne Mbaye Sy Abdou dira que le Prophète Mohamed (Psl) a offert un modèle qui permet de redresser les torts et les tares de l’Humanité. «Mohamed (Psl) nous a tracé une voie qui sauvera l’Humanité, si nous suivons ses enseignements. La Khadra ne sera pas là pour vous parler d’El Hadji Malick. Mais elle vous parlera de Dieu. Seulement de la parole de Dieu. La société en crise a besoin de repères. J’entends souvent les gens dire que pour avoir de l’argent, il faut être habile dans les combines. Serigne Babacar Sy recommande aux fidèles de gagner leur vie à la sueur de leur front et de ne manger que de l’argent licite», confie-t-il.

Serigne Mbaye Sy Abdou a rappelé que Serigne Babacar Sy travaillait pour trouver les moyens de sa subsistance. «Serigne Babacar Sy ne vivait pas des étrennes (adiya) des disciples, comme le pensent certains. Il a travaillé à La Poste où il a pris la retraite. Toute leur vie durant, les hommes de Dieu ont perpétué l’œuvre du Prophète Mohamed (Psl). Mais il faut reconnaître que c’est la chance d’El Hadji Malick Sy qui a eu la généreuse idée d’initier le Gamou. Certes, le Prophète est la référence de tous les musulmans, mais El hadji Malick Sy a eu la chance d’avoir pensé à célébrer la nuit de sa naissance. C’est pourquoi quand on parle du Gamou, on pense à El Hadji Malick Sy. Il n’a jamais accepté le folklore pour célébrer la nuit de la naissance du Prophète», renseigne-t-il.

Il a regretté que la société plonge de plus en plus dans les ténèbres. «Aujourd’hui, j’ai l’impression que le Sénégal a dérouté. Nous devons revenir aux enseignements du Prophète (Psl). Ce que nous voyons dans les réseaux sociaux constitue un scandale sans précédent. C’est vilain et condamnable. Il est inacceptable de voir les internautes insulter qui ils veulent, sans raison. Et ils lynchent sur la toile des gens qu’ils ne connaissent même pas. Il faut au moins qu’à l’issue du Gamou que les 95% des pèlerins retrouvent les bonnes pratiques islamiques», dira-t-il.

Il a recommandé aux familles d’ouvrir leurs concessions pour accueillir les pèlerins. «Il faut honorer tout le monde. Parce qu’il y a des érudits qui reviennent pour célébrer avec nous le Gamou. Il ne faut donc bousculer ni rabrouer. On ne sait pas qui sont ces pèlerins. C’est peut-être des hommes de Dieu qui incarnent des formes humaines ordinaires», confie-t-il. Il a exhorté les musulmans à une pratique religieuse pérenne. «Pour certains fidèles, le Ramadan est terminé. Ils ont jeûné pendant un mois. Et c’est fini pour eux. Et durant cette période de jeûne, ils se sont gardés de dire du mal des autres, de voler, de mentir, de forniquer. Pour un bon musulman, après le mois de Ramadan, il doit continuer ces pratiques qui doivent escorter son vécu au quotidien», recommande-t-il.

OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.