Cet article a été publié dans le journal LOBS

Affaire de moeurs-Ousmane Sonko : L'oeil du Psychologue Khalifa A. Diagne

samedi 6 février 2021 • 1362 lectures • 2 commentaires

Société 3 semaines Taille

Affaire de moeurs-Ousmane Sonko : L\'oeil du Psychologue Khalifa A. Diagne

Le psychologue Khalifa Ababacar Diagne a jeté, pour L’Obs, un œil sur le communiqué du leader de Pastef pour donner une idée sur l’état psychologique de Ousmane Sonko, accusé de viols (voir par ailleurs) et sa stratégie de défense.

«La lettre de (Sonko) ne me permet pas de dire qu’il était dans un tel état psychologique. Par contre, la lettre apparaît nettement comme un discours d’auto-victimisation par rapport à ce qui s’est passé par l’évocation d’autres faits ou d’autres accusations qui étaient destinées à le liquider, comme il le dit. A tort ou à raison, je sais qu’il paraît nettement dans une stratégie d’auto-victimisation. Maintenant, il appartiendra aux enquêteurs d’agir dans le sens de la manifestation de la vérité. Mais, c’est compréhensible qu’en tant qu'homme politique, il sait tout le gain qu’il pourrait y avoir au cas où ces accusations ne seraient pas fondées. Parce que s’il apparaît aujourd’hui, aux yeux des populations, comme une victime, il pourrait avoir beaucoup de gain au plan politique. Par contre, si ces accusations arrivaient à être confirmées par les enquêteurs et que cela soit perçu par l’opinion comme vérité, ça pourrait nuire à son avenir au plan politique.


Mais à travers la lettre, il y a deux choses que je peux, en psychologue, retenir et qui pourraient être corroborées par d’autres psychologues : il y a une stratégie d’auto-victimisation à tort ou à raison, c’est l’enquête qui le dira. Et à la fin de la lettre, il est sur le pied de guerre, en demandant à ses militants de se mobiliser et de se tenir debout. La chute de sa lettre où il demande à ses militants de se tenir debout ou une sorte de se tenir sur le pied de guerre, ne permet pas de dire qu’il est en situation de faiblesse. En tout cas, il se montre prêt à aller au combat. Je pourrais retenir l’auto-victimisation à tort ou à raison. Le fait que la personne soit sur le pied de guerre. Je n’étais pas présent au moment où il écrivait sa lettre. Il n’y a pas d’éléments qui me permettent de dire qu’il y a tel signe de faiblesse ou pas pour l’instant. Mais il est dans une stratégie de défense basée sur l’auto-victimisation et aussi sur un appel à ses militants à se tenir debout, à se mobiliser.»


ABLAYE GADIAGA SARR

Cet article a été ouvert 1362 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

2 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial