Après vingt mois de restrictions, les États-Unis rouvrent leurs frontières

lundi 8 novembre 2021 • 477 lectures • 0 commentaires

International 3 semaines Taille

Après vingt mois de restrictions, les États-Unis rouvrent leurs frontières

PUBLICITÉ

iGFM- Les États-Unis rouvrent leurs frontières terrestres et aériennes, lundi, après vingt mois de restrictions. Seuls les voyageurs vaccinés contre le Covid-19 sont concernés.

C'est la fin du "travel ban". Les États-Unis rouvrent, lundi 8 novembre, leurs frontières terrestres et aériennes aux voyageurs vaccinés contre le Covid-19, après vingt mois de restrictions particulièrement mal vécues en Europe ou chez les voisins mexicains et canadiens.

Familles séparées, relations d'affaires perturbées, ambitions professionnelles contrariées : le "travel ban" imposé par Donald Trump au début de 2020, puis confirmé par son successeur Joe Biden, a été très critiqué et il est devenu emblématique des bouleversements provoqués par la pandémie.

Pour se prémunir des pays les plus affectés par le Covid-19, Donald Trump avait imposé dès février 2020 des restrictions sur les voyages en provenance de Chine. Puis le 13 mars, ce fut le tour des pays européens de l'espace Schengen. Suivront quelques jours plus tard la Grande-Bretagne et l'Irlande, tandis que les frontières terrestres avec le Mexique et le Canada étaient en très grande partie fermées.

Avec tous ces pays, la densité des échanges humains et économiques est immense.

"Cela a été si dur", "j'ai tout simplement envie de voir mon fils", confie à l'AFP Alison Henry, une Britannique de 63 ans qui s'envolera lundi pour le retrouver chez lui, à New York.

Beaucoup de familles des deux côtés de l'Atlantique attendent ces retrouvailles avec fébrilité. Il était certes possible d'aller des États-Unis vers l'Europe depuis l'été dernier, mais les étrangers installés sur le sol américain et détenteurs de certains visas n'avaient aucune garantie de pouvoir retourner chez eux.

Bouffée d'oxygène

Pour faire face à l'afflux de demandes, les compagnies aériennes ont augmenté le nombre de vols transatlantiques. Elles vont utiliser de plus gros avions, car cette levée des restrictions représente aussi une bouffée d'oxygène pour un secteur plongé dans la crise par la pandémie.

Le long de l'immense frontière mexicaine, de nombreuses villes américaines, au Texas ou en Californie, ont souffert économiquement de cette limitation des échanges.

"La pandémie a touché tout le monde et nous attendons simplement que les nôtres puissent venir nous rendre visite eux aussi", explique à l'AFP Marcos Rivera, propriétaire d'un magasin de vêtements à El Paso au Texas.

Sunny Butler, propriétaire d'une boutique d'accessoires de la ville texane, affiche son incrédulité. "Ca fait presque deux ans, vous voyez ? Donc, quand ça ouvrira lundi, là je verrai et j'y croirai vraiment", lance-t-elle.

Vaccination et tests négatifs

Plus d'une trentaine de pays sont concernés par la levée du "travel ban". Mais l'entrée ne sera pas totalement libre et les autorités américaines entendent surveiller le statut vaccinal des voyageurs, en même temps qu'elles continueront d'exiger des tests Covid négatifs.

Pour les voyageurs arrivant par les airs, les États-Unis demanderont, en plus d'une preuve de vaccination et d'un test dans les trois jours avant le départ, la mise en place par les compagnies aériennes d'un système de suivi des contacts.

Pour la voie terrestre, la levée des restrictions se fera en deux temps. À partir de lundi, pourront traverser la frontière du Canada ou du Mexique les personnes venant pour des raisons jugées non-essentielles, par exemple familiales ou touristiques, à condition d'être vaccinées. Les personnes venant pour des motifs impérieux - par exemple les chauffeurs routiers - en seront dispensées.

Mais à partir de janvier, l'obligation vaccinale vaudra pour tous les visiteurs franchissant les frontières terrestres, quel que soit leur motif d'entrée.

Les autorités sanitaires américaines ont indiqué que tous les vaccins approuvés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) seraient acceptés. Il s'agit pour l'instant, selon la procédure d'urgence de l'OMS, des vaccins AstraZeneca, Johnson & Johnson, Moderna, Pfizer/BioNTech, l'indien Covaxin, Sinopharm et Sinovac. Ces deux vaccins chinois permettront donc de franchir les frontières des États-Unis.

Optimisme prudent

Les autorités américaines ne se sont pour l'instant pas exprimées sur la remontée du nombre de cas en Europe, où l'OMS s'alarme du rythme "très préoccupant" de transmission du Covid-19, qui pourrait déboucher sur un demi-million de morts supplémentaires sur le continent d'ici février.

Cette quatrième vague "massive" frappe notamment l'Allemagne, avec laquelle l'administration Biden soigne tout particulièrement sa relation.

Le médecin-chef des États-Unis, Vivek Murthy, s'est lui dit "prudemment optimiste" dimanche sur la chaîne ABC quant à l'évolution de la pandémie aux États-Unis.

France24 avec AFP 

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 477 fois.

Publié par

Monia inakanyambo

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial