igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Ballon d’Or 2019 : comment Sadio Mané s’est métamorphosé en un an

Sport

iGFM-(Dakar) En remportant le Ballon d’Or africain 2019, mardi, en Egypte, Sadio Mané n’a fait que confirmer ses belles statistiques de l’année. Ce qui en dit long sur l’aura du joueur de 27 ans et traduit une métamorphose en l’espace d’un an.

Souvenez-vous. Après la Coupe du monde 2018, Sadio Mané avait  particulièrement subi des critiques suite à l’élimination dès le premier tour et d’un Mondial raté. Avant le voyage pour la Russie, Sadio Mané avait vécu l’instant magique à Liverpool en réalisant une belle saison, une étape supplémentaire sur le chemin qu’il a tracé. Des critiques qui avaient leur sens surtout que la Coupe du monde de football, c’est le Graal pour tout footballeur.

                         Une métamorphose à grande vitesse

Physiquement non plus, Sadio Mané n’est plus tout à fait le même homme. Entre le club qui l’a révélé et celui où il s’est affirmé comme l’incontesté, l’enfant de Bambali a accéléré sa métamorphose en l’espace d’un an, après avoir connu un retard au niveau de ses statistiques. En ayant des jambes solides et une générosité reconnue par tous, la transformation saute forcément aux yeux.

A Liverpool, sa force est le fait qu’il soit resté au service du collectif d’une équipe qui a fait de lui l’un des meilleurs joueurs au monde, titillant Messi lors de la course au Ballon d’Or France Football remporté par l’Argentin pour la sixième fois de sa carrière.

Sa 4e place contestée par beaucoup d’observateurs, mais l’international sénégalais a néanmoins un style de jeu qui paraît plus facile à déceler. En effet, Mané qui a nettement progressé dans ce classement contrairement à l’édition précédente où il était 22e, incarne rapidité, explosivité, vitesse d’exécution et précision. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il marque et fait marquer ses partenaires en club. Il semble donc que Sadio Mané a su se servir des critiques pour décrocher toutes ces forces dont a besoin tout footballeur qui veut avoir une carrière meilleure. Ce, même si des observateurs pensent que l’attaquant sénégalais peut mieux faire malgré des titres majeurs (Ligue des Champions, Mondial des clubs, Super Coupe d’Europe, co-meilleur buteur Premier League, plusieurs fois meilleur joueur du mois en Angleterre…)

                                        Un mental retrouvé

Après une CAN 2017 et un Mondial 2018 ratés, l’enjeu est immense. Le Sénégal devait relever la tête pour regagner la confiance de son peuple. La pression est bien là et tout repose sur Mané considéré comme l’homme à tout faire de l’équipe du Sénégal.  Tout grandit et l’ancien joueur de Metz (France) est attendu au tournant. Mais, ses performances à Liverpool, il tarde à les concrétiser en sélection. L’enfant de Bambali ne veut pas prendre ses responsabilités face à cette pression énorme. Mais, en surmontant cette épreuve, il a fini par répondre présent avant l’issue des éliminatoires de la CAN 2019. Les choses sont devenues simples pour lui lorsqu’il a réalisé une Coupe d’Afrique des Nations acceptable en inscrivant trois buts en 6 matches, puis conduit le Sénégal en finale d’une CAN 17 ans après.  Et, lorsqu’il a ébloui toute l’Europe avec cette Ligue des Champions gagnée par Liverpool, dont il est l’un des acteurs.

En étant à l’origine de tout ça,  Mané ne s’arrête pas. En effet, depuis le début de la saison, il réalise de bons matches. D’abord en novembre 2019, avec le Sénégal lors de la première journée des éliminatoires de la CAN 2021, contre le Congo (2-0), à Thiès, il a été excellent en sortant le grand jeu suivi d’une passe décisive sur le deuxième but.

En club, Il n’a pas tremblé malgré sa reprise tardive en raison de la CAN. En effet, il en est déjà à 11 réalisations. Sans oublier sa passe décisive en finale de la Coupe du monde des clubs contre Flamengo (1-0), le dernier trophée collectif qu’il a remporté en 2019.

En raflant tout sur son passage, Sadio Mané prouve qu’il a retrouvé son mental. L’année 2019 aura été son année. Confirmation attendue en 2020.

Mamadou Salif GUEYE

 

 

 

 

 

Derniers articles sur Sport

Aller vers HAUT