Propos de campagne : L’engagement des 8 coalitions en lice

mardi 12 juillet 2022 • 914 lectures • 0 commentaires

Politique 2 mois Taille

Propos de campagne : L’engagement des 8 coalitions en lice

PUBLICITÉ

Pour les élections législatives du 31 juillet, les huit (8) coalitions en compétition ont livré leurs premiers mots de discours de campagne et fait des promesses aux Sénégalais. 

ALIOU SOW, BOKK GIS-GIS/LIGGEY : «Nous proposons la voie de la paix, de la stabilité, de la compétence, du patriotisme»

PUBLICITÉ


Comme lors du dépôt des listes, Bokk Gis-Gis/Liggey est la première coalition à passer à la Radiotélévision sénégalaise (Rts), ce dimanche 10 juillet 2022, pour prononcer son discours de démarrage de la campagne électorale. L’ancien ministre libéral, Aliou Sow, qui a porté la voix de ladite coalition, a magnifié le travail effectué par ses partisans. Il a n’a pas manqué de lancer des piques contre leurs adversaires politiques, notamment ceux des coalitions Benno Bokk Yaakaar et Yewwi Askan Wi, dont certaines listes ont été invalidées. «Nous sommes la seule coalition à ne pas avoir de doublon de parrainages. Nous remercions pour cela les Sénégalais qui nous ont parrainé. Nous avons fait un excellent travail. Ceux qui pensent être forts mais qui ne sont pas capables de confectionner de bonnes listes, s’ils avaient fait comme nous, il n’y aurait pas de problème. Mais, ceux qui sont au pouvoir et veulent le conserver, et ceux qui veulent prendre le pouvoir à tout prix, sont à l’origine de ces problèmes-là», lâche-t-il. Bokk Gis-Gis propose une voie alternative et promet d’amener à l’Assemblée nationale de valeureux députés, des hommes et des femmes qui vont représenter dignement le peuple Sénégalais. Aliou Sow prend cet engagement : «Nous, nous vous proposons la voie de la paix, de la stabilité, de la compétence, du patriotisme avec des hommes et des femmes compétents capables de défendre les intérêts des Sénégalais». 

PUBLICITÉ


AMINATA TOURE, BBY : «Nous appelons à une campagne d’idées, de programmes et non de violences»



Deuxième dans l’ordre de passage sur la Rts, ce dimanche 10 juillet 2022, la tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yaakaar a profité de son temps d’antenne pour lancer un appel à des élections apaisées. Aminata Touré invite les responsables des coalitions en lice à éviter la violence, les écarts de langage et surtout à se respecter. «Le Sénégal est un et indivisible. Aucun parti ne peut diviser le Sénégal. Nous appelons à une campagne d’idées, de programmes et non de violences», déclare-t-elle. Avant d’inviter les Sénégalais à donner la majorité à la coalition présidentielle le 31 juillet 2022 afin de permettre au Président Macky Sall, leader de Benno, de poursuivre ses projets de développement du Sénégal. «Nous allons revenir sur les réalisations du Président Macky Sall qui sont visibles partout à travers le Sénégal. Ici à Dakar, nous avons le Train express régional (Ter) et bientôt le Bus rapid transit (Brt). Le Covid-19 et la guerre en Ukraine ont occasionné une crise mondiale, mais le Président Macky Sall a fait des efforts énormes pour que ça n’impacte pas les Sénégalais. Il a mis 43 milliards FCfa pour maîtriser les prix des denrées de première nécessité. Il a débloqué 43 milliards FCfa pour soutenir les ménages à travers les cash transferts. Nous demandons aux Sénégalais de donner la majorité au Président Macky Sall pour lui permettre de poursuivre ses projets», dit-elle.


MAMADOU LAMINE THIAM, WALLU SENEGAL : «Le régime de Macky rompt l’ensemble des consensus qu’il y avait au Sénégal»


Pour la grande coalition Wallu Sénégal, c’est l’ancien questeur Mamadou Lamine Thiam qui a ouvert le bal. Il a décelé un recul démocratique dans le pays. Il explique : «La réputation du Sénégal qui était un pays démocratique, de paix, où régnait la concorde sociale, a été rompue. Nous étions habitués à faire des élections paisibles parce que nous avions un Code électoral consensuel. Le régime de Macky Sall a bafoué ce consensus en introduisant à l’Assemblée nationale de nouvelles lois. Il nous a imposé un ministre de l’Intérieur partisan. Depuis les régimes du Président Diouf et du Président Wade, on est habitué au Sénégal à avoir des élections organisées par une autorité neutre. Le fichier électoral est aussi un point de rupture, aucun parti de l’opposition n’en dispose. Nous avons décrié le parrainage, mais le régime nous l’a imposé. Le régime de Macky rompt l’ensemble des consensus qu’il y avait au Sénégal». Selon M.Thiam, le pouvoir fait des forcings, vote des lois scélérates qui excluent les citoyens en les privant de leur droit de vote. «Si l’Etat arrive à ses fins, c’est parce qu’il a une majorité mécanique qui le lui permet à l’Assemblée nationale. Nous demandons aux Sénégalais de voter massivement pour notre coalition et nous allons rétablir l’Etat de droit et l’ensemble des acquis démocratiques», a-t-il indiqué. 


MOUHAMED DIALLO, NAATAANGUE ASKAN WI : «Nous allons proposer à l’Etat de doubler les bourses des étudiants»



Pour son premier jour de passage à la Rts, la coalition Naataangue Askan Wi a consacré son temps d’antenne à la jeunesse. D’abord pour les étudiants, Mouhamed Diallo, qui a porté la voix de cette coalition, s’engage à porter le combat pour l’augmentation du montant de la bourse octroyée aux étudiants. «Si nous sommes élus, promet-il, nous allons proposer au Gouvernement de doubler les bourses des étudiants qui sont l’avenir de ce pays. Nous allons aussi proposer au Gouvernement la gratuité de la scolarité pour les élèves du Ci à la Terminale», promet-il. Selon le président de la coalition Natangué askan wi, le Gouvernement doit faire de la jeunesse une super priorité. Cependant, il invite les jeunes à respecter davantage les aînés. «Dans les transports, nous demandons aux jeunes de céder leurs places assises aux personnes du 3è âge, d’aider les handicapés à traverser les routes, etc. Ce sont de petits gestes qui sont très importants», souligne Mouhamed Diallo. 


BIRAM SOULEY DIOP, YEWWI ASKAN WI : «Nous voulons une Assemblée nationale qui va défendre les intérêts des populations»


Parlant au nom de la coalition Yewwi Askan Wi, Birame Souley Diop a, d’abord, déploré l’attitude du régime en place qui, selon lui, a tout fait pour les écarter de la compétition pour les élections législatives du 31 juillet 2022. Affirmant qu’ils vont participer à ces joutes, la tête de liste départementale de Yewwi Askan Wi à Thiès n’est pas satisfaite du travail des députés ces dix dernières années. «Depuis plus de 12 ans, ces députés qui se réclament d’un parti politique, d’une couleur, d’un groupe, n’ont jamais fait de proposition de loi. Ils n’examinent que des projets de lois émanant de l’exécutif. Pis, il n’y a plus de débat à l’Assemblée nationale, ils votent tout en procédure d’urgence», dénonce-t-il. Le responsable de Pastef/Les Patriotes accuse l’Assemblée nationale de protéger des députés trafiquant de passeports diplomatiques et des députés fabriquant de faux billets. «Ils disent qu’ils veulent gagner ces Législatives pour asseoir le 3è mandat, en plus ils refusent de voter la loi criminalisant l’homosexualité. Nous voulons une Assemblée nationale qui va défendre les intérêts des populations», déclare M.Diop.  


PAPA DJIBRIL FALL, LES SERVITEURS : «La 13ème législature n’a pas joué pleinement son rôle»



La tête de liste nationale de la coalition Les Serviteurs a aussi pointé du doigt la 13ème Législature. Pour Papa Djibril Fall, cette législature n’a pas joué pleinement son rôle. «Nous avons constaté des failles au niveau de la représentation nationale. Aucun Sénégalais n’avait envie d’aller se plaindre auprès des députés alors que l’Assemblée nationale est une institution très importante», dit-il, avant de rappeler son rôle important de contrôle de l’action de l’exécutif mais aussi d’évaluation des politiques publiques. Aussi, Papa Djibril Fall s’engage, une fois à l’hémicycle, à redonner espoir à la jeunesse sénégalaise qui meurt dans le désert ou dans la méditerranée. 


EL HADJI IBRAHIMA MBOW, BUNT-BI : «Si nous sommes à l’Assemblée nationale, la question du 3è mandat va être définitivement réglée»


Les élections législatives du 31 juillet 2022 ont un grand enjeu. Selon le président de la coalition Bunt-Bi, El Hadji Ibrahima Mbow, les résultats de ce scrutin vont avoir un impact sur la présidentielle de 2024 et particulièrement sur la question de la candidature de Macky Sall. «Le signal que les Sénégalais vont donner le 31 juillet 2022 est fort. Nous de l’opposition, si nous sommes à l’Assemblée nationale, la question du 3è mandat sera définitivement réglée parce que ça sera un référendum contre le 3è mandat», a-t-il déclaré, ce dimanche 10 juillet, sur la Rts. El Hadji Ibrahima Mbow et sa coalition veulent une équipe au service du Sénégal, une Assemblée nationale qui joue pleinement son rôle. «Nous voulons des lois économiques pour avoir de l’industrialisation. Les ressources publiques doivent servir aux priorités nationales», dit-il. Le leader de Bunt-Bi, qui promet de revenir sur leurs programmes, soutient que l’actuel régime a échoué dans tous les secteurs. «Sur le plan économique, c’est une catastrophe.  Sur le plan de la gouvernance, on avait promis ‘’le yonu yokoute’’, et aujourd’hui c’est ‘’le yonou ndol’’ qui est là. L’opposition doit aller à l’Assemblée nationale imposer la cohabitation, faire la transition, corriger les erreurs et développer le Sénégal dans l’intérêt des Sénégalais», a-t-il fait savoir. 



THIERNO ALASSANE SALL, AAR SENEGAl : «Si nos valeureux investis sont élus députés, ils vont dignement représentés le peuple»



La coalition Aar Sénégal plaide pour une Assemblée nationale de rupture. Pour cela, Thierno Alassane Sall confie que leur liste détient les profils qu’il faut. «Notre liste est la meilleure. Deux des meilleurs députés de la 12ème législature, Thierno Bocoum et Cheikh Oumar Sy, sont investis par notre coalition. En plus, Théodore Monteuil et Marème Sado Ndiaye, qui se sont brillamment illustrés lors de la 13ème législature, sont aussi de notre liste. Dr Abdourahmane Diouf qu’on ne présente plus, de même que le juge Ibrahima Dème qui avait dit démissionner d’une justice qui a démissionné, sont également de notre liste, et tant d’autres vaillants et brillants Sénégalais. Si ces valeureuses personnes sont élues députés, elles vont dignement représenter le peuple. Toutes les couches de la population seront bien représentées et défendues par ces grands hommes», promet-il. Selon lui, Aar Sénégal a un programme ambitieux pour panser les maux dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la pêche, etc. «Si les députés faisaient bien leur travail, les problèmes dans vos hôpitaux n’allaient plus se répéter. C’est un problème systémique que l’Assemblée nationale devait inspecter. Le Sénégal dispose de beaucoup de ressources, il faut qu’elles soient bien gérées. Et c’est ça le souhait de Aar Sénégal», a laissé entendre Thierno Alassane Sall.

Cet article a été ouvert 914 fois.

Publié par

Daouda Mine

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial