Ces commissaires centraux perdus par des manifestations devant le Palais

Société

IGFM – Le sort réservé au commissaire central Mamadou Ndour, limogé officiellement lundi dernier, est la conséquence d’une jurisprudence qui a déjà fait des victimes dans le passé. Avant lui, un autre commissaire central, Tamsir D. Diakhaté, avait connu un traitement identique. Son limogeage prématuré, dans le courant du mois de février 2013, après moins de 6 mois de service à la tête du service de sécurité régional de Dakar, avait également surpris plus d’un, dans les rangs de la police.

Le central Diakhaté de l’époque avait été perdu par une manifestation improvisée devant les grilles du Palais de la république des «marrons du feu», jadis en charge de la sécurité de l’actuel chef de l’État Macky Sall. Les manifestants étaient parvenus à se hisser sans anicroche, jusqu’aux portes du Palais de la république.

A une moindre mesure, le célèbre commissaire Arona Sy qui était parvenu à contenir les violentes manifestations de rues post électorales, (devant les grilles de l’assemblée nationale et aux abords du palais présidentiel), sera à son tour relevé de son siège de commissaire central, malgré un travail remarquable, salué par des instances internationaux. Dans ce sillage, ces manifestations devant les grilles du Palais de la république ont emporté un ministre.

Le 29 octobre 2012, Mbaye Ndiaye, alors ministre de l’intérieur, est limogé de son poste et remplacé par le Général Pathé Seck. L’éjection de Mbaye Ndiaye est la conséquence de violentes manifestations de rue aux abords immédiats du centre-ville de Dakar, improvisés par des disciples de Serigne Béthio Thioune, défunt guide des Thiantacônes, exigeant la libération de celui-ci. Plusieurs véhicules avaient été caillassés, des pneus brûlés et l’ordre public sérieusement perturbé. Il avait été reproché au ministre de l’intérieur de l’époque, de n’avoir pas vu venir une manifestation de foule d’une telle envergure et de surcroit planifiée.

Abdoulaye DIEDHIOU