igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

2 morts à Tamba, des journalistes blessés, leur bus calciné

Actualité/Présidentielle de 2019

 

IGFM-Il ne reste plus grand chose du bus des journalistes envoyés spéciaux, auprès du candidat Issa Sall du Pur. Le véhicule convoyant les reporters a été complètement calciné, les bagages des journalistes et techniciens réduits en cendres.

Les journalistes ont été agressés par des militants supposés appartenir à Benno Bokk Yaakaar. Lesquels ont voulu se faire justice eux-mêmes, suite à la mort de Ibrahima Diop, un des leurs qui serait tué par des gardes rapprochés du candidat du Parti de l’Unité et du rassemblement (Pur).

Parmi les journalistes évacués à l’hôpital régional de Tambacounda, figurent Ibrahima Khalil Sène de Igfm (Futurs Medias), Ibrahima Bayo Bâ (Enquête), d’autres confrères ont eu de petits bobos, sans gravité, mais surtout une grosse frayeur.

Cette violence notée depuis ce matin à Tamba est le fait de violents affrontements qui ont opposé des gardes rapprochés du Pur et des militants de Benno Bokk Yaakar entrainant la mort de Ibrahima Diop. Des informations de dernière minute signalent une deuxième victime à Tamba. Ce qui porte le nombre de morts à deux (2) dans cette partie Est du pays.

IGFM

2 Comments

  1. A la presse ne vous foutez pas de la population. Ce sont les risques du métier. Vous y gagner en couvrant des événements. Et des journalistes qui vont dans les pays en guerre ou en fond de l’océan ils vendent leurs images et s’enrichissent. Donc c’est pour votre intérêt. Si vous ne voulez pas prendre de risque restez chez vous et sachez que même vendre du guerte thiaf comporte des risques de se faire agresser ou même de voir un niaga ndiaye te heurter . Et de noter que la plus part des journalistes sont des doulkat ou font des intox juste pour gagner leur vie. Pensée pieuse aux morts et à tous ceux qui ont reçu de l’argent des politiciens pour se faire tabasser ou tuer

  2. Macky candidat, en tant que détenteur de la force publique et du budget, devrait éviter les « bakou » et railleries envers l’opposition qui ne font qu’ atiser la tension: « fi gnoko moom, ici on a 100%, fi mokana.. » SANS OPPOSITIONS IL N’Y A PLUS DE VICTOIRE, c’est le parti unique. Ce language guerrier venant d’une voix autorisée légalise des territoires privés interdits.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT