« Benno ak Tanor » contre le couplage des élections

Politique

 

IGFM – « Benno ak Tanor », la coalition qui avait porté la candidature d’Ousmane Tanor Dieng lors de la présidentielle de 2012,  note que la dissolution de l’Assemblée nationale et le couplage des élections locales et législatives sont inopportuns car n’ayant aucun intérêt pour le Sénégal. Ni sur le plan du renforcement de la démocratie, ni sur la crédibilité des institutions.

Toujours selon cette coalition conduite par le Secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, le houleux débat soulevé sur un éventuel «troisième mandat du Président Macky Sall» est sans objet et dénué de sens. Parce que la Constitution du Sénégal, en son article 27, dispose que : «Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs.» Outre, le Président Sall a dit urbi et orbi qu’il lui est impossible de briguer un troisième mandat à la tête du pays. Donc, pour Ousmane Tanor Dieng et Cie, il n’y a pas lieu de tergiverser sur un sujet, dont les contours sont déjà tranchés par la Loi.

Considérant que la consolidation de la coalition Benno bokk yakaar (Bby) est et reste le meilleur gage de stabilité pour le pays, «Benno ak Tanor» réaffirme son engagement et son ancrage dans les entrailles de ladite coalition présidentielle. Laquelle constitue, sans aucun doute, la garantie nécessaire à la poursuite de la mise en œuvre de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent (Pse), dénommée le Pap 2. Et pour davantage consolider cet acquis, Ousmane Tanor Dieng et ses camarades lancent un appel aux membres de Benno et de la majorité présidentielle à faire preuve de plus de sérénité et de solidarité. Mais aussi et surtout de favoriser le dialogue et la concertation au sein des instances de la grande coalition au pouvoir. Parce que, jurent-ils la main sur le cœur, l’intérêt de Benno bokk yakaar est de maintenir l’unité de tous ses membres. Permettant ainsi une bonne entame de ce quinquennat du président de la République. Un Macky Sall porteur de beaucoup d’espoirs pour le peuple sénégalais. Qui, au soir du 24 février dernier, a renouvelé sa confiance au chef de file de la mouvance présidentielle, avec 58,26% des suffrages valablement exprimés.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.