Après le Forum civil, c'est au tour du Fmi de dire ses vérités sur la passation des marchés !

vendredi 7 octobre 2022 • 1508 lectures • 1 commentaires

Société 2 mois Taille

Après le Forum civil, c'est au tour du Fmi de dire ses vérités sur la passation des marchés !

PUBLICITÉ

Mercredi dernier, le coordonnateur du Forum civil avait alerté de nouveau sur la "déstruction" du système de passation des marchés publics. Birahim Seck avait surtout dénoncé le décret sortant les sociétés nationales liées au pétrole, au gaz et à l’énergie, du champ du code des marchés publics. À présent, c’est au tour du Fonds monétaire international (Fmi) d’emboucher la même trompette.

Dans le communiqué de presse qui a sanctionné sa dernière revue, le Fonds monétaire international (Fmi) a souligné que le renforcement de la résilience de l'économie sénégalaise, face aux multiples chocs et la constitution de marges de manœuvre pour faire face aux chocs futurs, dépendent de l'avancement des réformes structurelles clés.

Et parmi ces réformes, l’institution de Bretton Woods a mis le curseur sur un point qui fait débat: le système de passation des marchés publics. En effet, elle a souligné que l’Etat doit "rationaliser les dérogations au code des marchés publics pour le secteur de l'énergie et finaliser la révision de son cadre juridique pour limiter strictement les dérogations aux appels d'offres ouverts et concurrentiels."

En effet, les sociétés nationales se mouvant dans le secteur pétrolier et gazier (Senelec, Petrosen Holding et ses filiales, Petrosen Exploration & Production et Petrosen Trading & Services SA, la Société Africaine de Raffinage, le Réseau gazier du Sénégal et même l'Institut national du Pétrole et du Gaz) ont toutes été extirpée du champ des marchés publics le 12 aout dernier.

Ces entreprises, selon le ministre, ont un besoin constant en équipement et services pointus à bref délais et évoluent dans un environnement fortement concurrentiel. D’où, de son avis, «la nécessité de leur assurer l'efficacité, la réactivité et la célérité exigent l'aménagement de règles de passation des marchés publics souples.»

PUBLICITÉ


Mercredi dernier, Birahim Seck s'en était offusqué : "Le 12 aout passé, le gouvernement n’a-t-il pas extirpé du champ du Cmp tous les achats liés au secteur extractif. Autrement dit, les achats effectués dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’énergie sont extirpés du champ des marchés publics», avait fustigé le coordonnateur du Forum civil. Pour lui, par ce décret, "on a créé un boulevard de commandes directes au profit du gouvernement et au détriment de la transparence."

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1508 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial