3e mandat - La Cour Constitutionnelle de Bangui dit niet au Président TOUADÉRA

samedi 24 septembre 2022 • 1402 lectures • 0 commentaires

International 2 mois Taille

3e mandat - La  Cour Constitutionnelle de Bangui dit niet au Président TOUADÉRA

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Le décret du Président Archange TOUADERA portant création d'un Comité chargé de la rédaction de nouvelles dispositions dans la Constitution du pays vient de subir une raclée sans précédent. La Cour Constitutionnelle a stoppé les ambitions manifestes du Chef de l’État Centrafricain qui manoeuvre pour se présenter à un troisième mandat.

Coup de tonnerre! Face au desiderata du Président TOUADERA d’introduire une requête de révision de la Constitution pour briguer un troisième mandat, en 2025, la Cour Constitutionnelle de Bangui a opposé son niet catégorique. La juridiction relève que ce décret  est «inconstitutionne »

PUBLICITÉ


Car, pour les juges de cette institution cette révision de la Constitution ne peut être opérée qu’après la mise en place du Sénat, qui n’est pas institué en Centrafrique ».

PUBLICITÉ


Cette décision de la Cour Constitutionnelle fait suite à la saisine du Bloc républicain pour la défense de la Constitution, une  coalition de l’opposition qui se bat urbi orbi contre cette nouvelle loi fondamentale autorisant le Président Touadéra, élu pour un second mandat en 2020, à briguer un troisième mandat.


«La Cour Constitutionnelle de la RCA vient de sauver la démocratie », a réagi Me Crépin Mboli-Goumba, membre du Bloc républicain, après la décision de la Juridiction. Une page se tourne désormais en RCA avec cette gifle de l’institution. Dans une interview exclusive avec Confidentiel Afrique, l’opposant historique Centrafricain Martin ZIGUELE, confiait que le Président TOUADERA compte s’éterniser au pouvoir en saisissant la Cour Constitutionnelle en vue de réviser des dispositions pour le conforter dans ses ambitions démesurées de briguer un troisième mandat aux allures de dictature qu’il veut imposer au peuple. Cette posture du Chef de l’État avait compromis les chances de succès des Assises du Dialogue National Républicain.


  Ismael AÏDARA (Confidentiel Afrique)


 

Cet article a été ouvert 1402 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial