Biden dit à Netanyahu qu'il soutient un « cessez-le-feu »

mardi 18 mai 2021 • 831 lectures • 0 commentaires

International 4 semaines Taille

Biden dit à Netanyahu qu'il soutient un « cessez-le-feu »

iGFM (Dakar) Le président Joe Biden a exprimé son soutien à un cessez-le-feu entre Israël et les dirigeants militants du Hamas à Gaza dans un appel au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, mais il s’est arrêté pour exiger l’arrêt immédiat des huit jours de frappes aériennes israéliennes et de tirs de roquettes du Hamas qui ont tué plus de 200 personnes, pour la plupart palestiniennes.

La déclaration soigneusement formulée de M. Biden,dans une lecture lundi par la Maison Blanche de son deuxième appel connu à Netanyahu en trois jours alors que les attaques s’ensurchaient, est venue avec l’administration sous pression pour répondre avec plus de force malgré sa détermination à tirer parti de la politique étrangère des États-Unis loin des conflits au Moyen-Orient.


Les commentaires de M. Biden sur un cessez-le-feu étaient ouverts et similaires aux déclarations de principe de l’administration précédente en faveur d’un cessez-le-feu. C’est en contraste avec les demandes de dizaines de législateurs démocrates et d’autres pour un arrêt immédiat par les deux parties. Mais la lecture de l’appel au dirigeant israélien a montré une préoccupation accrue de la Maison Blanche au sujet des attaques aériennes et de roquettes - y compris les frappes aériennes israéliennes visant à affaiblir le Hamas - tout en s’en tenant à un soutien énergique à Israël.


Le dirigeant américain « a encouragé Israël à faire tous les efforts possibles pour assurer la protection des civils innocents », a déclaré la Maison Blanche dans sa lecture.


« Les violences ne montrent aucun signe immédiat de s’apaise », déclare Gallagher Fenwick de France 24 à Jérusalem


Un responsable de l’administration au courant de l’appel a déclaré que la décision d’exprimer son soutien et de ne pas exiger explicitement un cessez-le-feu était intentionnelle. Alors que M. Biden et ses principaux collaborateurs sont préoccupés par l’effusion de sang croissante et la perte de vies innocentes, la décision de ne pas exiger l’arrêt immédiat des hostilités reflète la détermination de la Maison Blanche à soutenir le droit d’Israël à se défendre du Hamas, a déclaré ce responsable, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter des délibérations privées.


M. Netanyahu a déclaré lundi en fin de journée aux responsables israéliens de la sécurité qu’Israël « continuerait à frapper des cibles terroristes » à Gaza « aussi longtemps que nécessaire afin de rendre le calme et la sécurité à tous les citoyens israéliens ».


L’hôpital de Gaza lutte pour faire face à l’afflux de patients dans un contexte de conflit, de pandémie


Alors que les pires combats israélo-palestiniens depuis 2014 faisaient rage, l’administration Biden a limité ses critiques publiques au Hamas et a refusé d’envoyer un émissaire de haut niveau dans la région. Elle avait également refusé de faire pression publiquement et directement sur Israël pour qu’il mème sa dernière opération militaire dans la bande de Gaza, un territoire de 6 milles sur 25 milles qui abrite plus de 2 millions de personnes. La médiation du cessez-le-feu par l’Égypte et d’autres pays n’a montré aucun signe de progrès.


Par ailleurs, les États-Unis, principal allié d’Israël, ont bloqué pour la troisième fois lundi ce qui aurait été une déclaration unanime du Conseil de sécurité de l’ONU, qui compte 15 pays, exprimant sa « grave préoccupation » face à l’intensification du conflit israélo-palestinien et à la perte de vies civiles. Le rejet final des États-Unis a tué la déclaration du Conseil de sécurité, du moins pour l’instant.


L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, et le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, ont déclaré que les États-Unis se concentraient plutôt sur une « diplomatie calme et intensive ».


M. Biden a été déterminé à éloigner la politique étrangère des États-Unis des conflits au Moyen-Orient et en Asie centrale, notamment en retirant les troupes américaines d’Afghanistan et en mettant fin au soutien à une guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen, pour se concentrer sur d’autres priorités politiques. À l’échelle internationale, pour les États-Unis, cela signifie faire face au changement climatique et faire face à l’essor de la Chine, entre autres objectifs.


Ce changement comporte des risques, y compris la violence de torchage que les États-Unis reculent de hotspots.


Le secrétaire d’État Antony Blinken,s’exprimant au Danemark à l’occasion de la première étape d’une tournée sans rapport avec les pays nordiques, a déclaré lundi que les États-Unis étaient prêts à se lancer pour aider si Israël et le Hamas signalent leur intérêt à mettre fin aux hostilités , mais que les États-Unis n’exigeaient pas qu’ils le font.


« En fin de compte, il revient aux parties de préciser qu’elles veulent poursuivre un cessez-le-feu », a déclaré Blinken. Il a décrit les contacts des États-Unis pour soutenir la fin des combats, y compris les appels qu’il faisait dans les airs entre ses arrêts nordiques.


Blinken a défendu la gestion par les États-Unis du conflit israélo-palestinien vieux de plusieurs décennies alors que l’Amérique s’efforce de promouvoir des accords sur l’accord sur le climat, de retirer ses troupes d’Afghanistan et de tourner l’attention des États-Unis sur ce que Biden considère comme les priorités de politique étrangère les plus pressantes du pays.


C’est « un grand monde et nous avons des responsabilités », a-t-il dit.


Le chef de la majorité sénatoriale Chuck Schumer s’est joint lundi à des dizaines de députés démocrates - et un républicain, et le sénateur indépendant Bernie Sanders - pour demander le cessez-le-feu des deux côtés. Un démocrate de premier plan, le représentant Adam Schiff, le président de la commission du renseignement de la Chambre, a pressé les États-Unis au cours du week-end de s’impliquer davantage.


Les démocrates progressistes ont été plus franc en exigeant des pressions sur Israël - et les républicains et les démocrates conservateurs relativement calme, pour une question politiquement tendue des États-Unis comme le soutien à Israël - que le nombre de morts a augmenté.


Le représentant Cori Bush, un démocrate du Missouri, a lié les questions palestiniennes à celles des Noirs américains.


« Nous nous opposons à ce que notre argent finance la police militarisée, l’occupation et les systèmes d’oppression violente et de traumatisme », a tweeté Bush.


Mais le leader de la minorité au Sénat Mitch McConnell, R-Ky, a pris la parole au Sénat lundi pour attaquer les législateurs pour avoir inclus Israël dans leurs demandes de cessez-le-feu.


« Pour dire que les deux parties, les deux parties doivent réduire la responsabilité des terroristes d’avoir lancé le conflit en premier lieu et suggère que les Israéliens n’ont pas le droit de se défendre contre les tirs de roquettes en cours », a déclaré M. McConnell.


Dans un tir sur les démocrates, McConnell a déclaré: « Les États-Unis doivent se tenir quatre fois derrière notre allié, et le président Biden doit rester fort contre les voix croissantes au sein de son propre parti qui créent une fausse équivalence entre les agresseurs terroristes et un État responsable se défendant. »


Le sénateur Rick Scott, R-Fla., a dirigé 19 sénateurs républicains en publiant une résolution soutenant le côté israélien des combats. Ils prévoient essayer de déposer le projet de loi la semaine prochaine.


Blinken a également déclaré lundi qu’il avait demandé à Israël toute preuve pour sa revendication que le Hamas opérait dans un immeuble de bureaux de Gaza abritant l’Associated Press et al Jazeera bureaux de nouvelles qui a été détruit dans une frappe aérienne israélienne au cours du week-end. Mais il a dit qu’il n’avait personnellement « vu aucune information fournie ».


France24

Cet article a été ouvert 831 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial