Annulation CAN U17 : "Du gâchis pour cette génération" (Me Senghor)

jeudi 11 mars 2021 • 474 lectures • 0 commentaires

Sport 1 mois Taille

Annulation CAN U17 : \

iGFM (Dakar) Me Augustin Senghor a affiché sa déception après l'annulation de la Coupe d'Afrique des Nations des moins de 17 ans, à seulement cinq jours du coup d'envoi. Il considère cela comme un gâchis pour cette génération dirigée par Ibou Sané, l'artificier.

"En Afrique, malheureusement on insiste beaucoup sur les équipes A, mais je pense que c'est au niveau des petites catégories qu'il faut mettre l'accent. Il ne faut pas qu'on prenne ces compétitions de jeunes à la légère parce que c'est de l'avenir du football africain qu'il s'agit. On peut percevoir ça comme un gâchis", a-t-il déclaré depuis le Maroc où il se trouve pour assister à l'élection de la Confédération africaine de football (CAF) prévue, ce vendredi. 


"Avec un report en juillet certains seraient hors de cette catégorie"


"Mais, à l'impossible nul n'est tenu. Les motifs qui ont été avancés par le pays hôte ont fait que le Comité d'urgence a du s'aligner pour décider de l'annulation parce qu'effectivement l'autre problème aussi en cas de report au mois de juillet, avec les problèmes d'IRM sur l'âge, certains seraient hors de cette catégorie. Ce qui serait injuste", a souligné le probable futur 1er vice-président de la CAF.


"Reporter allait poser problème, les calendriers seront chargés"


"Comme aussi, on sait que dans les mois qui viennent les calendriers seront chargés, reporter allait poser problème. Il faut le comprendre comme cela, ça fait mal. Mais il faut l'accepter et surtout continuer à travailler avec cette génération et c'est valable pour le Sénégal et les autres pays. Il y avait déjà cinq pays qui étaient là. D'aures étaient en train de se préparer mais qui n'ont pas pu en raison des restrictions de la partie de l'administration marocaine par rapport aux visas et certains nombres de facteurs, de transports internationaux qui font qu'ils ne pourront pas être là. Mais, je dois avouer que la déception est là pour eux. Je pense qu'ils méritaient de vivre leur rêve jusqu'au bout", a conclu Augustin Senghor.

Cet article a été ouvert 474 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial