Le verdict du procès des assassins à la UNE

mardi 14 juin 2022 • 682 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 mois Taille

Le verdict du procès des assassins à la UNE

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Le verdict du procès des auteurs de l’assassinat de 14 bûcherons en 2018 à Boffa Bayotte (sud), l’inauguration de l’école de formation de la marine sénégalaise et la politique sont les sujets les plus commentés par les quotidiens reçus mardi à l’APS.

Le tribunal de grande instance de Ziguinchor (sud) a condamné à la prison à vie René Capin Bassène, Omar Ampoï Bodian et le chef rebelle César Atoute Badiate.

Les accusés étaient jugés pour l’assassinat de 14 bûcherons en janvier 2018.

Dix autres accusés ont été relaxés. Deux autres encore ont écopé de six mois de prison avec sursis.

‘’Le summum de la barbarie !’’ s’exclame Le Soleil pour décrire les faits survenus il y a presque quatre ans et demi.

Il ajoute, citant Ciré Clédor Ly, l’un des avocats des accusés, que ‘’c’est une décision surprenante et désespérante’’.

‘’Un verdict qui a plongé les familles de René Capin Bassène, d’Omar Ampoï Bodian et de César Atoute Badiate dans une mare de [larmes]’’, commente Libération.

Me Ly soutient, selon le journal EnQuête, que ‘’les trois [accusés] ont été catalogués comme étant des éléments du MFDC’’, le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance, la rébellion du sud du pays, à laquelle appartient M. Badiate. Ce dernier a été jugé par contumace.

‘’Les pleurs et les complaintes des familles [des accusés] ont attristé plus d’un’’, note EnQuête.

‘’Même si je ne dis pas que c’est une décision politique, elle rencontre les rencontre les aspirations et les désirs des politiques’’, rapporte Vox Populi, citant Me Ciré Clédor Ly.

L’Ecole de la marine nationale inaugurée à Dakar par le président de la République fait partie du ‘’dispositif’’ mis en place par l’Etat pour soutenir ‘’la vocation pétrolière et gazière du Sénégal’’, écrit Le Soleil.

‘’Avec les découvertes de gisements d’hydrocarbures, le Sénégal a besoin d’une marine nationale dotée de ressources humaines de qualité et de moyens techniques suffisants’’, lit-on dans le même journal.

Avec la nouvelle école, ‘’Macky Sall acte la montée en puissance de la marine’’ sénégalaise, souligne L’As.

Le nouvel établissement va aider aussi à renforcer la lutte contre l’émigration clandestine, le trafic de drogue et d’armes, la pêche illicite et la piraterie, selon le même journal.

Désormais, ‘’tous les corps (de l’armée nationale) ont leur propre centre de formation’’, tient à souligner Le Quotidien.

‘’La sécurité n’a pas de prix (…) Ce n’est plus le temps des muscles : c’est l’heure de l’intelligence, du renseignement, du recrutement d’agents hautement qualifiés (…) Le Sénégal poursuit sa montée en puissance en s’entourant de toutes les garanties sécuritaires’’, commente Le Quotidien après l’inauguration de l’Ecole de la marine nationale.

‘’Un jeu de ruse’’

‘’L’unité nationale en danger’’, titre L’Observateur, concernant les discours décriés de certains hommes politiques.

Il estime que ‘’les dérives politiques risquent de tout anéantir’’ au Sénégal.

‘’Dans les discours des politiques, il y a souvent un ou des mots de trop. Une dérive qui (…) peut choquer une ethnie ou toute une communauté. Les conséquences peuvent être dramatiques pour tout un pays’’, avertit L’Observateur.

‘’Vous nous faites honte’’, s’indigne Le Quotidien, s’adressant aux auteurs des discours décriés, ajoutant : ‘’La politique intérieure a toujours été un terrain de luttes, de violences verbales et même physiques. Mais jamais nous n’avons atteint ce niveau de dégoût que le monde politique inspire. Jamais nous n’avons eu à expérimenter un tel degré de médiocrité et de vulgarité.’’

L’Observateur et Le Quotidien font allusion à des appels à la violence lancés récemment par des hommes politiques sénégalais envers leurs adversaires.

Selon WalfQuotidien, le chef de l’Etat et la coalition Benno Bokk Yaakaar, la coalition de partis politiques de la majorité présidentielle, ont annulé des activités politiques qu’ils envisageaient de dérouler.

‘’L’annulation des activités de Benno Bokk Yaakaar et du président Macky Sall (…) est un jeu de ruse dont l’objectif serait d’arriver à provoquer l’interdiction de la manifestation de Yewwi Askan Wi prévue ce 17 juin’’, commente le journal.

Yewwi Askan Wi, une coalition dirigée par Khalifa Sall, ancien maire de Dakar, et le député Ousmane Sonko, maire de Ziguinchor, envisage de tenir un rassemblement, vendredi 17 juin, à Dakar, en guise de protestation contre l’invalidation de l’une de ses listes de candidature aux élections législatives du 31 juillet prochain.

AVEC APS

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 682 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial