Burkina Faso: des médias inquiets d’être comparés à la radio rwandaise des Mille Collines

vendredi 3 février 2023 • 740 lectures • 1 commentaires

International 1 an Taille

Burkina Faso: des médias inquiets d’être comparés à la radio rwandaise des Mille Collines

PUBLICITÉ

iGFM (Dakar) Au Burkina Faso, des organisations de médias professionnels ont répondu ce 2 février 2023 au travers d’un communiqué aux propos tenus par le Premier ministre devant le Conseil supérieur de la communication. Apollinaire Kyelem de Tambela avait dressé un parallèle entre les médias de son pays et la radio rwandaise des Mille collines, connue pour son rôle dans le génocide de 1994.

C’est l’inquiétude au sein des organisations de médias professionnels du Burkina Faso. Elles ont publié ce 2 février 2023 un communiqué intitulé : « Non, les médias burkinabè ne sont pas des radios Mille collines».

Elles répondent ainsi aux propos tenus par le Premier ministre, lors de sa rencontre la semaine passée avec le Conseil supérieur de la communication (CSC). Lors de cet échange, Apollinaire Kyelem de Tambela, a notamment demandé au CSC de se pencher davantage sur la régulation des médias et notamment des débats sur les plateaux télévisés.

La référence à la radio rwandaise, connue pour son rôle dans génocide de 1994, a provoqué la colère des médias burkinabè, alors qu’ils constatent que la liberté de la presse est très attaquée depuis plusieurs mois.

« De plus en plus de groupuscules n’hésitent pas à menacer ouvertement des journalistes »

« Nous sommes loin d’être des radios Mille collines, réagit Inoussa Ouedraogo, président de la Société des éditeurs de la presse privée du Burkina Faso et du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ). Nous sommes professionnels. Et si, par ailleurs, il y a parmi nous des journalistes ou des médias qui ne respectent pas les règles éthiques et déontologiques, il fallait les interpeller et non pas jeter tout le monde en pâture en indiquant qu’il faut nous recadrer ».

« Qu’est-ce qu’on met dans le recadrage ? s’interroge-t-il au micro de Gaëlle Laleix. On ne sait pas. Surtout que nous avons vu qu’il y avait des remises en cause de ces libertés-là. Vous avez par exemple de plus en plus de groupuscules qui se réclament de tel ou tel bord, qui n’hésitent pas à menacer ouvertement des journalistes, à appeler même au meurtre de certains journalistes. On l’a vécu ».

Inoussa Ouedraogo conclut : « À côté de cela, nous avons constaté depuis un temps que les activités publiques du président ne sont pas couvertes par les médias. La presse présidentielle se contente de mettre des comptes-rendus à disposition des médias pour qu’ils soient juste des diffuseurs. Or, notre rôle, c’est de traiter ces informations avant de les diffuser. Ces éléments étant remis en cause, nous pensons que c’est un recul grave. C’est une atteinte au droit à l’information. »

RFI

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 740 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial