Saivet sur sa carrière : "Je me demandais s'il ne faut pas tout arrêter"

mercredi 27 juillet 2022 • 1478 lectures • 0 commentaires

Sport 1 mois Taille

Saivet sur sa carrière :

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Henri Saivet signe son retour en France sous les couleurs du Pau FC en Ligue 2 BKT, après une saison blanche. Mais l’international sénégalais de 31 ans a failli arrêter sa carrière, renseigne-t-il sur le site 100% foot, Ligue 2.

"C’était une période très compliquée car je n’avais aucune perspective à moyen ou long terme. Un an, c’est extrêmement long. On en arrive à se demander s’il ne faut pas tout arrêter, si l’on est assez bon… Le fait d’avoir eu des opportunités de partir dans les pays du Golfe m’a motivé. Je me disais qu’il y avait encore des gens qui croyaient en moi, mais ma priorité était de rester en Europe et en France."

L'hésitation de certains clubs

"Comme je venais de Premier League, certains clubs se sont peut-être dit que cela ne serait pas possible financièrement. Pourtant, lorsque certains venaient discuter avec moi, ils étaient surpris par ma position, car ils voyaient que je n’avais pas de prétentions particulières. Ce que je voulais, c’était juste rejouer au football. De plus, la covid a joué un rôle important car beaucoup d’autres joueurs ont été dans mon cas, en se retrouvant sans club."

La flamme toujours gardée

"Au début, je me suis dit que j’allais m’entretenir pour me tenir prêt en cas d’opportunité. J’ai toujours gardé la flamme. Les moments où il n’y avait rien de concret étaient compliqués. Je suis toutefois resté positif en me disant que cela allait évoluer dans le bon sens. Et cela a été le cas avec le Pau FC."

Ses séances réduites

"Dans un premier temps, la fréquence de mes entraînements était importante mais, au fur et à mesure, je me disais, selon la période de la saison, que je pouvais en faire un peu moins. Car je savais que les clubs n’allaient plus recruter. Donc je réduisais un peu mes séances… Ce qui me permettait aussi de m’aérer, de voir autre chose. Ne plus être à 100% concentré sur le football m’a sans doute permis de me maintenir mentalement et de ne pas craquer."

Le basket comme échappatoire

"J’ai utilisé le basket comme échappatoire, en jouant un peu, mais surtout en assistant à des matchs. J’ai voyagé aux Etats-Unis pour voir de la NBA. Et comme je connais quelques joueurs français, j’ai aussi été regarder des matchs du championnat de France."

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1478 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial